Connectez-vous S'inscrire
Equonet.net : actualité économique, énergétique, technologique et migration au Sénégal et en Afrique

hausse du niveau général des prix à la consommation dans l'uemoa en 2021 sous l'effet de l’accroissement des prix des produits alimentaires


Rédigé le 17 Juin 2022 à 13:53 | 0 commentaire(s) modifié le 18 Juin 2022 - 13:40

Massamba Ndakhté Gaye
Ndakhté M. GAYE est un rédacteur de contenu web et spécialiste des relations médias avec plusieurs... En savoir plus sur cet auteur

(Equonet-Dakar) - En 2021, le niveau général des prix à la consommation dans l'Uemoa a connu une évolution principalement imprimée par l’accroissement des prix des produits alimentaires, dont la contribution à l'inflation totale s’est élevée à +2,7 points de pourcentage contre +1,6 point de pourcentage un an plus tôt.


Selon le rapport sur l'évolution des  l'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), le niveau général des prix à la consommation dans l’UEMOA a enregistré une hausse, en moyenne, de 3,6% en 2021 après celle de 2,1% en 2020.

Publié par la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'ouest (BCEAO), la rapport justifie cette évolution principalement par l’accroissement des prix des produits alimentaires, dont la contribution à l'inflation totale s’est élevée à +2,7 points de pourcentage contre +1,6 point de pourcentage un an plus tôt.

Il explique aussi ce renchérissement des produits alimentaires essentiellement par la baisse de la production céréalière de la campagne 2021/2022 dans l’Union, dans un contexte d’exacerbation des difficultés d’approvisionnement des marchés, en raison principalement des incidences des crises sanitaire et sécuritaire.

Des tensions inflationnistes qui sont également alimentées par l’accroissement des flux transfrontaliers sortant de produits vivriers en direction des autres pays de la sous-région hors UEMOA, ainsi que par une flambée du coût du fret. En outre, il est noté une hausse des tarifs de transports terrestres et aériens, ainsi que de communication dans la plupart des pays. 

Selon le rapport, le taux d'inflation sous-jacente, qui mesure l'évolution du niveau général des prix hors produits frais et énergie, s'est établi à 2,8% en 2021, contre 1,4% l'année précédente, en lien avec le renchérissement des produits alimentaires qui entrent dans le champ de l’indice sous-jacent, notamment les huiles, le sucre, les légumes secs, les farines et la viande. Cette accélération traduit également la progression des prix des services de transports, de communication, de restauration et de loisirs.

Il note une légère détérioration du profil de la convergence des taux d'inflation dans les pays de l’UEMOA. "En effet, l'écart-type des taux d’inflation est passé de 0,8 point de pourcentage en 2020 à 1,0 point en 2021, reflétant entre autres la forte décélération de l’inflation notée au Bénin, alors qu’une accélération est observée dans la plupart des autres pays de l’Union", explique.

"L’UEMOA a enregistré en moyenne en 2021 un différentiel d’inflation favorable de 0,9 point de pourcentage par rapport à l'ensemble de ses partenaires, atteignant en particulier 13,4 points et 6,3 points respectivement vis-à-vis du Nigeria et du Ghana", ajoute-t-il.

En perspective, le rapport prévoit une forte accélération de l'inflation anticipée en 2022, suivie d’une décélération en 2023. L’exacerbation des tensions inflationnistes en 2022 s’expliquerait par la baisse sensible de la production vivrière de la campagne agricole 2021/2022 combinée à la persistance des difficultés d’approvisionnement des marchés, inhérentes aux incidences des crises sécuritaire et politique dans certains pays de la zone.

Elle refléterait également les tensions observées sur les cours de certains produits alimentaires importés notamment le blé, le sucre et les huiles, ainsi que la persistance de la hausse des cours mondiaux du pétrole brut, dans un contexte d’aggravation des crises géopolitiques au niveau mondial.   

Pour l’année 2023, le rapport projette une baisse de l'inflation qui serait impulsée par la perspective d’une hausse de la production vivrière pour la prochaine campagne agricole 2022/2023. Le taux d’inflation, en moyenne annuelle dans l'UEMOA, s'établirait à 6,2% en 2022 suivant le scénario central de prévision et évoluerait dans un intervalle de 5,9% à 6,5% selon les scénarios baissier et haussier. En 2023, la hausse des prix serait de 3,2% suivant le scénario central et se situerait dans une fourchette de 2,6% à 3,7% selon les scénarios alternatifs.



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise





Facebook




Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.