Connectez-vous S'inscrire
https://www.equonet.net/
ecofinance.sn
Facebook
Twitter
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.



la croissance mondiale ralentira jusqu'en 2023, ajoutant au risque d'« atterrissage brutal » dans les économies en développement


Rédigé le 11 Janvier 2022 à 17:41 | 0 commentaire(s) modifié le 12 Janvier 2022 - 16:56


(Equonet-Dakar) - La propagation des variantes de COVID-19 parallèlement à l'inflation, à la dette et aux inégalités intensifie l'incertitude, selon le dernier rapport Global Economic Prospects de la Banque mondiale.


Après un fort rebond en 2021, l'économie mondiale entre dans un ralentissement prononcé sur fond de nouvelles menaces des variantes du COVID-19 et d'une augmentation de l'inflation, de la dette et des inégalités de revenus qui pourraient mettre en danger la reprise dans les pays émergents et pays en développement, selon le dernier rapport Global Economic Prospects de la Banque mondiale . La croissance mondiale devrait nettement ralentir, passant de 5,5 % en 2021 à 4,1 % en 2022 et 3,2 % en 2023 à mesure que la demande refoulée se dissipe et que le soutien budgétaire et monétaire se dénoue dans le monde.

La propagation rapide de la variante Omicron indique que la pandémie continuera probablement de perturber l'activité économique à court terme. De plus, une décélération notable dans les grandes économies, dont les États-Unis et la Chine, pèsera sur la demande extérieure des économies émergentes et en développement. À une époque où les gouvernements de nombreuses économies en développement manquent d'espace politique pour soutenir l'activité si nécessaire, de nouvelles épidémies de COVID-19, des goulots d'étranglement persistants de la chaîne d'approvisionnement et des pressions inflationnistes, et des vulnérabilités financières élevées dans de vastes régions du monde pourraient augmenter le risque d'un atterrissage difficile.

« L'économie mondiale est confrontée simultanément au COVID-19, à l'inflation et à l'incertitude politique, avec des dépenses gouvernementales et des politiques monétaires en territoire inconnu. Les inégalités croissantes et les défis sécuritaires sont particulièrement néfastes pour les pays en développement », a déclaré le président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass . « Mettre davantage de pays sur une trajectoire de croissance favorable nécessite une action internationale concertée et un ensemble complet de réponses politiques nationales. »

equonet



Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | Contribution | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Mines-Hydrocarbures | Energies