Connectez-vous S'inscrire
https://www.equonet.net/
ecofinance.sn
Facebook
Twitter
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.
Veiller sur le respect des obligations du secteur extractif sénégalais.



le commerce de l'eau : répondre à la soif croissante de l'afrique


Rédigé le 16 Avril 2024 à 09:34 | 0 commentaire(s) modifié le 17 Avril 2024 - 10:09


(Equonet Energies-Dakar) - Hannro Steenekamp, ​​consultant de Frost & Sullivan, détaille l'ampleur du défi de l'eau en Afrique et les solutions qui stimulent l'innovation dans cet article contribution ci-dessous.


La pénurie d'eau constitue un obstacle majeur à la croissance et au développement de l'Afrique, le changement climatique et la détérioration des infrastructures intensifiant les défis. Les récentes crises de l'eau en Afrique du Sud, où environ la moitié de la population de Johannesburg, soit plus de 5,5 millions d'habitants, sont privées d'eau ou connaissent des pénuries depuis des semaines, constituent un terrible avertissement. Les résidents font souvent la queue pour les camions-citernes du gouvernement, et l'approvisionnement s'épuise souvent avant d'atteindre tout le monde. Cette crise met en évidence le besoin urgent de solutions et l’immense opportunité pour les entreprises et l’innovation de faire la différence.

La demande en eau potable en Afrique ne fera que monter en flèche avec la croissance démographique et les projets de développement. Le fait que 387 millions de personnes en Afrique subsaharienne n’avaient pas accès à l’eau potable essentielle en 2020 (contre 350 millions en 2000) démontre l’ampleur stupéfiante des besoins. De plus, en octobre 2022, 226 millions de personnes en Afrique orientale et australe n’avaient pas accès aux services essentiels d’approvisionnement en eau, et 381 millions ne disposaient pas d’un assainissement de base. Ce problème est particulièrement aigu dans 9 pays clés (Angola, RDC, Éthiopie, Kenya, Madagascar, Mozambique, Soudan, Tanzanie et Ouganda), où résident 80 % des personnes mal desservies de la région. Ces chiffres mettent en évidence le vaste marché potentiel pour ceux qui fournissent des solutions liées à l’eau. D’un autre côté, les limites du gouvernement à relever les défis multiformes liés aux infrastructures de l’eau soulignent le rôle crucial que peuvent jouer l’investissement et l’innovation du secteur privé.


Figure 1 : Part de la population disposant d'eau potable sur place, répartie entre population rurale et urbaine, par pays, 2020

Le dessalement décentralisé alimenté par l'énergie solaire est une solution prometteuse, en particulier dans les communautés isolées ou en situation de stress hydrique ayant accès aux côtes ou aux aquifères salins. Cette technologie devient de plus en plus cruciale pour le mix d'approvisionnement en eau de l'Afrique. Une autre opportunité clé consiste à investir dans des startups évolutives dans le domaine de la technologie de l’eau, axées sur des solutions de traitement avancées. Ces entreprises réduisent leurs coûts, réduisent leur consommation d’énergie et donnent la priorité à la durabilité environnementale, ce qui les rend cruciales pour lutter contre les pénuries d’eau.​ Enfin, les graves problèmes d'infrastructures d'eau en Afrique du Sud sont une dure réalité. Cela représente une opportunité importante pour le secteur privé d’investir dans la maintenance, le développement des compétences et les partenariats avec les institutions publiques.

Les entreprises à la recherche de ces opportunités devraient envisager des investissements audacieux dans de nouvelles technologies de l’eau comme le dessalement et le traitement avancé de l’eau. Les collaborations avec les instituts de recherche jouent un rôle de soutien essentiel. En outre, des partenariats stratégiques public-privé avec les gouvernements et les communautés locales soutiendront le succès des projets hydrauliques à grande échelle, garantissant ainsi la durabilité et la viabilité à long terme. De plus, il est crucial d’obtenir le soutien des communautés locales. Les entreprises doivent collaborer étroitement avec les parties prenantes, démontrant leur engagement à répondre aux besoins locaux et à favoriser la confiance.

Relever ces défis a un impact potentiel considérable. Le succès dans ces domaines pourrait refléter les progrès réalisés en Éthiopie, où plus de 5 000 écoles ont été équipées d’installations d’eau, d’assainissement et d’hygiène menstruelle depuis 2014.

Pourtant, les avertissements sont clairs. La crise du « Jour Zéro » au Cap en 2018, ou la perte de 35 % de son approvisionnement en eau à Durban à cause du vol, n'est qu'un aperçu de l'avenir. La crise imminente de l'eau en Afrique du Sud, avec le risque d'un épuisement complet des ressources en eau d'ici 2030, souligne l'importance d'une action urgente.

Par Hannro Steenekamp

Auteur, Frost & Sullivan Afrique
Hannro Steenekamp



Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | Contribution | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Mines-Hydrocarbures | Energies