Connectez-vous S'inscrire
https://www.equonet.net/
ecofinance.sn
Facebook
Twitter
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.
Veiller sur l'application des obligations du secteur extractif sénégalais.



les pays en développement ont payé un montant record de plus de 270.000 milliards Fcfa en dette publique en 2022


Rédigé le 13 Décembre 2023 à 18:30 | 0 commentaire(s) modifié le 14 Décembre 2023 - 15:22


(Equonet-Dakar) - Les pays les plus pauvres sont confrontés à un risque de crise de la dette alors que les coûts d’emprunt augmentent.


Au milieu de la plus forte hausse des taux d'intérêt mondiaux depuis quatre décennies, les pays en développement ont dépensé un montant record de 443,5 milliards de dollars (plus de 270 mille milliards Fcfa) pour assurer le service de leur dette extérieure publique et garantie publiquement en 2022, selon le dernier rapport sur la dette internationale:%20https://www.worldbank.org/en/programs/debt-statistics/idr/products  de la Banque mondiale. L’augmentation des coûts a détourné des rares ressources des besoins essentiels tels que la santé, l’éducation et l’environnement.

Les paiements du service de la dette – qui comprennent le principal et les intérêts – ont augmenté de 5 % par rapport à l’année précédente pour tous les pays en développement. Les 75 pays éligibles pour emprunter auprès de l' Association internationale de développement  (IDA) de la Banque mondiale, qui soutient les pays les plus pauvres, ont payé un montant record de 88,9 milliards de dollars en frais de service de la dette en 2022. Au cours de la dernière décennie, les paiements d'intérêts par ces pays ont quadruplé, pour atteindre un sommet sans précédent de 23,6 milliards de dollars en 2022. Le coût global du service de la dette des 24 pays les plus pauvres devrait augmenter en 2023 et 2024, jusqu'à 39 %, selon le rapport.

« Des niveaux d'endettement records et des taux d'intérêt élevés ont placé de nombreux pays sur la voie de la crise », a déclaré Indermit Gill, économiste en chef et vice-président principal du Groupe de la Banque mondiale . « Chaque trimestre pendant lequel les taux d'intérêt restent élevés, de plus en plus de pays en développement se retrouvent en difficulté et se retrouvent confrontés au choix difficile entre le service de leur dette publique ou l'investissement dans la santé publique, l'éducation et les infrastructures. La situation justifie une action rapide et coordonnée de la part des gouvernements débiteurs, des créanciers privés et publics et des institutions financières multilatérales : plus de transparence, de meilleurs outils de viabilité de la dette et des modalités de restructuration plus rapides. L’alternative est une autre décennie perdue.

La hausse des taux d’intérêt a intensifié les vulnérabilités liées à l’endettement dans tous les pays en développement. Au cours des trois dernières années seulement, il y a eu 18 défauts souverains dans 10 pays en développement, soit un nombre supérieur au nombre enregistré au cours des deux décennies précédentes. Aujourd’hui, environ 60 % des pays à faible revenu courent un risque élevé de surendettement ou s’y trouvent déjà.

Les paiements d'intérêts consomment une part de plus en plus importante des exportations des pays à faible revenu, selon le rapport. En outre, plus d’un tiers de leur dette extérieure est constituée de taux d’intérêt variables qui pourraient augmenter brusquement. Beaucoup de ces pays sont confrontés à un fardeau supplémentaire : le capital accumulé, les intérêts et les frais qu'ils ont supportés pour bénéficier du privilège de suspension du service de la dette dans le cadre de l'Initiative de suspension du service de la dette (ISSD) du G20. Le raffermissement du dollar américain ajoute à leurs difficultés, rendant les paiements encore plus coûteux pour les pays. Dans ces circonstances, une nouvelle hausse des taux d’intérêt ou une forte baisse des recettes d’exportation pourraient les pousser à bout.

À mesure que les coûts du service de la dette augmentent, les nouvelles options de financement pour les pays en développement se raréfient. En 2022, les nouveaux engagements de prêts extérieurs en faveur d’entités publiques et garanties par l’État dans ces pays ont chuté de 23 % pour atteindre 371 milliards de dollars, soit le niveau le plus bas depuis une décennie. Les créanciers privés se sont largement abstenus de participer aux pays en développement, recevant 185 milliards de dollars de plus en remboursement du principal qu'ils n'en ont déboursé en prêts.

C’est la première fois depuis 2015 que les créanciers privés reçoivent plus de fonds qu’ils n’en investissent dans les pays en développement. Les nouvelles obligations émises par tous les pays en développement sur les marchés internationaux ont chuté de plus de moitié entre 2021 et 2022, et les émissions des pays à faible revenu ont chuté de plus des trois quarts. Les nouvelles émissions d’obligations par les pays éligibles à l’IDA ont chuté de plus des trois quarts, pour atteindre 3,1 milliards de dollars.

Alors que le financement des créanciers privés se tarissait, la Banque mondiale et d’autres banques multilatérales de développement sont intervenues pour contribuer à combler l’écart. Les créanciers multilatéraux ont fourni 115 milliards de dollars de nouveaux financements à faible coût pour les pays en développement en 2022, dont près de la moitié provenaient de la Banque mondiale. Par l’intermédiaire de l’IDA, la Banque mondiale a fourni à ces pays 16,9 milliards de dollars de plus en nouveaux financements qu’elle n’en a reçu en remboursement du principal, soit près de trois fois le montant comparable d’il y a dix ans. En outre, la Banque mondiale a versé 6,1 milliards de dollars de subventions à ces pays, soit trois fois le montant de 2012.

Le dernier Rapport sur la dette internationale marque le 50 e anniversaire de la publication. Il met en lumière les principales informations tirées de la base de données des statistiques de la dette internationale de la Banque mondiale, la source la plus complète et la plus transparente de données sur la dette extérieure des pays en développement. La nouvelle édition présente également un cadre analytique élargi, qui va au-delà des dernières données pour examiner également les perspectives à court terme de la dette. Il comprend également un aperçu des activités de la Banque liées à la dette et une analyse des tendances émergentes en matière de gestion et de transparence de la dette.

« Savoir ce qu'un pays doit et à qui est essentiel pour une meilleure gestion de la dette et une meilleure viabilité », a déclaré Haishan Fu, statisticien en chef de la Banque mondiale et directeur du Development Data Group de la Banque mondiale . « La première étape pour éviter une crise consiste à avoir une vision claire du défi. Et lorsque des problèmes surviennent, des données claires peuvent guider les efforts de restructuration de la dette pour remettre un pays sur la voie de la stabilité économique et de la croissance. La transparence de la dette est la clé d’un emprunt public durable et de pratiques de prêt responsables et fondées sur des règles, si essentielles pour mettre fin à la pauvreté sur une planète vivable.

Le rapport note que les pays éligibles à l’IDA ont passé la dernière décennie à accroître leur dette à un rythme supérieur à leur croissance économique – un signal d’alarme pour leurs perspectives dans les années à venir. En 2022, le stock combiné de la dette extérieure des pays éligibles à l’IDA a atteint un niveau record de 1 100 milliards de dollars, soit plus du double du niveau de 2012. De 2012 à 2022, les pays éligibles à l’IDA ont augmenté leur dette extérieure de 134 %, dépassant l’augmentation de 53 % de leur revenu national brut (RNB).

equonet



Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | Contribution | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Mines-Hydrocarbures | Energies