Connectez-vous S'inscrire
Equonet.net : actualité des économies du pétrole, gaz, énergies au Sénégal et en Afrique

les remarques du secrétaire général de la cnuced sur l'embargo alimentaire, énergétique et financier


Rédigé le 8 Juin 2022 à 20:41 | 0 commentaire(s) modifié le 9 Juin 2022 - 12:52


(Equonet-Dakar) - Le secrétaire général de la conférence des nations unies sur le commerce et le développement, Rebeca Grynspan, a fait état de ses observations lors du lancement du deuxième rapport du groupe de réponse mondiale à la crise sur l'embargo alimentaire, énergétique et financier.


Merci beaucoup de vous être joint à nous pour le lancement du deuxième rapport du Global Crisis Response Group.
 
Le Secrétaire général a souligné les principaux messages du rapport et a souligné les souffrances et les destructions causées par la guerre en Ukraine qui s'étendent désormais bien au-delà de ses frontières.
 
Notre message principal dans ce deuxième mémoire est le suivant :
 
nous sommes au bord de la crise mondiale du coût de la vie la plus grave depuis une génération .
 
Le rapport démontre également la nature interconnectée des 3 dimensions de la crise : alimentaire, énergétique et financière.
 
Et que s'attaquer à un seul aspect ne résoudra pas la crise mondiale dans laquelle nous nous trouvons.
 
Cela crée un cercle vicieux du coût de la vie qui augmente l'impact sur les familles et les pays.
 
Les revenus sont comprimés et les familles sont obligées de décider comment allouer les finances du ménage qui diminuent.
 
Peut-être choisir de sauter un repas, de garder les enfants à l'école, d'acheter des aliments moins nutritifs, de garder une entreprise familiale ouverte ou de payer les factures médicales.
 
Et ainsi un autre cercle vicieux commence ; le cycle de troubles sociaux conduisant à l'instabilité politique en raison de la capacité affaiblie des pays et des familles à faire face à une nouvelle crise mondiale, en plus de la pandémie de covid 19 et de la crise climatique.
 
Notre deuxième message est le suivant :

la crise alimentaire actuelle pourrait rapidement se transformer en une catastrophe alimentaire aux proportions mondiales en 2023
 
Les coûts énergétiques plus élevés et les restrictions commerciales sur l'approvisionnement en engrais de la région de la mer Noire ont entraîné une hausse des prix des engrais encore plus rapide que celle des prix alimentaires.
 
Si la guerre continue et que les prix élevés des céréales et des engrais persistent jusqu'à la prochaine saison de plantation, la crise actuelle pourrait s'étendre à d'autres aliments de base comme le riz, affectant des milliards de personnes supplémentaires.
 
Et enfin, permettez-moi de souligner qu'il s'agit d'une crise mondiale à laquelle personne ne peut échapper.
 
Mais les plus vulnérables souffrent déjà le plus.
 
Par exemple, les données du rapport montrent qu'une augmentation de 10 % des prix alimentaires représentera une diminution de 5 % des revenus réels des familles les plus pauvres et que 5 % de leurs revenus correspondent à ce que ces familles dépensent normalement pour la santé.
 
60 % des travailleurs dans le monde ont des revenus réels inférieurs à ceux d'avant la pandémie.
 
Une deuxième partie du rapport analyse les effets des crises au niveau régional.
 
Avec les Commissions économiques régionales des Nations Unies, nous avons évalué la capacité à faire face des pays d'Afrique subsaharienne, du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord, d'Europe de l'Est et d'Asie centrale, d'Asie du Sud et de l'Est et d'Amérique latine et des Caraïbes.
 
Nous confirmons une image généralisée de la vulnérabilité dans toutes les régions.
 
Environ 1,6 milliard de personnes gravement exposées et incapables de faire face à la crise.
 
Et 60 % des pays les plus pauvres sont surendettés ou à haut risque.
 
Passons maintenant aux recommandations.
 
Tout d'abord, sur la nourriture.
 
Nous devons stabiliser les marchés mondiaux, réduire la volatilité et lutter contre l'incertitude des prix des matières premières. 
 
Nous restons convaincus qu'il ne peut y avoir de solution efficace à la crise alimentaire mondiale sans réintégrer la production alimentaire de l'Ukraine, ainsi que la nourriture et les engrais produits par la Russie sur les marchés mondiaux – malgré la guerre.
 
Restaurer la disponibilité des engrais, garantir l'accès des petits agriculteurs et surveiller les approvisionnements partout pour les 18 prochains mois seront essentiels.
 
Il est important de soutenir la proposition de la FAO d'un mécanisme de financement des importations alimentaires.
 
Si une approche humanitaire reste importante, elle ne suffit pas.
 
Nous ne devons pas oublier les centaines de millions de personnes vulnérables autour du seuil de pauvreté et les groupes plus larges écrasés par la crise : les travailleurs informels, les femmes, les petits exploitants agricoles, les familles au seuil de pauvreté.
 
Le gouvernement doit mettre en place des filets de protection sociale pour offrir un soutien ciblé à ces groupes et renforcer leur capacité à faire face.
 
Deuxièmement, sur les finances.
 
Il n'y a pas de solution à la crise du coût de la vie sans solution à la crise financière
 
Les pays en développement ont un besoin urgent du soutien financier des institutions financières internationales afin qu'ils puissent aider leur population pauvre et vulnérable par le biais de programmes de protection sociale et de filets de sécurité.
 
À moins qu'il n'y ait un effort important des institutions financières internationales pour augmenter les ressources financières des pays, les pays continueront à avoir du mal à payer leurs factures d'importation de nourriture et d'énergie, à assurer le service de leur dette et à augmenter les dépenses de protection sociale.
 
Tout en même temps.
 
Les institutions financières internationales doivent réactiver tous leurs mécanismes de décaissement rapide.
 
Les banques multilatérales de développement doivent être capitalisées et appliquer des ratios de prêt plus flexibles.
 
Et nous avons besoin d'une nouvelle émission de droits de tirage spéciaux du Fonds monétaire international, ainsi que de nouvelles promesses de les recycler à partir de pays ayant de fortes réserves de change.
 
Les fonds existent et ils doivent être mis à disposition.
 
Nous devons renforcer l'architecture mondiale de la dette.
 
Le risque d'une crise majeure de la dette, avec un éventuel effet domino, est plus important que lors de la pandémie de COVID-19.
 
Le G20 doit rétablir l'initiative de suspension du service de la dette et les échéances de la dette devraient être repoussées de deux à cinq ans.
 
Le cadre commun pour le traitement de la dette créé par le G20 doit être radicalement amélioré pour réellement apporter des solutions aux pays surendettés.
 
Aucun pays n'a été en mesure de recevoir de l'aide jusqu'à présent, tous continuent de devoir assurer le service de leur dette sans aucun allégement en vue.
 
Troisièmement, sur l'énergie.
 
L'utilisation de stocks stratégiques et de réserves supplémentaires pourrait contribuer à atténuer la crise énergétique à court terme. Mais nous devons continuer à faire pression pour un changement transformationnel, en accélérant le déploiement des énergies renouvelables.
 
Aujourd'hui, le monde fait face à une crise d'accès.
Il y a assez de tout mais au mauvais prix, au mauvais endroit et au mauvais moment.
 
Demain, le monde pourrait être confronté à une crise de disponibilité, où il pourrait ne pas y avoir suffisamment de fournitures essentielles, peu importe où, quand et à quel prix.
 
C'est pourquoi nous continuons à insister sur le fait qu'il faut s'attaquer en même temps aux problèmes d'accès, de prix et de délais
 
. Nous sommes dans une course contre la montre.
 
C'est pourquoi nous appelons à l'action, l'action, l'action.
 
Faire face aux conséquences de l'inaction sera beaucoup plus coûteux pour tous que d'agir maintenant.
 
Merci.
equonet



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise





Facebook




Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.