Connectez-vous S'inscrire
https://www.equonet.net/
ecofinance.sn
Facebook
Twitter
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.
Veiller à l'application des obligations du secteur extractif sénégalais.



mal gouvernance, déliquescence de l’état de droit et de la démocratie au sénégal : le forum civil dans tous ses états


Rédigé le 7 Février 2024 à 19:26 | 0 commentaire(s) modifié le 11 Février 2024 - 21:13

Massamba Ndakhté Gaye
Ndakhté M. GAYE est un journaliste d'investigation engagé dans le suivi citoyen des obligations... En savoir plus sur cet auteur

(Equonet Energies-Dakar) – Il a décidé de boycotter l’appel de dialogue du président de la République et appelle les partenaires au développement à prendre des sanctions.


Le Forum civil déroge dans sa constance aux dialogue et concertation initiés par le chef de l’Etat sénégalais. Outré qu’il est par la mal gouvernance et la déliquescence de l’état de droit et de la démocratie au Sénégal, son Bureau exécutif a décidé, pour ces raisons, de boycotter le dialogue annoncé par le président de la République.

Il l’a fait savoir à travers un communiqué de presse dans lequel il rappelle n’avoir cessé d’attirer l’attention du Chef de l’Etat sur la persistance de ces situations de fait à l’origine de son refus de répondre à l’appel au dialogue du président sénégalais.  

« …Le Chef de l’Etat a annoncé la tenue prochaine d’un dialogue. Le Forum civil tient à rappeler au peuple sénégalais qu’il a toujours répondu présent à chaque fois que le Chef de l’Etat a eu à appeler à des concertations. Le dialogue et la participation sont des constances au Forum civil et des fondements déterminants des Principes directeurs de notre Organisation hérités de nos anciens. Mais, pour ce dialogue annoncé, le Forum civil n’y participera pas », a déclaré Abdoul Maliky Bousso, chargé des Programmes au Bureau exécutif du Forum civil.
 
Le samedi 3 février 2024, lors de son adresse à la Nation, le président de la République, Macky Sall, a annoncé avoir, par décret n° 2024-10- du 3 février 2024, abrogé le décret n° 2023-2283 du 29 novembre 2023 portant convocation du corps électoral pour l'élection présidentielle du 25 février 2024.

« Cette décision du Chef de l’Etat demeure une véritable agression contre la Constitution et un manque considérable de respect et de considération vis-à-vis du peuple souverain », a-t-il dénoncé.

« Le Forum civil a constaté avec amertume le traitement déshonorant infligé aux députés de l’opposition et le coup de force perpétré par la majorité parlementaire pour faire passer une loi ‘’déconsolidante’’ et destructrice des fondements de notre démocratie et de l’Etat de droit », a-t-il déploré. 

Pour toutes ces raisons, « le Forum civil, section sénégalaise de Transparency international, demande aussi à l’Union africaine, à la CEDEAO, aux Etats Unis, à l’Union européenne, au Canada, à la Grande Bretagne et aux autres partenaires Techniques et Financiers de prendre des sanctions appropriées, en pareilles circonstances, à l’encontre de tous les acteurs et partisans de ce coup de force constitutionnel, le président de la République, les députés ayant voté le projet de loi qui porte gravement atteinte à la démocratie, les ministres et haut fonctionnaires  chargés de l´exécution dudit coup de force, si toutefois la date prévue pour l’élection présidentielle du 25 février 2024 n’est pas respectée. »

Le cri de cœur sera-t-il entendu ?  



Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | Contribution | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Mines-Hydrocarbures | Energies