Connectez-vous S'inscrire
https://www.equonet.net/
ecofinance.sn
Facebook
Twitter
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.



monnaie électronique uemoa : le bond en avant des indicateurs


Rédigé le 2 Février 2023 à 22:33 | 0 commentaire(s) modifié le 3 Février 2023 - 12:14


(Equonet-Dakar) - Un bond significatif des principaux indicateurs de la monnaie électronique a été observé au cours de l’année 2021 dans de l'Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa), selon le rapport annuel sur les services financiers de la zone.


Publié par la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'ouest (Bceao), le rapport souligne en effet que la monnaie électronique a permis aux populations et aux entreprises, pendant et après la pandémie liée au coronavirus, d’accéder aux outils nécessaires pour faire face aux difficultés économiques, se construire ou maintenir une santé financière. 

Les principaux indicateurs, regroupés autour de l’offre, de l’accès, de la distribution et de l'utilisation, se présentent comme suit, aux plans régional et national.

Au niveau de l'offre, il note quarante (40) initiatives d'émission de monnaie via la téléphonie mobile qui ont été enregistrées dans l'Union au 31 décembre 2021. Deux (2) nouveaux produits ont été approuvés par la Banque centrale, notamment Moov Money et Zelia dont les agréments et les avis favorables ont été accordés respectivement à la société MOOV MONEY du Bénin et à la BSIC du Mali. 

"Avec 26 offres, les partenariats entre les banques et les FinTech constituent la majorité des initiatives. Les établissements de monnaie électronique sont au nombre de 13, tandis qu’une seule initiative est enregistrée au titre du secteur de la microfinance", fait savoir le rapport. En outre, il signale que les requêtes auprès de la Banque centrale pour l’émission de la monnaie électronique se sont renforcées, passant de 9 dossiers traités en 2020 à 16 en 2021.

Au titre de l'accès, le rapport note une progression de 30 pour cent du nombre de points de services qui s'établit à 1 392 899 à fin 2021.

De même, il  note une hausse de 39 pour cent du nombre de comptes de monnaie électronique qui passe de 94 millions en 2020 à 131 millions en 2021. Les établissements de monnaie électronique (EME) détiennent 60 pour cent du nombre total de comptes ouverts, en légère baisse de 0,2 pour cent en glissement annuel, au profit des banques qui détiennent désormais 40 pour cent des comptes de monnaie électronique dans l’Union.

"Sur le plan national, la Côte d'Ivoire, avec 46 millions de comptes, cumule 35 pour cent du total de comptes de monnaie électronique dans l'Union. Le Sénégal enregistre une hausse de 63 pour cent des souscriptions, suivi de la Guinée-Bissau (30 pour cent). Les autres pays, notamment le Niger, le Bénin, le Mali, le Burkina et le Togo affichent des taux de progression relativement modérés, compris entre 13 pour cent et 26 pour cent", renseigne le rapport. 

En matière d'utilisation, le rapport note que le taux d'activité est ressorti à 44 pour cent en 2021, contre 45 pour cent en 2020 et 44 pour cent en 2019.

"En 2021, les transactions ont progressé de 47 pour cent en volume et de 54 pour cent en valeur, pour atteindre 5,15 milliards d’opérations pour une valeur 63 895 milliards de FCFA. Une année plus tôt, 3,50 milliards d’opérations, estimées à 41 455 milliards de FCFA, ont été enregistrées. Près de 14 millions d'opérations en moyenne ont été traitées quotidiennement par l'ensemble des plateformes de paiement mobile de l'Union, contre 10 millions en 2020. La valeur moyenne journalière des transactions s’établit à près de 177 milliards de FCFA en 2021, en hausse de 54% par rapport à 2020", fait-il savoir. 

"L'offre de services financiers via la téléphonie mobile est restée circonscrite aux services de première génération, avec une prépondérance des opérations de dépôt et de retrait, qui représentent en volume et en valeur respectivement 38% et 63% du total des transactions. La majorité des transactions sont des opérations de retraits d’espèces, soit 85%. S’ensuivent les transferts de personne à personne avec 12% du volume et 20% de la valeur des opérations. Malgré, une hausse de 27% en 2021, les paiements ne représentent que 9% de la valeur des transactions", souligne-t-il.

Selon le rapport, cinq pays totalisent 95 pour cent et 96 pour cent respectivement du volume et de la valeur des transactions effectuées dans l'UEMOA en 2021. Il cite ainsi le Mali (11 pour cent), le Bénin (18 pour cent), le Sénégal (19 pour cent), de la Côte d'Ivoire (22 pour cent) et du Burkina (25 pour cent).

Au Niger et au Togo, le rapport relève des augmentations en volume des transactions respectivement de 78 pour cent et de 25 pour cent. La Guinée-Bissau qui représente 0,85 pour cent de la part du marché, a enregistré une hausse de 94 pour cent du volume des transactions au titre de l’année 2021.   

La progression globale des indicateurs indique le renforcement de la contribution du secteur à l’inclusion financière, qui est estimée à 59 pour cent pour un taux d'inclusion financière de l’Union de 67 pour cent en 2021, selon le rapport.
equonet



Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | Contribution | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Mines-Hydrocarbures | Energies