Connectez-vous S'inscrire
https://www.equonet.net/
ecofinance.sn
Facebook
Twitter
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.
Veiller sur l'application des obligations du secteur extractif sénégalais.



new global cooperation barometer : la coopération est possible même dans un climat de concurrence


Rédigé le 8 Janvier 2024 à 16:53 | 0 commentaire(s) modifié le 9 Janvier 2024 - 18:50


(Equonet-Dakar) - Le New Global Cooperation Barometer (nouveau baromètre de la coopération mondiale)
s’intéresse à la dynamique de la coopération mondiale et montre que celle-ci a fait preuve de
résilience pendant la majeure partie de la dernière décennie.


Le Forum économique mondial a lancé aujourd'hui le Global Cooperation Barometer pour mesurer l'état de la coopération mondiale. Selon un communiqué de presse transmis à equonet, ce baromètre indique que la coopération mondiale a fait preuve de résilience à bien des égards entre 2012 et 2020, mais a diminué de 2 % entre 2020 et 2022.

Le Global Cooperation Barometer, élaboré en collaboration avec McKinsey & Company, utilise 42 indicateurs pour mesurer cinq piliers de la coopération mondiale entre 2012 et 2022 : le commerce et les capitaux, l'innovation et la technologie, le climat et le capital naturel, la santé et le bien-être, ainsi que la paix et la sécurité.

Il indique que, au cours des années mesurées, la coopération mondiale a montré des signes forts dans des piliers tels que le commerce et les capitaux, l'innovation et la technologie, ainsi que le climat et le capital naturel. Cependant, il reflète également les défis importants auxquels le monde a été confronté ces trois dernières années, y compris les revers de la coopération mondiale en matière de santé et la forte augmentation des conflits violents, comme le montre le déclin des piliers Santé et bien-être et Paix et sécurité du baromètre.

La publication du baromètre fait suite à l’année la plus chaude jamais enregistrée, témoin de l’escalade des conflits dans le monde entier, mais également marquée par des progrès en matière d'action climatique, d'accords commerciaux et d'innovation.

« Les plus grands défis (et les opportunités les plus prometteuses) pour notre planète, nos sociétés et nos économies ne connaissent pas de frontières, ce qui signifie que le seul moyen de les relever est la coopération », a déclaré Børge Brende, président du Forum économique mondial.

Et d'ajouter : « Ce baromètre montre que la coopération est possible dans de nombreux domaines, même dans un contexte de concurrence et de confrontation. En d'autres termes, les dirigeants peuvent travailler ensemble même s'ils ne sont pas d'accord sur tout. »

« Il est clair que, sur certains points, le monde est de plus en plus divisé, mais le baromètre montre que, dans l'ensemble, la coopération mondiale est restée étonnamment solide au cours de la dernière décennie », a déclaré Bob Sternfels, Global Managing Partner, McKinsey & Company. « Nous avons constaté des progrès en matière de collaboration dans de nombreux domaines, avec de bonnes raisons d'être optimistes en ce qui concerne le climat et la nature, ainsi que des percées dans les technologies d'avant-garde qui s'appuient sur des contributions mondiales à l'innovation. »

Le rapport accompagnant le Global Cooperation Barometer, également publié aujourd'hui, présente une série de recommandations à l'intention des dirigeants d'entreprises et de gouvernements, y compris pour identifier les opportunités d'approfondir les partenariats public-privé dans les domaines où ils ont des activités essentielles et des intérêts communs (par exemple, la R&D ou la réglementation harmonisée de l'IA et des technologies émergentes). En outre, les dirigeants devraient repenser la coopération et pratiquer la « coopétition » (trouver des possibilités de coopération malgré un climat de compétition) et créer un cercle vertueux de coopération, en utilisant des exemples concrets, non seulement pour faire avancer les intérêts dans un domaine spécifique, mais aussi pour approfondir la confiance et explorer les autres possibilités d'alignement.

Les entreprises et les pays qui identifient des accords de coopération solides sont plus susceptibles de gagner en résilience, non seulement car ils seront capables d'absorber une rupture d'approvisionnement, mais aussi de mieux rebondir. 
equonet



Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | Contribution | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Mines-Hydrocarbures | Energies