Connectez-vous S'inscrire
Equonet.net : actualité des économies du pétrole, gaz, énergies au Sénégal et en Afrique

nj ayuk: "l'Afrique doit avoir une approche multi-ressources pour lutter contre la pauvreté énergétique"


Rédigé le 28 Janvier 2022 à 09:53 | 0 commentaire(s) modifié le 29 Janvier 2022 - 13:40


(Equonet-Dakar) - La lutte contre la pauvreté énergétique adoptera une approche multi-ressources en Afrique, selon NJ Ayuk, président exécutif de la Chambre africaine de l'énergie (AEC).


Le continent africain compte le plus grand nombre de personnes sans accès à l'énergie, mais représente également le continent dont la population connaît la croissance la plus rapide. Alors que la demande continue de dépasser de loin l'offre, la pauvreté énergétique devient plus une crise à travers le continent. Afin de faire face à cette crise et d'atteindre l'objectif de développement durable 7 - accès universel à une électricité abordable, fiable et durable - NJ Ayuk, président exécutif de la Chambre africaine de l'énergie (AEC) a défini une stratégie.

S'exprimant lors de l'édition de janvier 2022 du webinaire Rystad Talks Energy - une plate-forme pour un dialogue renforcé sur l'économie africaine, dirigée par le PDG Jarand Rystad -, Ayuk a souligné que pour lutter contre la pauvreté énergétique, l'Afrique doit avoir une approche multi-ressources, par laquelle le continent utilise toutes ses ressources naturelles à court terme, réduisant lentement la dépendance au pétrole et au charbon à moyen terme grâce à l'adoption du gaz naturel et passant à des sources plus propres à plus long terme.

« Si nous voulons envisager une solution, nous devons nous assurer de créer immédiatement l'énergie dont nous avons besoin et d'utiliser les ressources dont nous disposons. Nous devons utiliser toutes les formes d'énergie dont nous disposons. Le changement climatique est un gros problème, mais nous avons aussi 600 millions de personnes sans accès à l'électricité et 900 millions sans accès à une cuisine propre. Nous devrions pouvoir utiliser du pétrole, du gaz naturel et, à certaines étapes, du charbon. Nous devons aller vers les énergies renouvelables et la capture du carbone, mais continuer à nous battre pour les pauvres », a-t-il déclaré.

« Nous devons nous tourner vers les pays riches pour réduire les émissions, puis nous adresser à l'Afrique. Nous sommes tous là dedans. En ce moment, nous avons une crise en Europe où les gens se tournent vers le charbon. Ils modifient la réglementation pour commencer à s'intéresser au gaz. Nous pouvons éliminer progressivement le charbon et le faire rapidement, mais nous devons explorer d'autres ressources à court terme comme le gaz", a-t-il poursuivi.

Plus précisément, Ayuk a réaffirmé sa position et celle de l'AEC sur le gaz naturel, soulignant que la ressource a un rôle essentiel à jouer dans la transition énergétique de l'Afrique. "Le problème ne réside pas dans les sauts vers l'avenir - comme on le voit dans d'autres secteurs comme les télécommunications, où l'Afrique a fait des progrès considérables avec les plateformes d'argent mobile - mais plutôt dans les attentes irréalistes de l'Occident", a-t-il ajouté. "Comment peut-on s'attendre à ce que l'Afrique saute vers un avenir d'énergie renouvelable sans le financement adéquat pour le faire ?", s'est-il interrogé

Pendant ce temps, la lutte de l'Afrique contre la pauvreté énergétique peut être attribuée à une variété de facteurs, dont certains incluent la dépendance du continent à l'aide étrangère ; gestion inefficace des ressources; et des contrôles stricts du marché. En s'attaquant à ces facteurs, l'Afrique peut non seulement ouvrir son marché, stimulant les affaires dans de multiples secteurs, mais aussi créer des opportunités de mobilisation de capitaux nationaux qui amélioreront les investissements dans la sphère énergétique.

« Il faut être honnête, c'est la pauvreté. La pauvreté entraîne la pauvreté énergétique. Les Africains en sont également responsables. Nous comptons sur l'aide étrangère et attendons que quelqu'un vienne faire des choses que nous avons pu faire nous-mêmes. Nous n'avons pas bien géré nos ressources naturelles. Si nous nous concentrons sur les revenus et la construction de centrales électriques, nous aurions pu avoir une industrialisation accélérée. Nous nous sommes appuyés sur des institutions multinationales et des partenaires de développement, et ils n'ont pas tenu leurs engagements. Je suis un grand fan des marchés libres, de la liberté individuelle et du fait de laisser les marchés travailler pour eux-mêmes. Nous devons changer en Afrique parce que nous méritons mieux », a déclaré Ayuk.

Pour lui, l'insuffisance des infrastructures et le blocage des financements par les organisations internationales posent problème. "Les pays européens, par exemple, utilisent toujours le gaz africain pour alimenter leurs économies – ce qui est juste – et pourtant les investissements dans le gaz africain ont été limités. Les africains, comme l'Occident, ont le droit de développer leurs ressources, en travaillant avec des investisseurs internationaux pour alimenter l'Afrique et accélérer l'industrialisation", a-t-il expliqué.

Afin d'augmenter les investissements et de stimuler le développement des énergies renouvelables, il est d'avis que l'Afrique doit mettre en œuvre des réformes structurelles dans son secteur de l'énergie en se concentrant sur la création d'environnements propices à l'investissement ; introduire des conditions fiscales attractives pour les acteurs étrangers et encourager une participation accrue du secteur privé dans le secteur.

« Nous devons faire de plus grandes choses en Afrique. Nous devons faciliter les affaires, nous devons devenir plus transparents, nous devons accélérer les projets, réduire notre bureaucratie et vraiment nous regarder dans le miroir. Chaque jour où un enfant en Afrique se couche sans lumière, nous enlevons une opportunité à cet enfant. La pauvreté énergétique devrait être le combat de notre vie », a conclu Ayuk.

 

equonet



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise





Facebook




Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.