Connectez-vous S'inscrire
https://www.equonet.net/
ecofinance.sn
Facebook
Twitter
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.
Veiller sur le respect des obligations du secteur extractif sénégalais.



nos mégawatts en devises fortes


Rédigé le 7 Mai 2024 à 15:50 | 0 commentaire(s) modifié le 8 Mai 2024 - 21:04


(Equonet Energies-Dakar) - Le Sénégal fait partie des rares pays avec un excédent de capacités à vendre aux pays déficitaires de la zone.


SENELEC   a conclu avec son homologue de Guinée EDG un contrat d’achat d’électricité  qui a été conclu sous l’égide de la  République de Guinée et du  Sénégal.
SENELEC a conclu avec son homologue de Guinée EDG un contrat d’achat d’électricité qui a été conclu sous l’égide de la République de Guinée et du Sénégal.
C’est une prouesse  "de haut volt", pour ne pas dire une performance inédite,  SENELEC   a conclu avec son homologue de Guinée EDG un contrat d’achat d’électricité  qui a été conclu sous l’égide de la  République de Guinée et du  Sénégal. Le transfert de l’électricité issue du parc Senelec se fera via les lignes hautes tension de l’OMVG.

Electricité de Guinée et la société SENELEC magnifient ainsi l’interconnexion des systèmes électriques  unifiés  des pays de  la CEDEAO dans le cadre du marché  régional de l'énergie.

Le Sénégal fait partie des rares pays avec un excédent de capacités à vendre aux pays déficitaires de la zone.  Paradoxalement il  y’a juste 12 ans notre pays produisait à peine 400 MW avec un parc de production vétuste presque amorti c autour de turbines à gaz gourmand en combustibles fossile, aujourd’hui notre pays approche bientôt les 2 000 mégawatts  avec la mise en services de la central duale fioul lourd –  gaz naturel de West Africa Energie. 
 
Même l’optimum d’usage et de consommation du SENEGAL  atteint durant les pics de chaleur permettra d’avoir une réserve supplémentaire de quelques 700MW à déverser dans le marché sous – régional, EDG l’a bien compris malgré ses relations historiques avec la cote d’ivoire qui est très souvent en déficit saisonnier dû à une forte demande industrielle et une surchauffe économique du premier PIB de la zone franc .

Les mines  de Simandou autour du fer et de la bauxite ont mobilise’ plus de  30 milliards de dollars d’investissements d’où l’appétit et la forte demande des  chantiers en courant électrique dans un pays ou  le système de production d'énergie hydro-électrique est affecte’ par les changements climatiques et les retards d’investissement chroniques sans oublier l’incendie des dépôts de produits pétroliers qui assèche les centrales à fioul du pays.
 
La guinée à un déficit quotidien 12 000 Mwh soit  80% de capacité de production  qui expose presque 90% de la population qui n’a que 3H d’électricité par jour. Nos voisins vivent "deux fois pire" ce que le Sénégal a vécu en 2011 pendant les émeutes de l’électricité
 
Avec le soutien de l'État et la restructuration réussie  de Senelec, le Sénégal inaugure le marché régional de l’électricité grâce à son surplus de production pour  un gain de 60 milliards à court terme dans les coffres de Senelec. Sur le long terme c’est 350 milliards   sur 4 ans avec un modèle type de contrat spot selon mes évaluations. Le premier chiffre d’affaires du Sénégal et premier employeur du pays s’enrichit ainsi.
  
Espérons seulement que le contrat d’achat d’électricité  Senelec - EDG soit couvert  par un contrat d’assurance   car CONAKRY n’est pas toujours respectueux et ponctuel des échéances de paiement  surtout si c’est en devises fortes.  
 
  
                                               Moustapha DIAKHATE
                                               Ex Conseiller Spécial PM
                                        Expert infrastructures et Pol. Énergétique
 
Moustapha DIAKHATE



Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | Contribution | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Mines-Hydrocarbures | Energies