Connectez-vous S'inscrire
https://www.equonet.net/
ecofinance.sn
Facebook
Twitter
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.



plus d’exportations que de ventes locales du secteur extractif sénégalais : connaître les pays destinataires du marché


Rédigé le 28 Décembre 2022 à 16:28 | 0 commentaire(s) modifié le 2 Janvier 2023 - 12:38

Massamba Ndakhté Gaye
Ndakhté M. GAYE est un journaliste d'investigation engagé dans le suivi citoyen des obligations... En savoir plus sur cet auteur

(Equonet-Dakar) – Au premier semestre 2022, tous les types de minerai produits au Sénégal ont été vendus à l’extérieur. Les ventes locales n’ont concerné que deux ressources naturelles. Toutes ces ventes ont rapporté au total 673.403.766.141 FCFA (hors données des douanes). Qui sont les acheteurs ?


Au regard des données importantes des exportations du secteur extractif du Sénégal, on dirait que les populations, les entreprises en particulier, n'ont pas un grand besoin de ces ressources naturelles produites dans ce pays. 

A part les phosphates et le basalte vendues au Sénégal, tous les autres types de minerai (ciment, clinker, or, argent, acide phosphorique, acide sulfurique, engrais, gypse, attapulgite, phosphates, basalte, leucoxènes, zircon, ilménite, medium grade zircon stand, rutile), dans leur écrasante majorité, sont destinés à l’exportation.
 
Les données pour les exportations et les ventes locales présentées dans le rapport du premier semestre 2022 du Comité national de l’Initiative pour la transparence dans l’industrie extractive (CN-ITIE Sénégal) et déclarées par les entreprises font état d’une valeur totale de 673.403.766.141 FCFA ; les données des exportations des entreprises n’ayant pas été mise à la disposition du CN-ITIE Sénégal par les douanes au moment de la production de ce projet de rapport.
 
Les pays destinataires de ces ressources naturelles varient selon les types de minerai. Ainsi, le ciment est vendu dans la zone de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et zone hors UEMOA, Mali, Gambie, Guinée, Mauritanie et Burkina Faso. Et c’est la zone hors UEMOA qui en est le plus grand acheteur avec un poids de 287.549 de tonnes d’une valeur de plus 12 milliards FCFA.
 
Pour le clinker, le Mali est le seul pays destinataire.
L’or et l’argent sont vendus en Australie et en Suisse. Ce dernier en est le plus grand acheter avec respectivement un poids 5,21 tonnes d’une valeur de plus de 190 milliards FCFA et un poids de 0,55 tonnes d’une valeur de 248 millions FCFA.
 
Pour l’acide phosphorique, l’Inde est le seul pays acheteur. Quant à l’acide sulfurique, la Guinée Bissau est le seul acheteur. Les engrais sont exportés en Gambie et Guinée.
 
Pour le GYPSE, les Mali, Burkina Faso et Guinée Bissau sont les pays destinataires. L’Attapulgite est exportée vers la Hollande, Angleterre et France. Les phosphates sont achetés par El Salvador, Espagne, France et Sénégal. Le Basalte est vendu en Gambie et au Sénégal.
 
La destination des autres types de minerai (leucoxènes, zircon, ilménite, medium grade zircon stand, rutile) n’est pas renseignée dans la liste des pays acheteurs.  

C'est dire que les minerais produits au Sénégal ne restent pas du tout au pays. 
 



Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | Contribution | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Mines-Hydrocarbures | Energies