Connectez-vous S'inscrire
https://www.equonet.net/
ecofinance.sn
Facebook
Twitter
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.
Veiller sur l'application des obligations du secteur extractif sénégalais.



politique énergétique sénégal : s'appuyer sur trois bases solides pour renforcer l'élan vers les objectifs de 2035


Rédigé le 1 Février 2024 à 16:15 | 0 commentaire(s) modifié le 6 Février 2024 - 12:16


(Equonet Energies-Dakar) - Le tout premier examen de l'AIE sur les politiques énergétiques du Sénégal révèle trois bases qui renforcent l'élan vers les objectifs de 2035.


 

Les efforts considérables déployés par le Sénégal pour développer son secteur énergétique et assurer l'accès à l'énergie à un plus grand nombre de personnes jettent des bases importantes pour que le pays puisse atteindre ses objectifs économiques plus larges, selon un nouveau rapport  de l'Agence internationale de l'énergie (AIE). 

La Revue de la politique énergétique du Sénégal 2023 de l'AIE , publiée récemment, révèle que l'énergie est au cœur de la stratégie 2035 du Sénégal visant à accélérer le développement durable et la croissance économique, connue sous le nom de Plan Sénégal Émergent (PSE). Cette analyse intervient alors que le Sénégal fait le point sur les progrès réalisés entre 2019 et 2023 et définit sa stratégie pour la prochaine période quinquennale, qui s’étend jusqu’en 2028.

Basé sur des consultations avec un large éventail de parties prenantes de l'énergie et une analyse des dernières données énergétiques, le rapport identifie les domaines dans lesquels le Sénégal connaît du succès, comme l'élargissement de l'accès à une électricité fiable et abordable, et fournit des recommandations pour soutenir la vision du gouvernement en matière de développement durable, qui dépend de la poursuite des progrès énergétiques.

La Revue de la politique énergétique du Sénégal 2023 a été lancée lors d'un événement à Dakar par la directrice exécutive adjointe de l'AIE, Mary Warlick, et Cheikh Niane, secrétaire général du ministère du Pétrole et de l'Énergie du Sénégal. Rita Madeira, responsable du programme Afrique de l'AIE, a présenté ses principales conclusions.

"Je salue les conclusions de l'examen, qui concordent globalement avec notre analyse quant à la pertinence des orientations prises par le gouvernement du Sénégal dans le secteur de l'énergie", a déclaré M. Niane. "Cela confirme également des acquis significatifs en termes de renforcement du système électrique, de promotion des énergies renouvelables, d'élargissement de l'accès universel à l'électricité et d'établissement d'un cadre de gouvernance conforme aux meilleurs standards."

L’AIE et le Sénégal ont favorisé une collaboration étroite ces dernières années. Le partenariat a été encore renforcé lorsque le Sénégal a rejoint la famille de l'AIE en tant que pays associatif en juin 2023. Les deux parties ont démontré un fort engagement à travailler ensemble en étroite collaboration sur les questions critiques en matière d'énergie et de climat.

Depuis le lancement du Plan Sénégal Émergent, le Sénégal a adopté des réformes destinées à attirer les investissements étrangers dans son secteur énergétique et à stimuler la participation du secteur privé, tout en tirant parti d'un soutien important des institutions de financement du développement. Le rapport constate que la stabilité des institutions du pays a contribué à accroître les flux d'investissement, même s'il en faudra davantage pour répondre aux ambitions du Sénégal.

Le Sénégal fait également de grands progrès vers son objectif d’accès universel à l’énergie. Selon l'AIE, en 2022, 75 pour cent de la population sénégalaise avait accès à l'électricité, un taux parmi les plus élevés d'Afrique subsaharienne. Près de 30 pour cent d'entre eux avaient accès à des combustibles et à des équipements de cuisine propres, même si des progrès beaucoup plus rapides sont nécessaires pour suivre le rythme de la croissance démographique du pays.

Le Sénégal est un ardent défenseur des transitions énergétiques justes. Le pays a déjà atteint les objectifs éoliens et solaires qu'il s'est fixés pour 2025 dans le cadre de sa plus récente contribution déterminée au niveau national à l'Accord de Paris, et il a rejoint le Global Methane Pledge visant à réduire les émissions mondiales de méthane de 30 pour cent par rapport aux niveaux de 2020 d'ici 2030.

Ces dernières années, le pays a produit plus d'électricité à partir de sources renouvelables qu'à partir de charbon, le solaire photovoltaïque et l'éolien représentant plus d'un cinquième de la production en 2022. Il s'est récemment engagé à augmenter la part de la capacité totale d'énergie renouvelable installée à 40 pour cent d'ici 2030 dans le cadre d'un partenariat pour une transition énergétique juste annoncé en juin 2023. Ce partenariat pourrait mobiliser jusqu'à 2,5 milliards d'euros pour soutenir les efforts du Sénégal visant à parvenir à un accès universel à l'énergie et à renforcer un système énergétique résilient, sûr et durable qui favorise le développement durable et la croissance économique. 

En 2024, le Sénégal devrait devenir producteur de pétrole et de gaz. Elle poursuit actuellement une stratégie visant à remplacer le fioul lourd par le gaz naturel pour la production d'électricité, ce qui aidera le pays à réduire sa dépendance à l'égard des importations de carburants et à réduire le coût de l'électricité et les émissions associées. Il a également créé des fonds soutenus par l’État qui exploiteront de plus en plus les revenus des hydrocarbures pour financer une croissance économique durable.  

« Le nouveau rapport de l'AIE révèle que le Sénégal a défini une stratégie claire pour exploiter son abondant potentiel énergétique. Cela permettra au pays d'accélérer son parcours de développement conformément aux priorités politiques du gouvernement », a déclaré l'ambassadeur Warlick. « Il est essentiel que le Sénégal examine les progrès réalisés jusqu’à présent et peaufine ses plans pour les années à venir. L'AIE est très heureuse de soutenir ce processus et reste engagée dans cet excellent partenariat. Nous espérons que ce rapport et son analyse fourniront des informations utiles alors que le Sénégal continue de présenter des ambitions énergétiques impressionnantes."

equonet



Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | Contribution | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Mines-Hydrocarbures | Energies