Connectez-vous S'inscrire
https://www.equonet.net/
ecofinance.sn
Facebook
Twitter
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.
Veiller sur l'application des obligations du secteur extractif sénégalais.



politique fiscale : les pays peuvent exploiter leur potentiel fiscal pour financer leurs objectifs de développement


Rédigé le 19 Septembre 2023 à 17:56 | 0 commentaire(s) modifié le 20 Septembre 2023 - 13:08


(Equonet-Dakar) - Les économies émergentes et les économies à faible revenu disposent d’un important potentiel fiscal inexploité de 8 à 9 % du PIB.


Les marchés émergents et les économies en développement ont besoin de 3 000 milliards de dollars  par an jusqu’en 2030 pour financer leurs objectifs de développement et la transition climatique. Cela représente environ 7 % du produit intérieur brut combiné de ces pays en 2022 et constitue un formidable défi, en particulier pour les pays à faible revenu.

Nos nouvelles recherches révèlent que de nombreux pays ont le potentiel d’augmenter leur ratio impôts/PIB – leur permettant ainsi de fournir des services gouvernementaux essentiels – jusqu’à 9 points de pourcentage grâce à une meilleure conception fiscale et à des institutions publiques plus solides. L’exploitation de ce potentiel contribuerait également au développement financier et à l’entrepreneuriat du secteur privé. Un financement plus facile, à son tour, associé à des dépenses efficaces et bien ciblées, notamment pour renforcer les filets de sécurité sociale, contribuerait grandement à réaliser un développement durable.

Des progrès bloqués

Le ratio moyen impôts/PIB dans les économies émergentes et en développement a augmenté d’environ 3,5 points de pourcentage à 5 points de pourcentage depuis le début des années 1990, principalement sous l’effet des taxes sur la consommation telles que les taxes sur la valeur ajoutée et les droits d’accise.

Certains pays ont remarquablement réussi à augmenter leurs recettes, comme l’Albanie, l’Argentine, l’Arménie, le Brésil, la Colombie et la Géorgie, qui ont tous mobilisé plus de 5 points de pourcentage du PIB. Une grande partie de cette augmentation s’est produite avant la crise financière mondiale de 2008, ce qui suggère que les progrès ont été difficiles et fragiles face aux chocs récents.

En savoir plus : https://www.imf.org/en/Blogs/Articles/2023/09/19/countries-can-tap-tax-potential-to-finance-development-goals?utm_medium=email&utm_source=govdelivery.equonet.net

Vitor Gaspar , Mario Mansour , Charles Vellutini



Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | Contribution | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Mines-Hydrocarbures | Energies