Connectez-vous S'inscrire
https://www.equonet.net/
ecofinance.sn
Facebook
Twitter
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.
Veiller sur le respect des obligations du secteur extractif sénégalais.



présidence de la cop 28 à abu dhabi : sa sélection contestée un peu partout, sultan al jaber honoré en afrique


Rédigé le 23 Janvier 2023 à 16:53 | 0 commentaire(s) modifié le 24 Janvier 2023 - 16:40


(Equonet-Dakar) - Sélectionné pour présider la prochaine Conférence des Nations Unies sur le climat (COP28), Sultan Al Jaber, directeur général de l'Abu Dhabi National Oil Company (ADNOC) a reçu beaucoup de contrecoups. Ayuk, directeur exécutif, Chambre africaine de l'énergie, les trouve erroné et explique pourquoi l'Afrique le soutien.


"... Franchement, j'ai déjà vu une rhétorique comme celle-ci, seulement il s'agissait des «graves dangers posés par les combustibles fossiles», des «maux de l'industrie pétrolière et gazière» et de la façon dont «les populations vulnérables de l'Afrique doivent être protégées contre le pétrole et le gaz en cours». production » et leur rôle dans le déclenchement des catastrophes liées au climat.

"Je me rends compte que les protestations que nous voyons dans le cas d'Al Jaber sont basées sur la conviction que, comme le pétrole et l'eau, l'industrie pétrolière et la prévention significative du changement climatique ne font tout simplement pas bon ménage.

"Mais cette hypothèse est fausse. Si nous voulons avoir une transition juste des combustibles fossiles vers les énergies renouvelables, nous aurons besoin des deux. Nous aurons besoin de combustibles fossiles pour assurer la sécurité énergétique et stimuler l'industrialisation dans les pays en développement, alors même que le monde s'efforce de rassembler les investissements, les infrastructures et la gouvernance nécessaires pour faire fonctionner un monde alimenté par les énergies renouvelables.

"Al Jaber le comprend. Il a été témoin des résultats douloureux du désengagement prématuré des combustibles fossiles – il suffit de regarder la crise énergétique en Europe – et il appelle à une approche plus pragmatique pour protéger le monde du changement climatique. Il appelle à une approche qui n'aggrave pas la pauvreté énergétique et n'entrave pas la croissance économique. Comme il l'a brillamment écrit en août, "Notre objectif ultime devrait être de contenir les émissions, pas de progresser".

"Oui, Al Jaber est un leader de l'industrie pétrolière et gazière, et ADNOC n'a pas l'intention d'arrêter la production à court terme. Et ils ne devraient pas. Ce sera imprudent. La Norvège et le Royaume-Uni accordent de nouvelles licences de forage pétrolier. Mais là encore, le forage n'est pas l'activité menaçant le monde que les organisations environnementales prétendent être. Et Al Jaber est plus qu'un dirigeant de société pétrolière, il est également le président de la société mondiale d'énergie renouvelable à croissance rapide, Masdar. Et il a parlé ouvertement de l'importance de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre.

"En plus de tout cela, Al Jaber est un homme bon et un ami de l'Afrique. Je suis certain qu'il est un excellent choix pour diriger la COP28."

equonet




Dans la même rubrique :
< >

Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | Contribution | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Mines-Hydrocarbures | Energies