Connectez-vous S'inscrire
https://www.equonet.net/
ecofinance.sn
Facebook
Twitter
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.
Veiller sur l'application des obligations du secteur extractif sénégalais.



prise en charge des préoccupations des députés sénégalais dans le budget 2024 : heureusement qu’il a une réserve de gestion de plus de cinquante milliards


Rédigé le 4 Décembre 2023 à 13:29 | 0 commentaire(s) modifié le 5 Décembre 2023 - 18:48

Massamba Ndakhté Gaye
Ndakhté M. GAYE est un journaliste d'investigation engagé dans le suivi citoyen des obligations... En savoir plus sur cet auteur

(Equonet-Dakar) – De nombreuses préoccupations soulevées par les députés n’était pas prévues dans le projet de budget. Néanmoins, elles seront prises en charge grâce à une réserve de gestion.


Les nombreuses demandes sur lesquelles les députés ont fortement insisté au cours de des débats parlementaires sur le vote du budget seront prises en charge dans la gestion 2024. L’engagement en a été pris par le ministre sénégalais des Finances et du Budget, Amadou Moustapha Bâ. « De nombreuses préoccupations soulevées au cours des 32 jours qu’aura duré le débat parlementaire, et qui n’étaient pas prévues dans ce projet de budget, seront prises en charge au cours de la gestion 2024 », a-t-il déclaré dans son discours de clôture de la session budgétaire.

« C’est vrai, pour des raisons techniques facilement compréhensibles, le projet de loi de finances déposé par le gouvernement ne peut pas, à ce stade, faire l’objet de changements. Mais nous avons prévu dans ce projet de loi une réserve de gestion qui permettra de prendre en charge des dépenses nouvelles de fonctionnement et d’investissement jusqu’à hauteur de 50,43milliards FCFA », a-t-il ajouté.

Selon le ministre, cette réserve de gestion devrait permettre, dès le début de la prochaine gestion, de gérer beaucoup de demandes sur lesquelles les représentants du peuple avaient fortement insisté au cours des débats.

Et M. Bâ d’étaler la longue liste des doléances que voici :

1-renforcer l’appui aux Daaras pour lequel le Président de la République a alloué 6 milliards FCFA par an à compter de l’année 2023;
2- accélérer la résorption des abris provisoires ;
3- revoir à la hausse le montant d’un milliard (1000 000 000) FCFA, positionné en 2024, pour la reprise des travaux de construction et d’extension du lycée technique de Sandiara ;
4- augmenter le budget de l’Université numérique Cheikh Hamidou Kane ;
5- implanter un service d’AEMO (Action éducative en Milieu ouvert) à Linguère ;
6- construire un nouvel hôpital de niveau 3 dans le département de Mbour ;
7- soutenir le projet de relance de l’industrie pharmaceutique à travers le fonctionnement de la Delivery Unit ;
8- revoir à la hausse les fonds d’aide et de secours en faveur de nos concitoyens émigrés ;
9- réduire la fracture numérique en permettant aux zones les plus reculées d’accéder au réseau ;
10- d’étendre davantage la carta sanitaire et de renforcer les dotations en ambulances et en personnel de santé qualifié ;
11- poursuivre le renforcement des infrastructures de stockage des produits agricoles et étendre le programme de modernisation des marchés ;
12- finaliser le règlement d’établissement de l’ISRA et prendre en charge de l’incidence budgétaire de son application ;
13- renforcer la dotation de l’Agence nationale de l’Aquaculture 14- électrifier la commune de Vélingara Ferlo ;
15- démarrer les travaux d’élargissement de la Route des Niayes et du viaduc de Cambérène ;
16- prendre en charge la construction du quai de pêche Kaffountine ;
17- améliorer de manière substantielle les conditions de travail des agents de l’ANACIM ;
18- construire de nouveaux commissariats et postes de police, mais aussi des casernes de sapeurs-pompiers ;
19- augmenter les budgets des Maisons de Justice ;
20- le redémarrage des travaux des ENO de Tivaouane, Linguère, Sédhiou
21- d’assurer une meilleure prise en charge des externalités négatives consécutives à l’exploitation et veiller à plus de retombée dans zones abritant les mines, notamment dans les zones de Diogo, Mboro, Darou Khoudos, Taiba Ndiaye ;
22- renforcer les services d’intervention des eaux et forêt ; 23- accélérer le programme de désenclavement et l’accès à l’énergie sur l’ensemble du territoire.



Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | Contribution | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Mines-Hydrocarbures | Energies