Connectez-vous S'inscrire
https://www.equonet.net/
ecofinance.sn
Facebook
Twitter
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.
Veiller sur l'application des obligations du secteur extractif sénégalais.



vous avez dit « dialogue national ? »…mon œil ! dites plutôt : « les soliloques des fous du roi »


Rédigé le 1 Mars 2024 à 16:40 | 0 commentaire(s) modifié le 5 Mars 2024 - 11:54


(Equonet Energies-Dakar) – Le dialogue national porte en lui les germes congénitaux d’un faux, d’un remake et d’un échec prévisible.


La reprise du dialogue national- un de plus devrait-on dire- ouvert ce lundi 26 février 2024  par Monsieur le Président de la République, me donne l’occasion de partager avec vous ce texte écrit et publié en janvier 2020 et portant sur le dialogue national de 2020 suivi de celui du mercredi 31 mai 2023. DEJA ?
Il  m’a semblé tellement d’actualité que je préfère le proposer à nouveau à nos lecteurs juste un peu ajusté, plutôt que de devoir me répéter. SUIVEZ.
 
Le 10 janvier 2020 , le Président Macky SALL a finalement installé Le Vieux Famara Ibrahima SAGNA dans ses nouvelles fonctions de Président du dialogue National marquant ainsi le Top départ d’un raout qui peinait à se formaliser, à se former et donc à se dérouler.
On va pouvoir dire : « Enfin ! On va pouvoir commencer les choses sérieuses » pour parler comme l’autre. Un Dialogue National pour se parler, se confronter, s’expliquer, se comprendre et s’entendre sur l’essentiel  est toujours le bienvenu dans un pays dit de dialogue comme le nôtre.
Mais ce dialogue national là tel qu’il a été conçu et mis sur les fonds baptismaux par la seule volonté du Chef de l’Etat porte en lui, les germes congénitaux d’un faux, d’un remake et d’un échec prévisible.
1/ Faux dialogue . A partir du moment où le choix des participants relève de la volonté discrétionnaire du Prince, il devient évident que ne seront cooptées que des « personnes bien sous tous les rapports ». Aussi n’est-on pas trop étonné d’y retrouver les mêmes éternelles «personnes ressources» de ce pays. On les retrouve dans toutes les rencontres où il y’a à boire et à manger, pour parler doctement de tous les sujets : politiques, économiques, sociaux, religieux et j’en passe. C’est à croire qu’elles sont les seules personnes à pouvoir parler de tout ce qui concerne notre pays et dans tous les domaines. Regardez bien la liste des participants, vous y verrez les éternels rats des réunions, rencontres, symposiums et autres colloques, toujours friands de publicité, de lumière et de buzz et qui, pour certains d’entre eux, sont de vénérables vieillards et autres vieilles reliques incapables de se rendre à l’évidence et d’accepter leur état de «has been». Et qui, au lieu de consacrer ce qui leur reste de vie, à adorer leur Seigneur pour améliorer autant que faire se peut leur bilan de vie en vue du « yowmil khiyaame» sont toujours prêts à se faire embrigader encore, pour un service plus-plus par un jeune qui n’avait pas encore vu le jour quand eux, ils commençaient pour la plupart d’entre eux à « manger de l’argent ».
Non , Messieurs, Dames, il faut savoir s’arrêter dans sa vie professionnelle pour laisser la place aux plus jeunes et faire autre chose. Nul n’est Eternel ni indispensable hormis ALLAH LE SUPREME. Est-ce si difficile de dire « Ah Merci .Mais ce n’est plus de mon âge » quand on est sollicité ? Il ne faut pas se voiler la face, à plus de soixante-dix ans on peut faire quoi ? Mais RIEN d’autre. Si ce n’est de se rapprocher de sa famille, de ses amis et connaissances pour rattraper les manquements faits dans ce domaine en période d’activités intenses ; d’écrire éventuellement ses mémoires pour laisser quelque chose à la postérité et surtout de louer DIEU pour Tout ce qu’il vous a donné. Mais vouloir être toujours sur la brèche, comme un jeune débutant. Toujours, Toujours… Le plus désolant, c’est qu’ils sont pour la plupart d’entre eux, grabataires et de santé vacillante tant il est vrai que la vieillesse a ses réalités, incapables de tenir assis plus de deux heures d’affilée et rester bien éveillés sans s’assoupir souvent. Ils squattent toutes les rencontres, imbus de leur passé qui fut glorieux certes, pour s’entendre donner du «Doyen, Père, Tonton» et  Ils émettent des sentences qu’on voudrait sacrées et acceptées de tous sans murmure ni objection biaisant gravement la quintessence des discussions qui se doivent d’être contradictoires et inclusives. Ce faisant, ils s’offusquent souvent de se voir apostrophés ou contredits  par des bambinos de l’âge de leur dernier petit-fils. Et dont les parents biologiques n’osaient même pas les regarder dans le blanc des yeux, du temps de leur toute puissance. AUTRES TEMPS , AUTRES MŒURS.  Triste tout çà.
2/ Faux Remake. Ce dialogue National -un de plus- n’est que le « faux remake » des ASSISES NATIONALES qui se sont tenues dans notre pays du 1er juin 2008 au 24 mai 2009 et qui avaient l’avantage du nationalisme, de l’inclusion et de la participation spontanée et massive des acteurs issus de toutes les couches sociales de notre pays sans écrémage ni exclusion d’aucune sorte.. Jamais notre pays n’avait eu un tel élan de patriotisme et d’engagement citoyen, pour élaborer un véritable code de conduite national dans tous les domaines de notre vie politique, économique, sociale, éducationnelle etc.
Le document final, élaboré avec soin dans une méthodologie inclusive, participative et consensuelle qui passe en revue tous les  secteurs de notre commun vouloir de vivre ensemble dans un Sénégal réconcilié avec lui-même, avait été porté à la connaissance de tous et de chacun. Il préconisait la mise en place de structures solides pour nos Institutions et détaillait des conduites, attitudes et démarches novatrices ,citoyennes et responsables dans tous les domaines de notre vie politique, sociale, économique, éducationnelle, religieuse etc. qui, une fois acceptées, mises en œuvre et pratiquées allaient décliner le SENEGALAIS NOUVEAU.  L’actuel Président,  à l’époque candidat déclaré à la magistrature Suprême de notre pays, avait donné son onction pour appliquer Toutes les recommandations issues de ces Assises véritablement NATIONALES.- « sans y changer une virgule » pour reprendre le mot d’Abdou DIOUF avec le code  de 1992-
Mais avec l’euphorie de la victoire, on aura assisté à un dénigrement des conclusions des Assises qui, selon les propres mots de l’ex-candidat : «ne sont ni la Bible ni le Coran » suivi d’un reniement total : « je ne suis pas lié par les conclusions des Assises ». Et TOC…
Le respect de l’engagement du candidat devenu Président, nous aurait évité toutes ces remises en question et autres soubresauts socio-politiques qui commandent aujourd’hui de mettre sur pied une autre concertation nationale biaisée et tronquée et pompeusement appelée « Dialogue National ». Pâle succédané des Vraies assises Nationales. Un véritable leurre pour endormir et occuper son monde.
3/ Un échec prévisible . Pour sûr , ce dialogue National court vers un échec patent. De par sa  composition faite de personnes triées sur le volet dont certaines -nous l’avons déjà dit, sont manifestement dépassées par les réalités du moment. Ils connaissaient les Ondes courtes et ondes moyennes des radios pour les plus anciens. Les moins vieux ont connu la bande FM . Aujourd’hui, les jeunes parlent de connexions en GigaBits, d’applications multiples et autres réseaux sociaux qui ont fini de libérer la parole, vulgariser les connaissances, décloisonner les classes sociales, sanctifier l’outrecuidance, développer l’irrespect et déifier la contestation de l’évidence même. Oh !! Ils sont perdus les Vieux et ne veulent pas se l’avouer. Et on en est à se demander « Bon dieu qu’est ce qui les fait toujours courir ?» D’aucuns avec leur langue fourchue, les accusent d’être très friands des petits fours des pauses café et des fumets des mets exotiques servis lors des pauses déjeuner …aux frais du Prince SVP au point de ne pouvoir plus sans passer. OH ! Que de vilaines médisances sur de vénérables vieillards qui ont bien rempli leur vie. N’est-ce pas ? PASSONS.
Ensuite, malgré tout ce qu’ils ont pu glaner durant toute leur vie active et très souvent à des postes de très haut niveau, ils en sont encore et toujours à la recherche de pitance aux frais du Prince. Leur nature mercantile d’éternels «chasseurs de primes» leur fait hausser déjà la voix pour réclamer sans pudeur «des perdiems» pour leur participation tarifée à ce grand raout national. Il y’a longtemps que le ridicule ne tue plus au Sénégal . Aussi n’est-il pas étonnant d’apprendre que d’aucuns, et ils seraient nombreux, très nombreux même sont venus avec des lettres et autres demandes de soutien d’audience et de « soukerou korr » d’avance ». PITOYABLE..
Enfin , le choc des Ego surdimensionnés de certains des participants imbus de leur pédigrée commence déjà à faire des vagues avec les clashes enregistrés ici et là et qui vont certainement continuer à miner les rapports internes pour transformer les débats en querelles de personnes . Sans compter la présence parmi les cooptés « d’infiltrés », en service commandé qui seront chargés d’orienter ou de perturber -c’est selon- les débats dans le sens des désidératas du Prince. Ils seront renforcés par l’enrôlement des quarante « intrus » de la vingt-cinquième heure. Tout cela, pour dire que ce dialogue national là c’est tout simplement « une arme de distraction massive » pour reprendre le journaliste, qui ne trompera que ceux qui veulent être trompés.
En réalité, il aurait été beaucoup plus simple -si vraiment la volonté y était – de reconnaître qu’on s’était trompé sur les conclusions des ASSISES NATIONALES  parce que mal informé et que donc on va trouver ensemble, les voies et moyens de les mettre en œuvre et de les appliquer dans l’intérêt exclusif de notre cher SENEGAL. Et tout le monde allait applaudir.
Mais cela suppose une bonne Foi, une humilité et une disponibilité réelle qui sont encore à chercher et à trouver…  FIN DE L’ARTICLE
 
POST SCRIPTUM :
1/ .A toutes les échelles où on peut mesurer la pertinence d’un dialogue , celui-ci  ne vous donne pas l’impression d’une comédie bis voire d’un ter-répétita ?
2/ Lors de ce nième dialogue, il nous aura été donné d’assister à un véritable cirque des FOUS DU ROI. Entre les partisans et théoriciens du « guemeul door- kholele door » , les souteneurs hystériques et autres crieurs publics et saltimbanques de salon, c’est à qui se livrera le mieux  à des soliloques grandiloquents et insipides pour flatter le Prince et le supplier presque de rester encore et encore et jusqu’en 2027 pour les plus farfelus. QUEL MEPRIS POUR LE SENEGAL.
3/ Dans tout ce tohu-bohu de grands enfants, une seule voix de RAISON a émergé, vite noyée par le brouhaha des autres. CELLE DE L’EGLISE. Demandant tout simplement le respect scrupuleux des Institutions que nous nous sommes, nous-mêmes donné.. RESPECT ET GRANDEUR.
4/ Il se susurre que nombre de participants à ce raout national, seraient venus avec des enveloppez et autres lettres de demandes d’audience, d’aides, de soutien et ..de « soukarou koor » anticipé en direction du PGDP .( Comprenez : Plus Grand Distributeur de Prébendes)  Comme quoi, à quelque station que l’on se trouve, la nature véritable de sangsue de la République transparait toujours. TRISTE ET DEGRADANT.
Mais TOUT A UNE FIN. ET TOUT FINIRA PAR FINIR . INCH CHAA ALLAH.
DIEU NOUS GARDE ET GARDE LE SENEGAL.
 
Dakar le  01/03/2024
Guimba  KONATE
DAKAR
guimba.konate@gmail.com
 
Guimba Konaté




Dans la même rubrique :
< >

Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | Contribution | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Mines-Hydrocarbures | Energies