Connectez-vous S'inscrire
https://www.equonet.net/
ecofinance.sn
Facebook
Twitter
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.
Veiller sur l'application des obligations du secteur extractif sénégalais.



vous voulez stimuler le commerce transfrontalier en afrique ? investissez dans des systèmes de paiement inclusifs !


Rédigé le 15 Février 2024 à 13:08 | 0 commentaire(s) modifié le 19 Février 2024 - 11:29


(Equonet Energies-Dakar) - Des paiements transfrontaliers moins chers et plus accessibles pourraient stimuler l'économie africaine.


Les pays africains ont redoublé d'efforts pour faciliter la circulation des biens et des services entre eux. Comme dans toute transaction commerciale, une partie doit payer et une autre doit être payée. Il est logique que des systèmes de paiement transfrontaliers interopérables, parmi d'autres infrastructures de finance numérique, permettent de multiplier les opportunités de commerce intra-africain.

Des paiements transfrontaliers moins chers et plus accessibles pourraient stimuler l'économie africaine

Le commerce transfrontalier a été limité en Afrique, en partie parce que les paiements transfrontaliers directs sont coûteux et souvent inaccessibles pour la plupart des personnes, sauf pour les entreprises et les consommateurs les plus importants et les plus connectés financièrement et numériquement. L'Afrique reste le continent le plus cher pour l'envoi de fonds, avec un coût moyen de 7,8 % (Banque mondiale 2022a). Peu de systèmes de paiement transfrontaliers permettent les paiements d'entreprise à entreprise (B2B) et de personne à entreprise (P2B). Faute de meilleures options, trop de particuliers et d'entreprises s'en remettent à des méthodes informelles et souvent basées sur l'argent liquide pour envoyer et recevoir de l'argent à travers les frontières. Pour cette raison, entre autres, seuls 18 % environ des échanges commerciaux de l'Afrique se font entre ses pays, selon les données de l'Union africaine. Ce chiffre est dérisoire par rapport à d'autres continents : En 2022, 68 % des exportations européennes étaient destinées à des partenaires commerciaux situés sur le même continent. En Asie, ce taux était de 59 %1.
La croissance du commerce transfrontalier a le potentiel de catalyser les opportunités socio-économiques pour les populations à travers le continent et de favoriser un développement durable inclusif. Plus précisément, le secrétariat de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) - créée en 2018 pour faciliter le commerce transfrontalier sur le continent - estime que l'établissement d'un marché africain intégré unique pourrait permettre à 30 millions de personnes de sortir de la pauvreté et d'augmenter les revenus sur le continent de 450 milliards de dollars américains d'ici 2035. En outre, le commerce à travers l'Afrique pourrait contribuer à minimiser les perturbations dues aux chocs mondiaux, tels que la pandémie de COVID-19, en réduisant la dépendance à l'égard des marchés extérieurs.

Les limites des paiements transfrontaliers dans le marché actuel

Faciliter la circulation sécurisée de l'argent à travers les frontières pourrait accélérer cette opportunité. Pour y parvenir, le continent doit intensifier le déploiement de systèmes de paiement instantané interopérables à l'échelle nationale et régionale, capables de traiter les transactions transfrontalières en toute transparence. AfricaNenda définit les systèmes de paiement instantané inclusifs comme des plateformes de paiement de détail ouvertes, publiques ou publiques-privées, auxquelles tout prestataire de services de paiement agréé dans une économie donnée peut participer pour permettre des transactions numériques en temps réel et à tout moment. Cette définition exclut explicitement les systèmes de paiement instantané propriétaires en circuit fermé, y compris la plupart des systèmes de cartes.

Bien que les plateformes de paiement propriétaires du secteur privé aient joué un rôle important dans la réalisation de certains paiements transfrontaliers, leurs solutions sont souvent coûteuses et limitées à certains types de paiements ou d'utilisateurs finaux. Ces prix élevés sont commercialement nécessaires pour qu'une entreprise à but lucratif puisse absorber la charge que représente le respect de réglementations nationales et d'obligations d'information multiples et parfois contradictoires, ainsi que les éventuelles sanctions en cas de non-respect de ces réglementations. Ces entreprises sont importantes, mais les services qu'elles fournissent ne suffiront pas à accroître les flux commerciaux transfrontaliers dans tous les secteurs de l'économie africaine. Rendre les paiements transfrontaliers instantanés accessibles à tous ceux qui souhaitent les utiliser ne sera possible que si les systèmes de paiement eux-mêmes sont accessibles à tous, interopérables, abordables et pratiques à utiliser pour les particuliers et les entreprises. En d'autres termes, ils doivent être inclusifs.

La meilleure façon d'y parvenir est d'établir un partenariat entre les acteurs privés et publics. L'avenir des paiements instantanés inclusifs qui soutiennent le commerce transfrontalier réside dans la collaboration au sein de l'écosystème entre les banques centrales, les autorités de politique monétaire et les agences de protection des données, ainsi que les communautés économiques régionales. Lorsqu'une telle collaboration s'inscrit dans le cadre d'un accord commercial continental tel que la ZLECAF, nous avons plus d'élan pour un succès à long terme. En effet, le commerce numérique est appelé à jouer un rôle central dans la réalisation des objectifs de la ZLECAF, car il est l’un des catalyseurs permettant d’augmenter le commerce intra-africain de son niveau actuel de 18 % à environ 50 % d’ici 2030 (Nations Unies, 2020). AfricaNenda est fière de soutenir les consultations en cours sur le Protocole de commerce numérique à travers le groupe de travail organisé par le secrétariat de la ZLECAF.

Comment les systèmes de paiement instantané combinés à l'harmonisation réglementaire peuvent développer le commerce transfrontalier.

Selon le Rapport sur l’état des systèmes de paiement instantané inclusifs en Afrique 20232 (SIIPS 2023), trois des 32 systèmes de paiement instantané actifs en Afrique sont régionaux. Il s'agit du Système panafricain de paiement et de règlement (PAPSS), de GIMACPAY dans la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) et des Transactions compensées sur une base immédiate (TCIB) dans la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC). Trois autres systèmes régionaux de paiement instantané sont en cours de développement, à savoir dans la Communauté de l'Afrique de l'Est (CAE), le Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA) et l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

Lorsqu'ils fonctionneront à grande échelle, ces systèmes régionaux de paiement instantané permettront un meilleur accès aux paiements transfrontaliers pour tous ceux qui peuvent les utiliser, notamment les petites et moyennes entreprises qui ont pu être exclues du commerce transfrontalier formel dans le passé.

Les économies participantes peuvent contribuer à l'harmonisation de leurs politiques et de leurs réglementations afin de soutenir le commerce numérique et de permettre une circulation transfrontalière transparente de l'argent. La mise en place de régimes d'autorisation et de supervision proportionnés aux risques et de cadres d'interopérabilité avec des principes directeurs similaires, y compris ceux liés à la réglementation « connaître son client » pour l'expéditeur et le destinataire du paiement, permettra de rendre les paiements transfrontaliers plus accessibles.

A terme, cela facilitera l'accès des entreprises aux marchés régionaux et soutiendra le commerce intra-africain. Cela réduira également la complexité et encouragera la concurrence dans l'espace de paiement. À terme, cela se traduira également par des options de paiement transfrontalier moins chères, plus rapides et plus fiables pour tous les habitants du continent.

Le rapport annuel des SIIPS fournit un cadre de bonnes pratiques pour les éléments de base de l'harmonisation réglementaire à prendre en considération sur la base des systèmes de paiement instantanés déjà en place. Grâce à ce travail, les pays africains peuvent apprendre les uns des autres. Ils peuvent également tirer des leçons de l'expérience des communautés économiques régionales dans d'autres parties du monde qui ont promu l'harmonisation des politiques et des réglementations pour catalyser le commerce transfrontalier. Grâce à un partenariat proactif et au partage des connaissances, la communauté africaine peut développer les capacités dont nous avons besoin pour assurer une plus grande prospérité économique à chacun. Les systèmes de paiement instantané inclusifs soutenus par des réglementations favorables peuvent être des accélérateurs essentiels du commerce transfrontalier dans le marché d’1,3 milliard de consommateurs dans le cadre de la ZLECAF.
 
[1] https://hbs.unctad.org/trade-structure-by-partner/
2 https://www.africanenda.org/en/siips
Sabine Mensah, Directrice générale adjointe d'AfricaNenda.




Dans la même rubrique :
< >

Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | Contribution | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Mines-Hydrocarbures | Energies