Connectez-vous S'inscrire
Equonet.net : actualité économique, financière sénégalaise et africaine
Développer un contenu vérifié, instructif, constructif et attentif, de manière professionnelle et responsable.

​ Rapport Cnuced 2018 : La migration catalyseur de la croissance africaine


Rédigé le 2 Juin 2018 à 20:27 | 0 commentaire(s) modifié le 2 Juin 2018 - 20:30


Les migrations africaines pourraient stimuler la croissance et transformer positivement la structure de l’économie du continent, selon le Rapport 2018 de la CNUCED sur le développement économique en Afrique : «Les migrations au service de la transformation structurelle».


«Les mouvements de population hors des frontières offrent souvent aux individus la possibilité d’une vie meilleure, et présentent des avantages sociaux et économiques pour les pays d’origine comme pour les pays de destination, ainsi que pour les générations futures», a déclaré le Secrétaire général de la CNUCED, Mukhisa Kituyi.

Selon lui, «notre analyse montre la réalité de ce constat pour des millions de migrants africains et membres de leur famille». «Pourtant, une bonne partie du discours public, particulièrement en ce qui concerne les migrations internationales africaines, est pleine d’idées fausses qui alimentent une représentation conflictuelle, trompeuse et nuisible de la réalité».

Historiquement et encore aujourd’hui, la plupart des migrants africains se déplacent à l’intérieur du continent: en 2017, 19 millions de migrants internationaux se sont déplacés en Afrique et 17 millions d’Africains ont quitté le continent − mais l’écart se réduit. L’Afrique est aussi une destination migratoire pour 5,5 millions de personnes venues de l’extérieur du continent.

Le rapport raconte l’histoire de Mamadou et de Ramatoulaye (Sénégal) et d’Afwerki (Éthiopie). Bien qu’il s’agisse de personnages fictifs représentant deux types différents de migrants, les qualifiés et les peu qualifiés, leurs parcours illustrent les avantages (et les écueils) que comporte la migration intra-africaine pour le commerce et le développement du continent. En 2017, les cinq principales destinations des migrations intra-africaines (par pays d’accueil et par ordre décroissant) étaient l’Afrique du Sud, la Côte d’Ivoire, l’Ouganda, le Nigeria, l’Ethiopie (tous pays ayant accueilli plus de 1 millions de migrants), indique le rapport. Au-delà des chiffres, l’analyse économique permet de voir la contribution nette des migrations en Afrique. La contribution des migrants internationaux au PIB a été mesurée à 19 % en Côte d’Ivoire (2008), 13 % au Rwanda (2012), 9 % en Afrique du Sud (2011) et 1 % au Ghana (2010). 

Les envois de fonds vers l’Afrique ont augmenté en moyenne de 38,4 milliards de dollars (2005-2007) à 64,9 milliards de dollars (2014-2016). Ces apports ont représenté 51 % des flux de capitaux privés vers l’Afrique en 2016, contre 42 % en 2010. Les migrations intracontinentales et les migrations extracontinentales sont donc une double nécessité pour soutenir la transformation structurelle de l’Afrique.



Actualité | Economie | Finance | Innovation & Technologie | Social | Environnement | Equobusiness | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe



Blog Relations médias

Conseil des ministres

SENEGAL : promulgation de la loi relative au PTIP 2019-2021 et la loi de Finances pour l’année 2019.

(Equonet-Dakar) - Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Président de la République a promulgué la loi portant approbation du Programme triennal d’investissements publics (PTIP) 2019-2021 ainsi que la loi de Finances pour l’année 2019.


Nominations

Les nominations du Chef de l'Etat au Conseil des ministres du 14 novembre 2018

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz








Derniers tweets




Facebook

Actu d'Afrique

COTE D’IVOIRE : 767 milliards FCFA pour résoudre les problèmes persistants de balance des paiements

(Equonet-Dakar) - Les perspectives économiques du pays restent robustes, avec une croissance projetée à environ 7½ pour cent en 2018–19. Le déficit budgétaire devrait converger vers la norme régionale de l’UEMOA de 3 pour cent du PIB en 2019. Le programme vise à atteindre une position viable de la balance des paiements, à renforcer la mobilisation des recettes intérieures, à assurer la viabilité de la dette, ainsi qu’à favoriser une croissance inclusive et la réduction de la pauvreté.


Actu d'Europe

La croissance économique n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon l’OCDE

(Equonet-Dakar) - Le développement durable exige une vision plus globale que la croissance économique qui n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon un nouveau rapport du Centre de développement de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).