Connectez-vous S'inscrire
Sénégal : actualité économique et financière - equonet.net Afrique

Avis: l'agriculture africaine est prête pour une révolution numérique


Rédigé le 7 Avril 2021 à 18:16 | 0 commentaire(s) modifié le 8 Avril 2021 - 00:05


(Equonet-Dakar) - Akinwumi Adesina, président de la Bad et Patrick Verkooijen, Pdg du Gca sont d’avis que l'agriculture africaine est prête pour une révolution numérique.


Après une sombre 2020, une nouvelle année a apporté un nouvel espoir. En Afrique, où jusqu'à 40 millions de personnes supplémentaires ont été poussées dans l'extrême pauvreté et où le continent a connu sa première récession en 25 ans, un avenir meilleur se profile alors que l'économie devrait renouer avec la croissance cette année.

L'Afrique a maintenant l'occasion de réinitialiser sa boussole économique. Pour reconstruire non seulement mieux, mais plus vert. D'autant que la prochaine crise - le changement climatique - est déjà à nos portes.

Les systèmes alimentaires africains doivent être rendus plus résistants aux chocs futurs tels que les inondations, les sécheresses et les maladies. Des augmentations urgentes et durables de la production alimentaire sont nécessaires pour réduire la dépendance aux importations alimentaires et réduire la pauvreté, et c'est là que les services numériques entrent en jeu.

La possession de téléphones mobiles en Afrique subsaharienne à elle seule devant atteindre un demi-milliard cette année, les services numériques proposés par messagerie texte peuvent atteindre même les villages les plus reculés. Et au moins un cinquième de ces téléphones ont également des fonctionnalités intelligentes, ce qui signifie qu'ils peuvent se connecter à Internet.

Nous pouvons déjà voir comment les services numériques stimulent la prospérité aux niveaux local et national. En Ouganda, les services de SMS qui favorisent la sensibilisation aux prix du marché ont augmenté le prix que les agriculteurs reçoivent pour les bananes de 36 pour cent, les haricots de 16,5 pour cent, le maïs de 17 pour cent et le café de 19 pour cent. Au Ghana, les services qui ont éliminé les intermédiaires ont fait grimper le prix du maïs de 10 pour cent et des arachides de 7 pour cent.

Mais les services numériques n'augmentent pas seulement les prix à la ferme, ils sont la porte d'entrée vers les prêts agricoles, l'assurance-récolte et une plus grande sécurité économique, ce qui permet à son tour aux agriculteurs d'accroître leur résilience au changement climatique - en expérimentant de nouvelles cultures résistantes à la sécheresse, par exemple, ou des méthodes agricoles innovantes.
Les messages texte accompagnés de bulletins météorologiques aident les agriculteurs à prendre de meilleures décisions quant au moment et à ce qu'il faut planter et au moment de la récolte.

Au Niger, un programme d'éducation par téléphone a amélioré la diversité des cultures, avec plus d'agriculteurs susceptibles de cultiver le gombo de la culture de rapport, tandis qu'un service de conseil en Éthiopie a contribué à augmenter la production de blé d'une tonne à trois tonnes par hectare.
Les empreintes de données créées par les utilisateurs de téléphones peuvent également être analysées pour aider à évaluer le risque lorsqu'il s'agit d'offrir des prêts, ce qui rend le crédit moins cher et plus accessible.

Les téléphones et les services numériques accélèrent également la diffusion d'informations via les réseaux sociaux, aidant les agriculteurs à découvrir de nouvelles cultures ou services résistants à la sécheresse qui peuvent augmenter la productivité. L'application gratuite de téléphonie mobile WeFarm, par exemple, a déjà aidé plus de 2,4 millions d'agriculteurs à trouver des fournisseurs certifiés de semences de qualité à des prix équitables. Ils peuvent également connecter les agriculteurs à des services Internet.

Les exemples d'innovation numérique abondent, parfois au-delà des frontières. Au Ghana, au Kenya et au Nigéria, la plateforme de partage d'équipement Hello Tractor aide les agriculteurs à louer des machines à la journée ou même à l'heure, tandis qu'en Ethiopie, AfriScout, géré par l'organisation non gouvernementale Project Concern International avec le Programme alimentaire mondial et le ministère pour l'Agriculture, fournit des images satellites des approvisionnements en eau et des cultures tous les 10 jours afin que les problèmes puissent être détectés rapidement pour faciliter les mesures correctives.

La transformation numérique des systèmes alimentaires a manifestement d'excellents résultats: la Banque africaine de développement, qui a alloué plus de la moitié de son financement climatique à l'adaptation depuis 2019, a déjà aidé 19 millions d'agriculteurs dans 27 pays à augmenter leurs rendements de 60% en moyenne grâce à l'application de la technologie numérique, par exemple.

C'est pourquoi le Centre mondial sur l'adaptation et la Banque africaine de développement ont lancé le Programme d'accélération de l'adaptation en Afrique (AAAP) pour mobiliser 25 milliards de dollars pour intensifier et accélérer l'adaptation innovante au changement climatique à travers l'Afrique.

Une fois développés, la nature numérique de ces services rend souvent ces projets faciles à reproduire ailleurs et à l'échelle, même dans de grandes zones rurales avec peu d'infrastructures existantes.

En outre, les projets d'adaptation se sont avérés très rentables, offrant souvent une valeur plusieurs fois supérieure à l'investissement initial et aidant ainsi les économies africaines à croître plus rapidement et à créer beaucoup plus d'emplois indispensables.

Il est donc impératif que la détermination mondiale de reconstruire les économies à la suite de Covid-19 soit exploitée de la manière la plus efficace. Nous ne devons pas simplement reproduire les erreurs du passé. Nous devons reconstruire plus fort, avec une orientation plus résiliente et plus intelligente face au climat.

Le financement et la promotion de modèles commerciaux perturbateurs dans lesquels les technologies numériques sont intégrées pour augmenter la productivité sans utiliser plus de terres ou plus d'eau créeront un triple gain: une production accrue, un climat plus résilient et des agriculteurs plus autonomes.

Nous avons les moyens et la capacité technique de bien mettre l'Afrique sur la voie de l'autosuffisance alimentaire et d'une plus grande résilience climatique. Ce faisant, nous pouvons aider des millions de personnes à sortir de la pauvreté alimentaire. Nous ne devons pas gaspiller cette occasion de créer un changement vraiment historique et durable.

Par Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement et Patrick Verkooijen, PDG du Global Center on Adaptation.
Akinwumi Adesina et Patrick Verkooijen



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise






Facebook


Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 3 mars 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 3 mars 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 10 février 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 10 février 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.