Connectez-vous S'inscrire

Ce qui doit être fait pour renverser la tendance


Rédigé le 18 Juillet 2019 à 20:45 | 0 commentaire(s) modifié le 19 Juillet 2019 - 12:30


(Equonet-Dakar) - De nombreux éléments faisant partie d'un programme politique visant à renverser ces tendances pourraient s'inspirer des indicateurs ODD, indique la Fao dans son nouveau rapport sur la faim, la sécurité alimentaire et la nutrition dans le monde.


Tout d'abord, nombreux sont les problèmes cités auparavant qui pourraient être de moindre gravité si le secteur agricole (y compris la pêche et la foresterie) faisait l'objet d'investissements appropriés. Selon le rapport, les dépenses publiques dans le secteur agricole ont diminué par rapport à sa contribution au Produit intérieur brut (PIB). Les investissements publics dans l'agriculture étaient particulièrement faibles en Afrique subsaharienne et en Océanie (sauf en Australie et en Nouvelle-Zélande).

Selon le rapport, le fait de promouvoir la croissance de la productivité et de renforcer la résilience, ainsi que la capacité d'adaptation des petits producteurs alimentaires est également essentiel afin de lutter contre la hausse des souffrances liées à la faim et de réduire le nombre de personnes vivant dans une situation de pauvreté extrême.

La forte volatilité des prix des produits alimentaires, qui a eu pour effet de limiter l'accès des populations aux aliments dans de nombreux pays en développement, pourrait être inversée grâce à l'adoption de mesures de stabilisation gouvernementales et en améliorant les informations relatives aux prix, ce qui permettrait aux marchés d'être plus efficaces.

Améliorer la productivité de l'eau et les systèmes d'irrigation dans le secteur agricole, mettre en œuvre des initiatives visant à réduire les pertes au niveau des réseaux de distribution municipales et mettre en place des systèmes de refroidissement énergétiques et industriels font partie des domaines prioritaires où il est nécessaire d'accentuer les efforts lorsqu'il s'agit de lutter contre le stress hydrique.

Enfin, l'ensemble des pays doit de manière urgente procéder à des changements en profondeur au niveau de leur gouvernance et de leur gestion des pêches. Une telle démarche aura un impact économique positif : d'un point de vue général, reconstituer les stocks de poissons épuisés par la surpêche pourrait contribuer à augmenter la production halieutique de 16,5 millions de tonnes chaque année et les revenus issus de la pêche de 32 milliards de dollars chaque année.
 
Equonet



Actualité | Economie | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres



Conseil des ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du mercredi 15 janvier 2020

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky SALL, a présidé le Conseil des ministres, le mercredi 15 janvier 2020, au palais de la République.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 15 janvier 2020

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République du Sénégal a pris les décisions suivantes au cours du conseil des ministres de ce mercredi 15 janvier 2020 :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz











Facebook

Actu d'Afrique

Burkina Faso : le solde de la balance des paiements ressort excédentaire de 116.286 millions au titre de l’année 2018

(Equonet-Dakar) - Le solde de la balance des paiements du Burkina Faso est ressorti excédentaire de 116.286 millions au titre de l'année 2018, après 246.976 millions un an plus tôt, indique le rapport annuel de la Balance des paiements et position extérieure globale du pays publié aujourd’hui. .


Actu d'Europe

Le Japon en tête des 30 premiers pays en termes de dette nationale par citoyen

(Equonet-Dakar) - Le Japon, avec une population de 126 847 639 habitants, a désormais la dette nationale la plus élevée par citoyen. Les données recueillies et calculées par LearnBonds.com montrent que chaque ressortissant japonais doit 89 525,51 $ de la dette nationale de 11,4 billions de dollars.