Connectez-vous S'inscrire

Espagne : des sénégalais menacés de perdre leurs cartes de séjour faute de passeports en cours de validité.


Rédigé le 9 Septembre 2019 à 12:05 | 0 commentaire(s) modifié le 11 Septembre 2019 - 14:01


(Equonet-Dakar) - Les demandes pressantes d'établissements de passeports aux Iles canaries avaient incité les autorités consulaires á mettre sur pied une équipe mobile qui s’était rendue du 21 au 28 juin 2019 sur presque toute l’étendue de l’archipel des Canaries. Une initiative qui avait permis á plusieurs centaines de sénégalais de pouvoir renouveler ou de formuler de nouvelles demandes de passeports biométriques dans un délai court et á moindre coût.


Au finish, force est de constater que ces derniers ne savent plus á quel saint se vouer ; car ils sont menacés de perdre leurs cartes de séjour et de tomber du coup dans l’illégalité faute de passeport en cours de validité pour prouver leur nationalité car la loi espagnole stipule que la carte de séjour temporaire peut être renouvelée trois mois avant son expiration et deux mois.
 
Pour d’autres, et avec les aléas de la crise, soit ils peinent á joindre les deux bouts car n’étant pas en mesure de bénéficier des prestations de chômage de l’état (SEPE), soit ils ont purement et simplement perdu leurs billets d’avion pour des voyages planifiés depuis belle lurette.
 
Si les autorités consulaires en collaboration avec la police nationale ont pu trouver des solutions alternatives en adoptant des mesures exceptionnelles pour permettre aux sénégalais détenteurs de la carte de séjour permanente de renouveler leur « sésame », il en est tout autre pour ceux qui doivent passer obligatoirement par la délégation du gouvernement où la présentation du passeport en vigueur demeure une condition sine-qua none pour toutes formalités administratives.
 
 Et il en est également de même pour ceux qui doivent déposer la nationalité ou se rendre au Sénégal pour les besoins du Magal de Touba. A cela aussi s’ajoutent les bébés qui ne peuvent bénéficier d’aucune prestation faute de passeports pour pouvoir se régulariser vis á vis de l’administration et la liste est loin d’être exhaustive.
 
Il faut certes reconnaître que les autorités consulaires et á leur décharge ont mis véritablement tout ce qui est en leur pouvoir pour combattre le mal á la racine mais la tendance actuelle osons le dire dépasse leur compétence. Et selon nos sources ; le matériel pour établir les passeports fait largement défaut : la plus haute hiérarchie doit réagir avant qu’il ne soit trop tard.
 
Devant cette situation qui émeut, il urge de doter le Consulat général du Sénégal á Madrid de matériels suffisants pour lui permettre de faire face á ces demandes de passeports qui ont fini d’atteindre des proportions très inquiétantes.
 
Il faut le rappeler l’Espagne est la seule juridiction en Europe qui tente de satisfaire au quotidien et sans rendez-vous presque tous ses usagers et á ce titre, son personnel devrait mériter plus de respect, plus de considération et de meilleures conditions de travail, ne serait-ce pour service rendu á la communauté sénégalaise de tout bord et de toutes obédiences. 
 
Enfin, pour l’optimisation des prestations de qualité, désengorger le consulat qui a techniquement dépassé sa capacité d’accueil demeure aujourd’hui un impératif catégorique en créant en Andalousie, aux Iles Canaries, bref dans les zones á forte concentration sénégalaise, des bureaux consulaires relais capables de produire des passeports biométriques.
 
Le président de la République du Sénégal, Macky Sall, lors de son passage dans la capitale espagnole avait clamé urbi et orbi d’implanter un consulat á Barcelone. Et plus de cinq ans déjà cette promesse tarde á se matérialiser au point que certains qualifient celle-ci á du saupoudrage hypnose et selon eux, une chose est certaine : les autorités étatiques accordent peu de considération á la communauté sénégalaise établie en Espagne.
 
En tout état de cause, nos compatriotes affectés devront encore prendre leur mal en patience pour supporter toutes ces incommodités en attendant peut-être une issue heureuse. La cause sera-t-elle entendue ? Wait and see !
Momar Dieng Diop (Espagne)



Actualité | Economie | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres



Conseil des ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du mercredi 18 septembre 2019

(Equonet-Dakar) - Le président de la République a réuni le conseil des ministres, le mercredi 18 septembre 2019, à 10 heures, au palais de République. Il a abordé les questions de la sécurité des infrastructures routières, la protection des végétaux, la campagne de commercialisation agricole, du prix de l'arachide et de la santé.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 18 septembre 2019

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions suivantes :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz











Facebook

Actu d'Afrique

Le conseil d'administration de la Banque européenne de reconstruction et de développement se rend en Égypte

(Equonet-Dakar) - Une délégation du conseil d'administration de la Banque européenne de reconstruction et de développement (BERD) entamera lundi une visite en Égypte pour une mise à jour et un témoignage oculaire des derniers développements dans le pays, a appris Equonet de l’Institution.


Actu d'Europe

L'Égypte prend des mesures importantes pour approfondir ses marchés monétaire, dérivé et financier

(Equonet-Dakar) - La Banque centrale d' Égypte a fait des progrès considérables dans le développement de ses marchés monétaire, dérivé et financier. L’introduction d’un point de repère du taux d’intérêt sans risque est l’une des mesures importantes prises pour jeter les bases de l’amélioration et de l’amélioration de l’efficacité du marché. Cette évolution est conforme au mouvement international en faveur de l’élaboration de taux sans risque à mesure que les repères -IBOR sont en train de disparaître.