Connectez-vous S'inscrire
Sénégal : afrique info, actualité économique et financière - equonet.net Afrique

L'eau est le fondement du programme des quatre grands


Rédigé le 28 Juin 2021 à 11:59 | 0 commentaire(s) modifié le 29 Juin 2021 - 12:21


(Equonet-Dakar) - Le programme des quatre grands , annoncé par le président Uhuru Kenyatta fin 2017, repose sur quatre piliers principaux. Améliorer la fabrication, la sécurité alimentaire et la nutrition, la couverture sanitaire universelle et le logement abordable. Le logement abordable implique le développement de maisons adéquates, standardisées et bien espacées avec un approvisionnement continu en eau potable et en électricité.


L'approvisionnement en eau potable continue d'être un problème malgré le dévoilement des plans du gouvernement visant à mettre en œuvre un programme de stockage de l'eau. Le plan met fortement l'accent sur l'assurance que les établissements informels et les zones arides ont également accès à de l'eau potable et vise à augmenter le nombre de 20 % ou, en termes simples, d'eau potable pour plus de 9 millions de personnes d'ici 2022. Cet objectif ne semblent réalisables. Le gouvernement déclarant un trou majeur dans le budget de financement, un calendrier plus réaliste semble être 2030.

Avec un taux de croissance estimé à au moins 2,6% par an, le Bureau national des statistiques du Kenya prévoit une population d'environ 53 millions d'habitants d'ici la fin de 2022, date à laquelle le plan devait être achevé.

Le Kenya dépend des ressources naturelles et de l'agriculture ; par conséquent, la population croissante sera confrontée à des pressions considérables en matière de pénurie d'eau, notamment l'empiètement de terres marginales pour accueillir les établissements humains et la déforestation des cinq « châteaux d'eau », les forêts naturelles qui sont des zones de captage d'eau. Et ça ne s'arrête pas là.

Les données du ministère indiquent que près de la moitié des habitants de Nairobi, ce qui équivaut à plus de 2 millions de personnes, n'a pas d'accès direct à l'eau potable et doit compter sur des kiosques, des bateaux et des connexions illégales. Le déficit suggéré est de 125 millions de litres par jour.

Cependant, selon un rapport de juillet 2020, publié par l'Athi Water Works Development Agency, le déficit en eau de Nairobi est près de trois fois supérieur au chiffre du ministère, soit 304 000 mètres cubes par jour. Cela signifie que certains Kenyans peuvent passer des jours sans voir une goutte d'eau de leurs robinets. En outre, l'Organisation mondiale de la santé a émis une alerte selon laquelle la majeure partie de l'eau de la capitale est impropre à la consommation humaine.

Il convient de noter que le pays dépense beaucoup trop de son budget pour réparer les systèmes d'égouts défaillants et les conduites d'eau endommagées. Les matériaux utilisés sont obsolètes, encombrants et sujets à une détérioration rapide. Le Kenya devrait se tourner vers les nouvelles technologies et les nouveaux systèmes disponibles lors de la construction de ses infrastructures hydrauliques. Des matériaux qui ajouteront de la valeur et de la durabilité à la ville et à l'ensemble du pays.

Pour faire face aux problèmes de pénurie d'eau et apporter de l'espoir, un plan stratégique a été mis en place pour la construction de barrages de grande et moyenne taille, ainsi que des investissements dans la récupération des eaux de pluie pour enfin économiser une partie des eaux de surface générées pendant les saisons des pluies.

Le rapport Athi montre qu'une fois le tunnel collecteur du nord du comté de Murang'a achevé, il augmentera l'approvisionnement en eau de 140 000 mètres cubes par jour. 23 millions de litres supplémentaires par jour seront injectés à partir du barrage de Karimenu II dans le comté de Kiambu. Les deux devraient être mis en service d'ici la fin de 2022.

Les barrages Ruiru II et Maragua, qui devraient être achevés respectivement d'ici 2023 et 2026, augmenteront également la capacité, mais leurs dates de mise en service signifient que les Kenyans devront toujours vivre avec une crise de l'eau pendant au moins les cinq prochaines années.

Il y a un besoin urgent d'un changement de culture. L'emploi de techniques et de matériaux modernes pour l'industrie de l'eau peut coûter plus cher au départ, mais leur valeur à vie est incontestable. Des approches innovantes et durables garantiront que tous les Kenyans ont accès à de l'eau potable, que le programme des quatre grands est réalisable et, plus important encore ; faciliter l'objectif de sauvegarder notre ressource la plus précieuse.

Auteur: Simon Thomas, consultant international et membre du conseil d'administration de Megapipes Solutions Limited
Simon Thomas



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise







Facebook


Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.