Connectez-vous S'inscrire

La facture alimentaire mondiale alourdie par le coût du transport maritime


Rédigé le 13 Novembre 2017 à 10:10 | 0 commentaire(s) modifié le 13 Novembre 2017 - 10:31


Malgré l'abondance des productions agricoles cette année, le coût des importations alimentaires monte en flèche : 1 413 milliards de dollars depuis janvier.


La facture alimentaire mondiale alourdie par le coût du transport maritime
(Ecofinance.sn Dakar) - C'est une nouvelle surprenante. La facture alimentaire mondiale a augmenté de 86 milliards de dollars depuis le début de l'année. Une croissance de 6%.

Pourtant les réserves sont remplies de céréales, de sucre et d'oléagineux, les silos à blé en particulier n'ont jamais été aussi pleins depuis des décennies, ce qui a contenu le prix unitaire de ces produits.

Mais comme le souligne l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO), ce sont les quantités achetées par les pays importateurs qui ont progressé, avec la croissance démographique et la reprise de l'économie mondiale, qui a un peu délié les porte-monnaie.

Surtout l'intensification du commerce mondial a fait bondir le prix d'acheminement des denrées. Le coût du transport maritime, en particulier le fret, a augmenté de moitié, il a parfois doublé sur certaines destinations. Le poste transport pèse donc plus lourd cette année dans la facture alimentaire : 10%. Même si l'on n'est pas revenu aux niveaux astronomiques de 2007-2008, c'est un facteur d'inflation très important.

Note salée pour les produits laitiers et la viande

112 milliards de dollars d'importations de produits laitiers, c’est une augmentation de 51% par rapport à 2016. 176 milliards de dollars d'importations de viande, un montant historique pour cette catégorie de produits. Mais la facture a également augmenté de plus de 20% pour les céréales. Quant au sucre, le même bateau du Brésil a coûté plus cher alors que son cours à New York était plus bas.

Une facture alimentaire encore plus lourde pour les pays pauvres

Alors que dans les pays riches la note augmente de 3%, elle grimpe de 11% dans les pays en développement : leur dépendance aux importations alimentaires s'est accrue en 2017, et de l'Egypte au Bangladesh, les pays pauvres n'ont pas bénéficié de la baisse du dollar, monnaie dans laquelle ils achètent leurs produits, puisque leur propre monnaie s'est elle-même affaiblie par rapport au billet vert. Seul l'arrimage à l'euro des pays de la zone franc a permis à cette région d'Afrique subsaharienne d'avoir une inflation de ses importations alimentaires un peu moins forte que celle des autres pays en développement, de l'ordre de 8%

Avec Rfi.fr



Actualité | Economie | Finance | Innovation & Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe



Blog Relations médias

Conseil des ministres

SENEGAL : promulgation de la loi relative au PTIP 2019-2021 et la loi de Finances pour l’année 2019.

(Equonet-Dakar) - Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Président de la République a promulgué la loi portant approbation du Programme triennal d’investissements publics (PTIP) 2019-2021 ainsi que la loi de Finances pour l’année 2019.


Nominations

Les nominations du Chef de l'Etat au Conseil des ministres du 14 novembre 2018

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz








Derniers tweets




Facebook

Actu d'Afrique

AFRIQUE CENTRALE : la situation économique reste difficile, selon le FMI

(Equonet-Dakar) - Les efforts déployés continuellement par les pays membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) et les institutions régionales ont contribué à éviter une crise immédiate, mais la situation économique reste difficile dans la région.


Actu d'Europe

La croissance économique n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon l’OCDE

(Equonet-Dakar) - Le développement durable exige une vision plus globale que la croissance économique qui n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon un nouveau rapport du Centre de développement de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).