Connectez-vous S'inscrire

La répression financière à l’ordre du jour


Rédigé le 6 Février 2020 à 16:16 | 0 commentaire(s) modifié le 7 Février 2020 - 17:21


(Equonet-Dakar) – Dans son blog, le Fonds monétaire international (FMI) relève les points de contrôle des taux d'intérêt, restrictions des flux de capitaux et autres outils de réglementation des marchés financiers potentiellement coûteux.


«Avec l'augmentation soudaine de la dette publique à la suite de la crise financière mondiale, la répression financière - restrictions administratives sur les taux d'intérêt, l'allocation de crédit, les mouvements de capitaux et d'autres opérations financières - est revenue à l'ordre du jour.
Dans notre récent  document de travail  , nous affirmons que les pays seraient mieux lotis sans répression financière.

En faussant les incitations et les signaux du marché, la répression financière induit des pertes d'inefficacité et de recherche de rente qui ne sont pas facilement quantifiables. Des pertes liées à la recherche de rente peuvent survenir lorsque les restrictions administratives réduisent l'accès à certains services financiers (tels que le crédit) et améliorent les avantages (par exemple, grâce à des taux d'intérêt bas) pour les utilisateurs sélectionnés (au détriment des exclus), et lorsque ceux-ci conduisent à une concurrence inutile entre les utilisateurs potentiels pour de tels gains.

En utilisant un indice actualisé des contrôles des taux d'intérêt couvrant 90 pays sur 45 ans, cette étude des services du FMI estime que la répression financière sous forme de restrictions des taux d'intérêt pourrait réduire la croissance réelle par habitant d'environ 0,4 à 0,7 point de pourcentage, en moyenne, avec pour effet étant plus grande dans les pays dotés de systèmes financiers plus importants.

L'étude constate également qu'une libéralisation complète des taux d'intérêt est nécessaire pour augmenter de manière significative la croissance, et les changements dans les restrictions de taux d'intérêt avant la libéralisation totale ont un impact limité.

Les études de cas suggèrent que le contrôle des taux d'intérêt peut également perturber la stabilité financière et réduire l'accès au financement pour les petites entreprises.

Au Kenya, par exemple, les banques ont fortement réduit leurs prêts aux micro, petites et moyennes entreprises tout en soutenant leurs entreprises clientes en réponse aux contrôles des taux d'intérêt introduits en 2016, et ont exacerbé les indicateurs de solidité financière en incitant les banques à changer au financement à court terme et aux prêts.

En Bolivie, les contrôles des taux d'intérêt introduits en 2013, ainsi que les quotas de crédit, ont conduit à une croissance rapide des crédits aux secteurs ciblés et à une baisse de la rentabilité des banques, suscitant des inquiétudes chez certains analystes quant à la qualité des actifs et l'inclusion financière malgré des indicateurs financiers globalement solides dans le cycle actuel.»
Etibar Jafarov , Rodolfo Maino et Marco Pani/Blog Fmi



Actualité | Economie | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres



Conseil des ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du mercredi 19 février 2020

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky SALL, a présidé le Conseil des ministres, le mercredi 19 février 2020, à 10 heures, au palais de la République.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 19 février 2020

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles le président de la République a pris les décisions de nomination au conseil des ministres du mercredi 19 février 2019.


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz











Facebook

Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

Les exportations britanniques après le Brexit pourraient chuter de 32 milliards de dollars en raison des mesures non tarifaires et des tarifs

(Equonet-Dakar) – Les mesures non tarifaires (MNT) pourraient provoquer des fractures majeures dans les relations commerciales entre le Royaume-Uni et l'UE.