Connectez-vous S'inscrire

La société civile congolaise tire à boulets rouges sur la Banque africaine de développement


Rédigé le 21 Juin 2019 à 13:43 commentaire(s) modifié le 24 Juin 2019 - 12:49


(Equonet-Dakar) - La Banque africaine de développement (BAD) ignore les besoins de la population congolaise en promouvant un projet de barrage hydroélectrique qui aura un impact sérieux sur l'environnement et sur le social des communautés locales affectées (accès à la terre, à la nourriture, à l'eau potable, à la forêt), estime la société civile congolaise dans un communiqué de presse transmis à Equonet.


Une coalition d’organisations de la société civile congolaise et de communautés locales affectées par les barrages d’Inga demande au gouvernement congolais et aux investisseurs étrangers, incluant la Banque Africaine de Développement (BAD), de prendre en compte les revendications des communautés locales et de la population congolaise en ce qui concerne le développement du projet Inga 3.

«Lors de sa visite en République Démocratique du Congo (RDC) du 17 au 20 juin 2019, Mr Adesina, le président de la BAD a rejeté toutes les sollicitations de la société civile congolaise et les communautés locales d’Inga visant à le rencontrer. La Coalition d’organisations de la société civile congolaise déplore vivement cette attitude qui frise manifestement un mépris délibéré de la politique des sauvegardes de la BAD, plus spécialement ses principes relatifs à la consultation et à l’implication de différentes parties prenantes dans un projet soutenu financièrement par elle», souligne le communiqué.

«Pourtant, dans sa politique du secteur Energie, la BAD promet de s’assurer que les projets de centrales hydroélectriques : i) prennent effectivement en compte les éventuels impacts sociaux et environnementaux, et ce, en conformité avec les normes de protection environnementale et sociale de la Banque; ii) intègrent les incidences du changement climatique; et iii) s’appuient de façon adéquate sur les besoins de développement locaux et nationaux en eau et énergie, tout en accordant l’attention requise à l’impact sur les populations en aval», ajoute-t-il. 

«Les risques sociaux et environnementaux élevés du projet d’Inga3 sont évidents. Nous, communautés touchées par Inga 1 et 2, luttons depuis des décennies pour obtenir une juste compensation et continuent de subir les conséquences économiques et culturelles liées à la perte de nos terres» explique Albert Tona membre de la communauté d’Inga, «Beaucoup des ménages risquent d'être déplacés à nouveau par Inga 3.»

La société civile signale que depuis son investiture le 24 Février 2019, Tshilombo TSHISEKEDI FELIX, résident de la République Démocratique du Congo, ne cesse d’en appeler à ses pairs présidents et d’inviter différents partenaires à venir investir en RD Congo en général et dans le projet Inga 3 en particulier. Ces actions en direction notamment de la Banque Mondiale (BM), du Fond Monétaire International (FMI) et hier de la Banque Africaine de Développement (BAD) sont jusqu’à ce jour menées sans aucune prise en compte effective des revendications des communautés locales d’Inga et de la population congolaise.

Ces revendications portent sur la consultation publique préalable, l’implémentation de bonnes études indépendantes d’impacts environnementaux et sociaux , l’amélioration de la communication sur le projet Inga 3 à travers notamment la mise en place d’un système de communication qui puisse permettre à tous les congolais d’être informés en temps réel sur l’évolution du projet, la participation de la société civile en tant que partie prenante au projet et la consultation des communautés locales affectées, l’indemnisation des communautés impactées par l’établissement du site d’Inga et les barrages Inga 1 et 2, certaines communautés ayant par conséquent perdu leurs terres et le développement des micro-barrages et d’autres formes des énergies renouvelables pour augmenter le taux d’accès des populations à l’électricité qui est de 9% hier.
 
Les organisations signataires recommandent au gouvernement congolais à reconsidérer le développement du projet Inga 3 en vue de prendre le temps de réfléchir sur les stratégies et bonnes pratiques à mettre en place en faveur du développement du secteur énergétique en RD Congo et de l’augmentation du taux d’accès des populations à une énergie propre et durable.

Elles demandent aussi à la Banque Africaine de Développement (BAD) de travailler à faire respecter ses propres principes dans des projets soutenus financièrement par elle.
 
Equonet


Actualité | Economie | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres



Conseil des ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du mercredi 31 juillet 2019

(Equonet-Dakar) - Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL a présidé ce mercredi 31 Juillet 2019, le Conseil des ministres. Les questions relatives à la sécurité, les eaux pluviales, la Tabaski et l'exportation des produis agricoles, en particulier l'arachide ont été abordées.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 24 juillet 2019

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles le Président de la République a pris les décisions de nomination suivantes :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz











Facebook

Actu d'Afrique

En Afrique australe, les 13 milliards de dollars investis par la Banque africaine de développement donnent de solides résultats

(Equonet-Dakar) - Le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, a déclaré, à l’ouverture du 39ème sommet ordinaire de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC), que les 13 milliards de dollars américains investis par la Banque en Afrique australe depuis 2012 produisaient de solides résultats, rapporte un communiqué de presse transmis à Equonet.


Actu d'Europe

L'Égypte prend des mesures importantes pour approfondir ses marchés monétaire, dérivé et financier

(Equonet-Dakar) - La Banque centrale d' Égypte a fait des progrès considérables dans le développement de ses marchés monétaire, dérivé et financier. L’introduction d’un point de repère du taux d’intérêt sans risque est l’une des mesures importantes prises pour jeter les bases de l’amélioration et de l’amélioration de l’efficacité du marché. Cette évolution est conforme au mouvement international en faveur de l’élaboration de taux sans risque à mesure que les repères -IBOR sont en train de disparaître.