Connectez-vous S'inscrire

Le coût économique de la dévaluation du «travail des femmes»


Rédigé le 15 Octobre 2019 à 22:43 | 0 commentaire(s) modifié le 16 Octobre 2019 - 21:39


(Equonet-Dakar) - Près de la moitié du travail mondial est non rémunéré. Et la plus grande partie est faite par les femmes, note le Fonds monétaire international (FMI) dans son blog, une tribune permettant aux collaborateurs du Fonds monétaire international (FMI) et à leurs fonctionnaires de donner leur point de vue sur les problèmes économiques et politiques urgents du jour.


Ce déséquilibre ne prive pas seulement les femmes des opportunités économiques. Elle est également coûteuse pour la société sous la forme d’une productivité inférieure et d’un renoncement à la croissance économique. Il s'ensuit qu'une répartition plus équitable du travail non rémunéré profiterait non seulement aux femmes, mais conduirait également à une main-d'œuvre plus efficace et à des économies plus fortes.

Pour ces raisons, la réduction des déséquilibres entre hommes et femmes dans le travail non rémunéré fait partie des objectifs de développement durable des Nations Unies.  .

Parmi les exemples de travail non rémunéré figurent la cuisine, le nettoyage, la corvée de nourriture ou d'eau et les soins aux enfants et aux personnes âgées. Ces tâches ne sont pas comptabilisées dans l'activité économique, car elles sont difficiles à mesurer en fonction des valeurs du marché. Pourtant, leur valeur économique est substantielle, avec des estimations allant de 10 à 60% du PIB.

Dans notre nouvelle étude  , nous constatons que le travail non rémunéré diminue à mesure que le développement économique augmente, en particulier parce que les tâches domestiques sont moins longues. Les institutions et les valeurs sociales peuvent limiter la redistribution du travail non rémunéré en empêchant les hommes de partager le fardeau chez eux.

Il faut préciser que les points de vue exprimés sont ceux des auteurs de l’article et ne représentent pas nécessairement les points de vue du FMI et de son conseil d'administration.
Lire plus : https://blogs.imf.org/2019/10/15/the-economic-cost-of-devaluing-womens-work/?utm_medium=email&utm_source=govdelivery
Kristalina Georgieva , Cristian Alonso , Era Dabla et Kalpana Kochhar/Blog Fmi



Actualité | Economie | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres



Conseil des ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du mercredi 19 février 2020

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky SALL, a présidé le Conseil des ministres, le mercredi 19 février 2020, à 10 heures, au palais de la République.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 19 février 2020

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles le président de la République a pris les décisions de nomination au conseil des ministres du mercredi 19 février 2019.


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz











Facebook

Actu d'Afrique

Burkina Faso : le solde de la balance des paiements ressort excédentaire de 116.286 millions au titre de l’année 2018

(Equonet-Dakar) - Le solde de la balance des paiements du Burkina Faso est ressorti excédentaire de 116.286 millions au titre de l'année 2018, après 246.976 millions un an plus tôt, indique le rapport annuel de la Balance des paiements et position extérieure globale du pays publié aujourd’hui. .


Actu d'Europe

Le Japon en tête des 30 premiers pays en termes de dette nationale par citoyen

(Equonet-Dakar) - Le Japon, avec une population de 126 847 639 habitants, a désormais la dette nationale la plus élevée par citoyen. Les données recueillies et calculées par LearnBonds.com montrent que chaque ressortissant japonais doit 89 525,51 $ de la dette nationale de 11,4 billions de dollars.