Connectez-vous S'inscrire
Sénégal : actualité économique et financière - equonet.net Afrique

Le pipeline des hôtels africains résiste malgré des défis sans précédent


Rédigé le 13 Juillet 2020 à 13:20 | 0 commentaire(s) modifié le 14 Juillet 2020 - 14:03


(Equonet-Dakar) - Reconnu comme l'un des principaux experts en investissement hôtelier du continent africain, Wayne Troughton de HTI Consulting a partagé des informations uniques sur le premier «Virtual Hotel Club» de la société qui s'est tenu début juillet, une plateforme numérique panafricaine dynamique et informelle qui a enregistré plus de 295 inscriptions réparties sur 15 pays.


Le pipeline de développement reste robuste

Les données ont été recueillies Sur l'ensemble du pipeline de développement de l'Afrique Subsaharienne, il y a 219 hôtels de marque (représentant 33,698 chambres d'hôtel) sur 38 marchés.
 
«L'Afrique de l'Est reste la région avec le pipeline hôtelier le plus solide, suivie de l'Afrique de l'Ouest puis de l'Afrique Australe. L'Afrique de l'Est compte actuellement 88 hôtels de marque en phase de développement, alors que l'Afrique de l'Ouest en compte 84 et l'Afrique australe 47 hôtels », a déclaré Troughton.
 
Parmi les 21 hôtels qui doivent ouvrir leurs portes en 2020, l'Afrique de l'Est (40% de l'offre totale) verra 1,134 nouvelles chambres entrer sur le marché, dansles principales villes tel qu’Antananarivo (22%), Dar es Salaam (20%) et Addis-Abeba (20%).
 
L'Afrique de l'Ouest (47% de l'offre totale) prévoit 719 chambres en développement qui devraient ouvrir au cours de2020 dans les grandes villes tellesqu’Accra (28%), Bamako (28%) et le Cap-Vert (24%).
 
L'Afrique Australe (23% du pipeline de développement total), quant à ellecompte un total de 963 chambres qui devraient ouvrir en 2020, avec l'Afrique du Sud - Johannesburg (71%) et Durban (21%) –bénéficiant de la majorité de l'activité, suivie par la Zambie.
 
Au cours des trois derniers mois, HTI Consulting a entretenude nombreuses discussions avec des propriétaires d'hôtels qui, selon Troughton, ont traversé différents cycles pendant la crise du COVID-19;commençant par la phase de survie (suite à la fermeture des hôtels),puis à la maîtrise des coûts, en définissant des protocoles de sécurité en matière d'hygiène, des plans de gestion du personnel et, finalement, à une stratégie de réouverture de leurs hôtels.
 
Alors que plusieurs économies commencent lentement à ré-ouvrir, il en va de même pour de nombreuses entreprises hôtelières qui restent positives et engagées envers l'industrie et qui font preuve de la détermination nécessaire pour surmonter les défis actuels.
 
Réaliser des Deals
 
« Malgré la pression économique et les décisions difficiles à prendre, de nombreux hôteliers ont réussi à conclure et à signer de nouveaux contrats avec des propriétaires d’hôtelspendant la période de confinement. Au total, 15 nouveaux hôtels ont été signés par 7 opérateurs dans 8 pays, de Mars à Juin », a déclaré Troughton.
 
Il faut noter que ces contrats étaient presque menés à bien avant la crise du COVID, avecdes propriétaires montrant un fort sentiment de poursuivre ces projets. Les opérateurs ont également indiqué que ces contrats ont été signés dans les principales villes Africaines telles qu'Abidjan, Accra, Lagos et Durban, et qui ont prouvéêtredes marchés hôteliers solides et diversifiés avant la crise. Ces villes devraient également se rétablir plus rapidement que celles secondaires, d’après Troughton.
 
"Certains opérateurs ayant révélé aucune nouvelle signature ont souligné que les opportunités restaient nombreuses et que de nouvelles négociations se poursuivaient", a-t-il déclaré.
 
"Il est prévu qu'un décalage se produise ;les nouveaux propriétaires étant généralement plus prudents avec la perception d’attendre de voir comment la reprise va se dérouler", a-t-il déclaré. "Les propriétaires ont également soulevé des inquiétudes concernant l'accès au financement à l'avenir ainsi que l’hésitation des banques et des institutions financières à financer des projets hôteliersen ce moment", a-t-il poursuivi.
 
"Bien que nous n'ayons pas vu de ventes d’hôtels en difficulté à ce stade, étant donné que les banques supportentleurs hôtels pour le moment, cela pourrait bien changer en fonction de la durée que nous envisageons pour revenir à une" normalité "ainsi que de la résurgence potentielle du virus dans certaines régions. Les 2 à 3 prochains mois s'avéreront cruciaux, car de nombreuses entreprises hôtelières n'ont pas de plans en place pour assurer la durabilité après cette période. »
 
Les opérateurs contraint de changer leurs visions
 
"Dans plusieurs cas, les réactions des grands opérateurs indiquent un virage distinct vers des reconversions par rapport aux développements« greenfield »(nouvelle construction) à l'avenir, avec une approche plus flexible sur les rénovations et les coûts PIP(propertyimprovment plan)."
 
"Certains opérateurs voient cette période comme une opportunité de finaliser la planification de certains projets pendant le confinement", a déclaré Troughton. "Dans plusieurs cas, ils ont pu profiter du soutien du gouvernement durant cette période afin de-créer plus de flexibilité autour de la position de leur marque, d’améliorer leur capacité à présenter correctement leurs produits sur le marché local et d’offrirplus de valeur. "
 
"Alors que le confinement a placé de nombreux investisseurs et entreprises hôtelières dans une position de paralysie au cours des derniers mois, nous avons remarqué un changement positif au cours des dernières semaines, d'autant plus, davantage d'entreprises hôtelières reprennent leurs activités et nous constatons une augmentation significative de la mise en service de missions de consulting ", a noté Troughton.
 
Perspectives futures
 
"Il est bonde présumer qu'une approche plus prudente sera adoptée par les propriétaires d'hôtels et les investisseurs pour évaluer leur stratégie d'investissement", a-t-il déclaré.
« Les propriétaires d'hôtels indépendants peuvent en effet trouver plus difficile (en comparaison avec les grandes marques internationales) de résister au scénario actuel. Cela est valide également parce que les hôtels de marque et leurs nouveaux protocoles d'hygiènes très médiatisés peuvent leur permettre de voir un rebond et une réouvertureplus rapide. »
 
« D’autant plus, les marchés tournés vers les voyages d'affaires nationaux (mais aussi en un second temps celui des loisirs) devraient être parmi les premiers à se remettre de la crise. En effet, se concentrer sur le marché local est ce qui a aidé l'Asie à se remettre de l'épidémie de SRAS au début des années 2000. »
 
« Pour les propriétaires et les opérateurs qui prennent le temps de comprendre les marchés changeants auxquels nous sommes confrontés et qui souhaitent s'adapter pour entraîner une nouvelle demande, les perspectives à moyen et à long terme restent bonnes », a souligné Troughton. « Chez HTI Consulting, nous continuons de croire au potentiel touristique de la région et encourageons fortement le soutien des gouvernements et des opérateurs pour permettre aux propriétaires de minimiser les pertes et de soutenir la reprise »,
 
« Malgré les défis actuels et l'incertitude globale qui nous préoccupent tous, les temps seront meilleurs et l’industrie touristique finira par devenir plus fort et plus robuste. Alors que les gouvernements mettent fin aux restrictions de voyage et se préparent à rouvrir leursfrontières, les futurs gagnants sont ceux qui construisent un avenir basé sur une approche d'atténuation des risques et font preuve de flexibilité et d'innovation », a-t-il conclu.
à partir d'une enquête qui a couvert 14 opérateurs régionaux et internationaux actifs dans l'espace hôtelier africain (41 marques hôtelières et 219 projets en cours de développement). Il s'agit notamment de Hilton Worldwide, Marriott International, Radisson Hotel Group et Accor Hôtels, entre autres.
 
Un sentiment de développement positif
 
Selon Troughton, alors que l'industrie hôtelière africaine est confrontée à des défis et des obstacles sans précédent causé par la pandémie, le sentiment de développement reste optimiste parmi la majorité des propriétaires d'hôtels (57%).
 
"Malgré les fermetures et les baisses de performance importantes, les fondamentaux d'investissement à long terme pour la région Subsaharienne restent positifs malgré les défis importants à court et moyen terme qui affectent actuellement le secteur", a-t-il déclaré.
 
«Sur un total de 219 projets hôteliers actuellement dans le pipeline d'Afrique Subsaharienne, une grande proportion (68%) de ces projets se poursuit comme prévu, avec seulement 18% actuellement en suspens pour une période limitée et 13% en suspens indéfiniment.» a-t-il déclaré.
 
«Les inquiétudes des propriétaires d’hôtel sont, bien entendu, toujours apparentes et, pour plusieurs, une approche patiente et observatrice est nécessaire suite aux incertitudes développées après le Covid-19 sur les valorisations d’hôtels. Cependant, l'optimisme affiché par de nombreux propriétaires concerne l’analyse du secteur hôtelier et la mise en place de perspectives sur le long terme», a-t-il expliqué.
 
Perspectives axées sur l'ouverture des hôtels
 
Malgré l'environnement actuel, les activités liées à la construction dans plusieurs pays ont repris dès le dé-confinement, a déclaré Troughton.
 
"Il est encourageant de constater que 21 projets (représentant 2,946 chambres d'hôtel dans 15 pays africains) devraient encore ouvrir en 2020, dont 52% des projets prévoyant des retards à court terme de 3 à 6 mois", a-t-il déclaré. «Des retards à plus long terme (9 - 12 mois ou 12 mois +) sont généralement perçus sur les projets qui se trouvaient dans des phases de développement plus prématuré», a-t-il déclaré.
 
«Ces retards peuvent généralement être attribués à l'incertitude quant à la durée de la fermeture des frontières aériennes. Cependant, environ 30% des projets en construction ne devraient pas avoir de retard sur leur développement suite au COVID-19», a-t-il déclaré.
 
Les propriétaires d'hôtels adoptent clairement des perspectives d'investissement à long terme et s'attendent à ce que la pandémie du COVID-19 soit largement neutralisée avant l'ouverture de leurs hôtels. Cela concerne particulièrement ceux qui en sont aux premiers stades de planification et construction.
Equonet



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise






Facebook


Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 07 octobre 2020

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 07 octobre 2020, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 22 juillet 2020

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce mercredi 22 juillet 2020.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.