Connectez-vous S'inscrire

Les gros risques associés à l’exploitation du pétrole et du gaz sénégalais


Rédigé le 15 Juillet 2019 à 22:19 | 0 commentaire(s) modifié le 16 Juillet 2019 - 17:48


(Equonet-Dakar) – Deux dangers majeurs coexistent dans l’industrie: le spectre d’une catastrophe environnementale majeure et la destruction de valeur systématique consécutive à une escalade des coûts incontrôlée. Le premier est présent en permanence dans les esprits, le second est infiniment plus insidieux. Secrétaire permanent adjoint du Comité d’orientation stratégique du pétrole et du gaz (Cos-Pétrogaz), Mamadou Fall Kane, explique ces risques et indique la voie à suivre.


Une industrie relativement peu polluante en fonctionnement normal mais un risque environnement majeur sur des espaces fragiles

Contrairement aux idées reçues, la production de pétrole et de gaz, en fonctionnement normal, n’est pas particulièrement polluante, et en tout état de cause, beaucoup moins que sa consommation. Une politique de tolérance zéro en matière de rejets d’effluents et l’installation de dispositifs de concentration de poissons permet à la fois de préserver l’environnement marin et d’offrir aux pêcheurs de nouvelles zones d’activité, en compensation des champs pétroliers rendus inaccessibles pour raisons de sécurité.

Malheureusement, les images de marées noires qui ont tristement émaillé l’histoire du secteur ont montré comment la conjonction d’incidents et de circonstances malheureuses peut dégénérer en catastrophes environnementales. Il est donc impératif de maintenir une vigilance extrême, en coopération étroite avec les compagnies partenaires. Conscientes de leur responsabilité financière pratiquement illimitée en cas de désastre, les compagnies pétrolières ont mis en place des procédures opérationnelles extrêmement rigoureuses qui permettent aujourd’hui de produire 100 millions de barils par jour et de faire un millier de nouveaux forages en mer chaque année sans incident depuis 10 ans.

Un coût astronomique et un risque permanent de dérapage financier.

Le revers de la médaille de toutes ces précautions nécessaires est une augmentation logique des coûts production. Cette augmentation totalement justifiée entraine malheureusement très souvent une dérive supplémentaire irrationnelle de dépenses qui n’apportent aucune garantie supplémentaire de sécurité. En d’autres termes, le juste prix de la sécurité ouvre la porte au surcoût inutile du “qui peut le plus peut le moins…“.

Il est crucial de prendre la pleine mesure de tous les paramètres qui permettront de minimiser un risque industriel majeur sans tomber dans le piège financier de l’accumulation de dépenses inutiles.

Le Sénégal manque encore d’expertise pour trancher la question mais il doit néanmoins prendre part à la discussion car, au bout du compte, c’est bien le pétrole et le gaz Sénégalais qui paieront l’addition.

 

 

 

Mamadou Fall Kane



Actualité | Economie | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres



Conseil des ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du mercredi 27 novembre 2019

(Equonet-Dakar) - Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL, a présidé le Conseil des Ministres, le mercredi 27 novembre 2019, à 10 heures, au Palais de la République.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 27 novembre 2019

(Equonet-Dakar) - Au cours du conseil des ministres e ce mercredi, le président de la République a pris des mesures individuelles en procédant à de nouvelles nominations.


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz











Facebook

Actu d'Afrique

4,2 millions d'euros de l’AFD pour la mise en place d'un centre de prise en charge globale des victimes de violences sexuelles et de violences basées sur le genre à Bangui.

(Equonet-Dakar) - Rémy RIOUX, directeur général de l'AFD, Pierre-Yves REVOL, président de la Fondation Pierre Fabre et Béatrice GARRETTE, directrice générale, ont signé en présence du Dr Denis MUKWEGE, prix Nobel de la paix 2018, une convention de financement d'un montant de 4,2 millions d'euros pour la mise en place d'un centre de prise en charge globale des victimes de violences sexuelles et de violences basées sur le genre à Bangui annonce un communiqué de presse transmis à Equonet.


Actu d'Europe

L'Égypte prend des mesures importantes pour approfondir ses marchés monétaire, dérivé et financier

(Equonet-Dakar) - La Banque centrale d' Égypte a fait des progrès considérables dans le développement de ses marchés monétaire, dérivé et financier. L’introduction d’un point de repère du taux d’intérêt sans risque est l’une des mesures importantes prises pour jeter les bases de l’amélioration et de l’amélioration de l’efficacité du marché. Cette évolution est conforme au mouvement international en faveur de l’élaboration de taux sans risque à mesure que les repères -IBOR sont en train de disparaître.