Connectez-vous S'inscrire
Sénégal : actualité économique et financière - equonet.net Afrique

Les lois restreignent toujours les opportunités économiques des femmes


Rédigé le 24 Février 2021 à 12:34 | 0 commentaire(s) modifié le 25 Février 2021 - 17:21

Massamba Ndakhté Gaye
Ndakhté M. GAYE est un rédacteur de contenu web et spécialiste des relations médias avec plusieurs... En savoir plus sur cet auteur

(Equonet-Dakar) – Dans certains pays du monde, des lois et des réglementations limitent encore les opportunités économiques en dépit des progrès notés.


Les pays progressent vers une plus grande égalité entre les sexes, mais les femmes du monde entier continuent de faire face à des lois et des réglementations qui limitent leurs opportunités économiques, la pandémie COVID-19 créant de nouveaux défis pour leur santé, leur sécurité et leur sécurité économique, indique un nouveau rapport de la Banque mondiale.   

Les réformes visant à éliminer les obstacles à l'inclusion économique des femmes ont été lentes dans de nombreuses régions et inégales au sein de celles-ci, selon Women, Business and the Law 2021. En moyenne, les femmes n'ont que les trois quarts des droits légaux accordés aux hommes. Les femmes étaient déjà désavantagées avant la pandémie, et les initiatives gouvernementales visant à atténuer certains de ses effets, bien qu'innovantes, ont été limitées dans de nombreux pays, indique le rapport.

«Les femmes doivent être pleinement intégrées dans les économies afin d'obtenir de meilleurs résultats en matière de développement», a déclaré David Malpass, président du Groupe de la Banque mondiale. « Malgré les progrès réalisés dans de nombreux pays, il y a eu des inversions troublantes dans quelques-uns, y compris la restriction des déplacements des femmes sans l'autorisation d'un tuteur masculin. Cette pandémie a exacerbé les inégalités existantes qui désavantagent les filles et les femmes, y compris les obstacles pour aller à l'école et conserver un emploi. Les femmes sont également confrontées à une augmentation de la violence domestique et des problèmes de santé et de sécurité. Les femmes devraient avoir le même accès au financement et les mêmes droits à l'héritage que les hommes et doivent être au centre de nos efforts pour une reprise inclusive et résiliente de la pandémie COVID-19.

Women, Business and the Law 2021 mesure les lois et réglementations dans 8 domaines qui affectent les opportunités économiques des femmes dans 190 pays, couvrant la période de septembre 2019 à octobre 2020. Des bases du mouvement dans la communauté aux défis du travail, de la parentalité, et à la retraite, les données offrent des repères objectifs et mesurables pour les progrès mondiaux vers l'égalité des sexes. À la suite de l'éclosion de la pandémie, ce rapport examine également les réponses du gouvernement à la crise du COVID-19 et comment la pandémie a affecté les femmes au travail et à la maison, en se concentrant sur la garde des enfants, l'accès à la justice et la santé et la sécurité.

Dans l'ensemble, le rapport constate que de nombreux gouvernements ont mis en place des mesures pour faire face à certains des impacts de la pandémie sur les travailleuses. Par exemple, moins d'un quart de toutes les économies étudiées dans le rapport garantissaient légalement aux parents employés un congé pour s'occuper des enfants avant la pandémie. Depuis lors, à la lumière des fermetures d'écoles, près de 40 autres économies dans le monde ont mis en place des politiques de congés ou de prestations pour aider les parents à s'occuper de leurs enfants. Même ainsi, ces mesures sont probablement insuffisantes pour relever les défis auxquels de nombreuses mères qui travaillent sont déjà confrontées, ou la crise de la garde d'enfants.

La pandémie a également contribué à une augmentation de la gravité et de la fréquence de la violence sexiste. Des recherches préliminaires montrent que depuis début 2020, les gouvernements ont introduit environ 120 nouvelles mesures, notamment des lignes directes, une assistance psychologique et des refuges pour protéger les femmes de la violence. Certains gouvernements ont également pris des mesures pour donner accès à la justice de plusieurs manières, notamment en déclarant les affaires familiales urgentes pendant le verrouillage et en autorisant des procédures judiciaires à distance pour les affaires familiales. Cependant, les gouvernements ont encore la possibilité d'adopter des mesures et des politiques visant à lutter contre les causes profondes de cette violence.

« S'il est encourageant que de nombreux pays aient pris des mesures proactives pour aider les femmes à surmonter la pandémie, il est clair que davantage de travail est nécessaire, en particulier pour améliorer le congé parental et égaliser les salaires», a déclaré Mari Pangestu, directrice générale de la politique de développement et des partenariats, Banque mondiale«Les pays doivent créer un environnement juridique qui améliore l'inclusion économique des femmes, afin qu'elles puissent faire les meilleurs choix pour elles-mêmes et leurs familles.»

Malgré la pandémie, 27 économies de toutes les régions et groupes de revenus ont adopté des réformes dans tous les domaines et accru les bonnes pratiques en matière de législation dans 45 cas au cours de l'année couverte, selon le rapport. Le plus grand nombre de réformes ont introduit ou amendé des lois touchant la rémunération et la parentalité.

Cependant, la parentalité est également le domaine qui laisse le plus de place à l'amélioration à l'échelle mondiale. Cela inclut le congé parental payé, si les prestations sont administrées par le gouvernement et si le licenciement des femmes enceintes est interdit. Des réformes sont également nécessaires pour remédier aux restrictions auxquelles les femmes sont confrontées dans le type d'emplois, de tâches et d'heures de travail, en les séparant dans des emplois moins bien rémunérés. Et dans 100 économies, les lois ne prescrivent pas que les hommes et les femmes soient payés de la même manière pour des emplois de valeur égale.

La réalisation de l'égalité juridique entre les sexes nécessite un effort concerté des gouvernements, de la société civile et des organisations internationales, entre autres. Mais les réformes juridiques et réglementaires peuvent servir de catalyseur important pour améliorer la vie des femmes ainsi que de leurs familles et communautés. Une meilleure performance dans les domaines mesurés par les femmes, les affaires et la loi est associée à la réduction de l'écart entre les sexes dans les résultats du développement, une participation plus élevée des femmes au marché du travail, une diminution de l'emploi vulnérable et une plus grande représentation des femmes dans les parlements nationaux.
 



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise






Facebook


Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.