Connectez-vous S'inscrire
https://www.equonet.net/
ecofinance.sn
Facebook
Twitter
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.
Veiller sur l'application des obligations du secteur extractif sénégalais.



Marché régional des titres publics de l’Uemoa : les Etats prudents face à l’engouement des investisseurs


Rédigé le 29 Août 2020 à 18:16 commentaire(s) modifié le 31 Août 2020 - 17:11


(Equonet-Dakar) – Sur une offre d’investissement de 6 614 milliards de FCFA de soumissions sur le marché régional des titres publics, les Etats de l’Uemoa ont fait preuve de prudence en ne retenant que 2 672 milliards.


Dans son 2ième numéro webzine ‘’La Tendance’’,  l’Agence Umoa titre a fait un focus sur la performance des soumissions sur le marché régional des titres publics de l’Uemoa où les pays membres ont été prudents face à une offre colossale des investisseurs. Equonet vous livre en intégralité les explications.

Du 2 avril au 30 juin 2020, les pays de l’Union prévoyaient lever sur le Marché régional des Titres Publics, le montant de 2 554 milliards de FCFA. Face aux besoins exprimés, les investisseurs ont mis sur la table plus de 6 614 milliards de FCFA de soumissions. Au final, les Etats ont retenus 2 672 milliards, au titre du second trimestre 2020. Un montant qui témoigne d’une certaine prudence de l’Union face à l’engouement autour de la signature de la zone UEMOA.

Cette performance peut s’expliquer en deux points. Au cours de ce trimestre, 4 émissions ont été annulées. Une par la République du Bénin et les 3 autres par la Guinée-Bissau. Il faut aussi y ajouter les 3 reports d’émissions de titres publics de la Côte d’Ivoire en début du trimestre. Le programme des bons COVID- 19 pourrait également expliquer ces annulations et reports à cause des taux préférentiels mis en place par la BCEAO pour soutenir le financement des Etats. Malgré tout, certains pays ont réussi à engranger un peu plus que les montants annoncés de départ. Retour sur les résultats des 8 Etats qui composent la zone UEMOA.

Au cours de cette période, 73 émissions de titres publics réparties en Bons Assimilables du Trésor (BAT) et en Obligations Assimilables du Trésor (OAT) ont été ainsi lancées sur le Marché régional des Titres Publics.

Pour ce second trimestre de l’année 2020, les Etats ont préféré les émissions d’Obligations Assimilables du Trésor (OAT). Au total, 38 OAT pour un montant annoncé de 711,66 milliards de FCFA. A cet appel de financement, les investisseurs ont soumis la somme de 1 099 milliards de FCFA. Mais au final, les Etats ont retenu 701,81 milliards de FCFA en Obligations Assimilables du Trésor.

On constate une légère baisse sur les résultats du 2nd trimestre. Les titres de créances à moyen et long termes ont suscité moins d’appétit des Etats qui sont restés prudents. Et c’est le Mali qui en a fait le plus recours, 9 fois sur le Marché par adjudication. Il est suivi du Bénin et du Sénégal (7 fois), de la Côte d’Ivoire (5), du Burkina Faso (4), du Niger et du Togo qui l’ont utilisé à deux reprises et enfin la Guinée-Bissau, une seule fois en 3 mois.

En ce qui concerne les émissions sous forme de Bons Assimilables du Trésor (BAT), ce sont 1 944 milliards de F CFA qui ont été retenus au titre de ces titres de créances à court terme, pour un montant annoncé de 1 854 milliards de FCFA. Et même si le nombre de BAT (35) est inférieur à celui des Obligations Assimilables du Trésor, ce mode de financement des Etats a été celui qui a le plus sollicité d’une part, et celui qui a suscité le plus d’engouement auprès des investisseurs (plus de 5 400 milliards soumis). Notons que le programme de bons COVID-19 a concerné en réalité l’émission de BAT de maturité 3 mois.

La Côte d’Ivoire a été un gros consommateur de BAT avec 11 émissions rien que pour ce second trimestre. En comparaison, le Burkina Faso a émis 7 BAT, s’en suit le Niger avec 4 émissions de BAT. Le Mali, le Togo, la Guinée-Bissau et le Bénin, ont eu recours à cet instrument financier trois fois chacun durant le trimestre. Le Sénégal en a réalisé 2.
Equonet


Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | Contribution | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Mines-Hydrocarbures | Energies