Connectez-vous S'inscrire
Equonet.net : actualité économique, financière sénégalaise et africaine
Développer un contenu vérifié, instructif, constructif et attentif, de manière professionnelle et responsable.

Mauritanie : le délai de validité des anciennes pièces prorogé de 5 mois


Rédigé le 16 Juillet 2018 à 12:25 | 0 commentaire(s) modifié le 16 Juillet 2018 - 17:52


Les pièces de monnaie mauritanienne peuvent encore circuler jusqu'au 30 novembre 2018.


(Ecofinance.sn - Dakar) - La Banque centrale de Mauritanie (BCM) a décidé de proroger de 5 mois le délai de validité des anciennes pièces de monnaie en circulation. Dans un communiqué transmis samedi 14 juillet à la presse, l'institution a annoncé que ces pièces pouvaient encore circuler jusqu'au 30 novembre 2018 contrairement au 30 juin 2018, déjà passé, initialement fixé.

«Toutes les transactions commerciales peuvent être dénouées avec les anciennes pièces parallèlement à la nouvelle gamme jusqu'à la date susmentionnée», a affirmé la Banque qui s'est justifiée par «la tendance observée qui se caractérise par une faible récupération des bases de dénominations de l'ancienne gamme, notamment les pièces de monnaie de 10, 20 et 50 Ouguiya».

D'après la BCM, les anciennes pièces concernées, sont majoritairement détenues par les populations à faible revenu. Ainsi, a-t-elle relevé, l'arrêt de leur circulation affecterait ces segments vulnérables de la population et conduirait à terme à un relèvement injustifié du taux d'inflation.

Réforme monétaire

Revenant sur le contexte de l'opération, la BCM a mis en avant une réforme monétaire introduite le 1er janvier dernier et dont le but était de moderniser les moyens de paiement et d'améliorer la gestion fiduciaire. Concrètement, rappelle le communiqué, il s'agit de la généralisation du polymère sur l'ensemble des billets de banque et le changement de base de la monnaie nationale, l'Ouguiya, de 10 à 1.
Cette dernière manœuvre devrait permettre de donner plus de valeur aux pièces de monnaie en leur rendant leur utilité monétaire et en leur permettant de contribuer plus efficacement à la lutte contre l'inflation déguisée, ajoute la BCM.

La Banque centrale qui a fait une évaluation à mi-parcours de sa mise en œuvre, a salué des résultats très encourageants, soulignant au passage la récupération de plus de 96% de la masse en circulation de l'ancienne gamme, une augmentation considérable des dépôts
(...) Lire la suite sur La Tribune.fr
 
Papa Souleymane Seck



Actualité | Economie | Finance | Innovation & Technologie | Social | EquoSports | Equobusiness | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe



Blog Relations médias

Conseil des ministres

SENEGAL : promulgation de la loi relative au PTIP 2019-2021 et la loi de Finances pour l’année 2019.

(Equonet-Dakar) - Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Président de la République a promulgué la loi portant approbation du Programme triennal d’investissements publics (PTIP) 2019-2021 ainsi que la loi de Finances pour l’année 2019.


Nominations

Les nominations du Chef de l'Etat au Conseil des ministres du 14 novembre 2018

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz








Derniers tweets




Facebook

Actu d'Afrique

COTE D’IVOIRE : 767 milliards FCFA pour résoudre les problèmes persistants de balance des paiements

(Equonet-Dakar) - Les perspectives économiques du pays restent robustes, avec une croissance projetée à environ 7½ pour cent en 2018–19. Le déficit budgétaire devrait converger vers la norme régionale de l’UEMOA de 3 pour cent du PIB en 2019. Le programme vise à atteindre une position viable de la balance des paiements, à renforcer la mobilisation des recettes intérieures, à assurer la viabilité de la dette, ainsi qu’à favoriser une croissance inclusive et la réduction de la pauvreté.


Actu d'Europe

La croissance économique n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon l’OCDE

(Equonet-Dakar) - Le développement durable exige une vision plus globale que la croissance économique qui n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon un nouveau rapport du Centre de développement de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).