Connectez-vous S'inscrire
https://www.equonet.net/
ecofinance.sn
Facebook
Twitter
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.
Veiller à l'application des obligations du secteur extractif sénégalais.



Production de cacao en Côte d'ivoire et au Ghana: pourquoi les agriculteurs ne récoltent pas les fruits de leur production


Rédigé le 1 Juillet 2021 à 19:28 | 0 commentaire(s) modifié le 2 Juillet 2021 - 17:36


(Equonet-Dakar) - Michael Odijie, chercheur à l'université collège de Londre, explique dans ''The Conversation Africa'' pourquoi les efforts de la Côte d'Ivoire et du Ghana pour aider les producteurs de cacao n'ont pas fonctionné.


Un accord sur les prix du cacao  conçu pour protéger les agriculteurs de Côte d'Ivoire et du Ghana de la misère est contourné  par les multinationales, les principaux acheteurs de fèves de cacao.

Le cacao est la plante à partir de laquelle le chocolat est fabriqué. La Côte d'Ivoire et le Ghana représentent ensemble 65% de la production mondiale de cacao  , mais les agriculteurs de ces deux pays gagnent moins de 6% des revenus totaux de l'industrie du chocolat  .

La chaîne de valeur de la fève de cacao comprend cinq segments principaux. Le premier est la production de fèves de cacao, qui implique les agriculteurs locaux. Le second est l'approvisionnement et la commercialisation, qui impliquent des commerçants et exportateurs locaux et internationaux de fèves de cacao et de produits semi-transformés. Le troisième est la transformation, qui implique les broyeurs et les chocolatiers. Le quatrième est la distribution, qui implique les détaillants. Et enfin, il y a les consommateurs.

La part des producteurs de cacao dans le produit final a diminué au fil des ans, les commerçants, les marques et les détaillants ayant pris une part plus importante. Par exemple, selon Fairtrade  , lorsque les prix du cacao étaient élevés dans les années 1970, le cacao représentait jusqu'à 50 % de la valeur d'une barre de chocolat. Ce chiffre est tombé à 16% dans les années 1980 et aujourd'hui les agriculteurs reçoivent environ 6% de la valeur. Les producteurs de cacao au Ghana gagnent maintenant environ 1 $ par jour (cela inclut souvent le fait d'être subventionné par le gouvernement ghanéen). Ceux de Côte d'Ivoire gagnent environ  0,78 $ par jour.

Connexion: https://theconversation.com/why-efforts-by-cote-divoire-and-ghana-to-help-cocoa-farmers-havent-worked-162845 

Michael Odijie



Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | Contribution | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Mines-Hydrocarbures | Energies