Connectez-vous S'inscrire
Equonet.net : actualité des économies du pétrole, gaz, énergies au Sénégal et en Afrique

aperçu critique de l'évolution du secteur de l'énergie en afrique


Rédigé le 1 Février 2022 à 10:07 | 0 commentaire(s) modifié le 2 Février 2022 - 10:20


(Equonet-Dakar) - Tim O' Hanlon, conseiller principal pour la société d'énergie et d'électricité cotée à Oslo, Panoro Energy, donne un aperçu critique de l'évolution du secteur de l'énergie en Afrique.


Le déclin de la production présentant de nouveaux défis pour l'Afrique, les parties prenantes font pression pour une exploration accrue afin d'aider à atténuer cette tendance. Malgré les appels mondiaux à la transition vers des sources d'énergie renouvelables, l'Afrique a toujours besoin de ses réserves de pétrole et de gaz si elle veut atteindre ses objectifs de développement et abolir la pauvreté énergétique d'ici 2030. Dans une interview exclusive avec la Chambre africaine de l'énergie (AEC), Tim O' Hanlon, conseiller principal pour la société d'énergie et d'électricité cotée à Oslo, Panoro Energy, donne un aperçu critique de l'évolution du secteur de l'énergie en Afrique.

Que signifiera cette sous-performance de la production au Nigeria, en Libye, en Angola, au Congo, en Guinée équatoriale et dans les pays africains pour l'ensemble du continent ?

Pour les pays concernés, il s'agit sans aucun doute d'un revers important et d'un coup direct pour leurs économies, car ils ont probablement été trop lents à se diversifier loin du pétrole et du gaz et à investir les revenus exceptionnels des ressources des dernières décennies dans des secteurs plus durables comme l'agriculture, l'industrie Et services. Mais pour la majorité des 54 pays d'Afrique avec peu ou pas de production, je ne vois honnêtement pas beaucoup d'impact, dans un sens ou dans l'autre. 

Selon vous, quelles sont les principales raisons qui influencent le déclin de la production en Afrique ?

La production de pétrole est en baisse sur le continent pour un certain nombre de raisons, mais principalement en raison du manque d'exploration de nouvelles réserves pour maintenir les profils de production, d'un manque d'investissement dans les champs existants et des troubles civils. Le dernier point est le plus facile à comprendre. L'investissement requis - qui provient normalement de l'extérieur du continent - se tarit rapidement lorsque les gouvernements ne sont pas en mesure de fournir un environnement de travail sûr et sécurisé. Par la suite, les dépenses d'exploration frontalière sont toujours discrétionnaires pour les IOC et sont les premières à être réduites lorsque les prix du pétrole s'effondrent, comme ils l'ont fait en 2014. souvent  hystérique) pression, principalement de la part de la société occidentale « triée », pour arrêter toute exploration future, en particulier pour le pétrole. Pour la même raison, même certains projets africains de production matures sont privés par leurs opérateurs IOC du capital nécessaire pour maintenir ou améliorer la production - une bonne gestion normale si vous préférez. Des tranches d'actifs de production matures deviennent disponibles à mesure que l'industrie se consolide et que certains IOC s'éloignent même complètement du continent. Cet exode est malheureusement accéléré par certains gouvernements africains qui sont un peu lents à réagir à ces forces du marché en assouplissant les conditions fiscales comme ils le devraient en réponse à la détérioration du climat d'investissement pour les IOC.

Que peut-on faire pour renverser la vapeur ?

Tout n'est pas perdu. Tout d'abord, il est très encourageant de voir certaines Majors - notamment TotalEnergies et ENI - garder leur sang-froid et rester fidèles à la Mère Continent malgré le  bruit de fond. Bien qu'ils se débarrassent naturellement de certains champs africains producteurs matures non essentiels, ils continuent également de forer occasionnellement des chats sauvages frontaliers et cela porte ses fruits. ENI vient d'avoir une énorme découverte de pétrole en Côte d'Ivoire, TE une découverte de gaz majeure en Afrique du Sud et les deux continuent d'investir dans des projets massifs sur la côte est-africaine, du Mozambique à l'Ouganda en passant par l'Égypte. Et bonne chance à eux je dis. Deuxièmement, la génération existante d'acteurs E&P expérimentés axés sur l'Afrique (Perenco, Trident, Panoro, Tullow, Assala…) ainsi que leurs frères africains (Seplat, Oando, XXXXX, YYYYY…) sont rejoints par un groupe émergent de start-up impressionnantes. ups (Baobab Energy Africa, Boru Energy, Afentra et autres) prêts et capables de remplacer les majors sortantes et de donner une nouvelle vie à des actifs matures avec les bonnes incitations fiscales.

Lire l'intégralité de l'interview sur ce lien : https://energychamber.org/exploration-production-and-africas-frontier-markets%EF%BF%BC/ 

 
equonet



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise





Facebook




Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.