Connectez-vous S'inscrire
https://www.equonet.net/
ecofinance.sn
Facebook
Twitter
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.



budget 2012-2022 Sénégal : le bilan chiffré des dépenses du montant de près 40.000 milliards cumulé sur 12 ans des lois de finances


Rédigé le 4 Décembre 2023 à 15:25 | 0 commentaire(s) modifié le 5 Décembre 2023 - 18:48

Massamba Ndakhté Gaye
Ndakhté M. GAYE est un journaliste d'investigation engagé dans le suivi citoyen des obligations... En savoir plus sur cet auteur

(Equonet-Dakar) - De 2012 à 2022, le montant cumulé des lois de finances (Loi finances initiale et Loi finances rectificative) adoptées par l’Assemblée nationale du Sénégal atteint le chiffre de 39 882,93 milliards de FCFA. La tutelle explique aux députés ce que le gouvernement a fait de cet argent.


budget 2012-2022 Sénégal : le bilan chiffré des dépenses du montant de près 40.000 milliards cumulé sur 12 ans des lois de finances
budget 2012-2022 Sénégal : le bilan chiffré des dépenses du montant de près 40.000 milliards cumulé sur 12 ans des lois de finances
Les sénégalais ont droit de se demander ce que le gouvernement a fait des 39 882,93 milliards de FCFA des lois de finances cumulés sur la période 2012-2022. Le ministre sénégalais des Finances et du Budget, Amadou Moustapha Bâ, en a donné la réponse dans son discours de clôture de la session budgétaire. 

« La réponse est simple : en douze ans, cet argent a globalement servi à :
  1. payer les salaires et les primes des agents de l’Administration (au sens large, y compris le secteur parapublic) : 7 387,51 milliards de FCFA ;
  2. 2- assurer le fonctionnement de l’Administration et de nos services publics, y compris les structures hospitalières, les universités et les collectivités territoriales : 10 582 milliards de FCFA. Ce montant englobe le paiement des bourses des étudiants (579,56 milliards FCFA) ; la subvention du monde rural (567,75 milliards FCFA), le carburant et l’électricité (1 431,6 milliards) et les denrées alimentaires de première nécessité (164,5 milliards en termes de subvention et de renonciation de recettes) ; la distribution des bourses de sécurité familiale à 354 951 ménages vulnérables, pour un montant cumulé de 201,735 milliards de FCFA ;
  3. investir, pour doter le pays d’infrastructures et d’équipements dignes de ce nom : 12 679,39 milliards FCFA. 8 Si l’on examine le pendant physique de celui financier, on peut dire, Honorables Députés, que le peuple sénégalais en a eu pour son argent… « Wëddi, guiss bokku ci », comme on dit. En effet, les investissements publics réalisés depuis 2012 ont donné comme résultats, pour prendre quelques exemples :
● dans le domaine de l’énergie :
- le taux d’électrification est passé en zone rurale de 24% en 2012 à 61% en 2022, tandis qu’il atteint les 97% en zone urbaine ; De 1660 villages électrifiés en 2012 ;
- le Sénégal dispose de 1 787 mégawatts (MW) en puissance installée en 2022, contre 674,5 MW en 2012, et le réseau de transport d’électricité s’est enrichi de 1552 km de lignes nouvelles durant la même période.

● en matière d’infrastructures routières et de services de transport, c’est là où notre pays a accompli les progrès les plus spectaculaires puisqu’il a réalisé depuis 2012:
- 2 918 km de routes revêtues contre 1 578 km qui existaient en 2012 ;
- 225 km d’autoroutes en 2022, là où on n’avait que 32 km en 2012 ;
- 6 900 km de pistes en 2022, contre 5 000 km de pistes dans tout le Sénégal en 2012 ;
- 23 ponts construits entre 2012 et 2022, quand notre pays comptait 11 ponts lors de la première élection du Président Macky SALL.

Construire des routes, c’est bien, mais encore faut-il les entretenir.

Sur ce plan, les inspections effectuées en fin 2022 sur l’état du réseau routier classé permettent de dire que 84% des routes revêtues et 58% des routes en terre sont en « bon/moyen état ». En 2012, la même évaluation donnait 60% des routes revêtues et 40% des routes en terre en « bon et moyen état ».

Ces efforts importants réalisés par l’État ont permis à notre pays de posséder l’un des meilleurs réseaux routiers en Afrique de l’Ouest. Selon le classement de "the Global Economy", le Sénégal fait partie du top 10 des pays ayant les meilleurs réseaux routiers et autoroutiers d’Afrique. Il occupe la 8ème place sur les 38 pays évalués.

● Dans le domaine agricole :
- les productions céréalières sont passées de 1 512 092 tonnes en 2012 à 3 663 498 tonnes en 2022-2023 ;
- la production arachidière est passée de 692 572 tonnes en 2012 contre 1 501 498 tonnes en 2022 ;
- les productions horticoles sont estimées à 1 547 280 tonnes en 2022/2023 contre 905 000 tonnes en 2012 ;

En matière d’éducation et d’enseignement supérieur, grâce aux budgets que vous avez votés ces onze dernières années, le gouvernement a construit :
- 17 522 salles de classes dont 2 361 dans le cadre du remplacement des abris provisoires, 83 lycées, 404 écoles, 356 collèges et 5 896 blocs d’hygiènes, 143 blocs administratifs, 78 926 mètres linéaires de clôtures ;
- 5 universités, 14 Espaces numériques ouverts (ENO), 5 instituts supérieurs d’enseignement professionnel (ISEP), 34 centres de formation professionnelle, le tout avec un nombre de lits universitaires qui est passé de 5 000 à 22 125.

● dans le domaine de la santé : les investissements ont permis la finalisation des chantiers des hôpitaux Dalal Jamm de Dakar ainsi que ceux de Fatick, Ziguinchor, Matam, sans compter la construction de 5 nouveaux hôpitaux (Touba, Kaffrine, Sedhiou, Kédougou et Agnam).

Ont également été construits 15 centres de santé, 300 postes de santé et 21 centres de dialyse (à noter que jusqu’en novembre 2010, seules 3 structures hospitalières publiques offraient ce service : Le Dantec, Hôpital Principal et Hôpital de Saint Louis. Aujourd’hui, ce sont 22 322 insuffisants rénaux qui bénéficient gratuitement de la dialyse).

Et ce n’est pas tout : depuis 2012, l’État a injecté dans la Couverture maladie universelle 175,28 milliards FCFA, ce qui a permis de porter le taux de couverture globale de 20% à 53,2% et le taux de pénétration des mutuelles de santé à 86%.

En outre, dans le cadre de la politique de gratuité, on dénombre 499 321 cas d’enfants de moins de 5 ans pris en charge, 9 313 femmes et 45 750 cas de personnes de plus de 60 ans.

En matière d’hydraulique rurale, de 2015 à 2023, ce sont 796 forages qui ont été réalisés (dont 642 nouveaux, 128 renouvelés et 26 réhabilités), 521 châteaux d’eau, 9 849 154 mètres linéaires de réseaux, 5 114 bornes fontaines, 568 abreuvoirs et 43 544 branchements sociaux.

En matière d’assainissement, en décembre 2022 le taux moyen d’accès se situait à 74,2% au niveau national (contre 47,5% en 2012)) et de 62,2% en milieu rural (contre 35,6% en 2012). »

En somme tout un bilan qui, selon le ministre, ne prend pas en compte les réalisables invisibles que sont les subventions au secteur de l’énergie, notamment.



Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | Contribution | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Mines-Hydrocarbures | Energies