Connectez-vous S'inscrire
Equonet.net : actualité des économies du pétrole, gaz, énergies au Sénégal et en Afrique
Equonet.net : actualité économique, financière, écologique au Sénégal et en Afrique
Web média de veille et d'alerte sur la gouvernance des ressources extractives au Sénégal et en Afrique

Découvrez comment tester les connexions Internet au Sénégal.



climat : sept pays africains dont le sénégal sur la voie de la croissance verte


Rédigé le 9 Septembre 2022 à 17:42 | 0 commentaire(s) modifié le 11 Septembre 2022 - 21:06

Massamba Ndakhté Gaye
Ndakhté M. GAYE est un journaliste économique professionnel et chercheur dans le secteur des... En savoir plus sur cet auteur

(Equonet-Dakar) - Un nouveau rapport souligne les progrès des pays africains sur la croissance verte. Le Kenya, le Maroc et la Tunisie sont plus loin en inscrivant le droit à un environnement propre et sûr dans leur constitution.


Un rapport commun publié par la  Banque africaine de développement et l’Institut mondial de la croissance verte (GGGI) montre que les pays africains font preuve d’un engagement politique croissant en faveur de la croissance verte.

Analysant l’état de préparation à la croissance verte de sept pays africains (Maroc, Tunisie, Kenya, Rwanda, Sénégal, Gabon et Mozambique), le rapport note que les gouvernements soutiennent activement les Objectifs de développement durable des Nations unies et les Contributions déterminées au niveau national dans le cadre de l’accord de Paris.

Il souligne que le Kenya, le Maroc et la Tunisie, en particulier, ont inscrit dans leur constitution le droit des citoyens à un environnement propre et sûr ainsi que d’autres droits connexes. Le Rwanda, le Kenya, le Maroc, le Sénégal et le Mozambique ont adopté des stratégies nationales de croissance verte et de résilience économique face au changement climatique.

Le rapport conjoint a été lancé en marge de la Semaine africaine du climat, à Libreville, au Gabon ((29 août-2 septembre). L’étude évalue l’état et les tendances de la croissance verte ainsi que le degré de préparation des pays africains à la transition vers la croissance verte en fonction d’un certain nombre de paramètres. Elle formule également des recommandations à l’attention des pays couverts par le rapport.

Malle Fofana, directeur Afrique et chef des programmes au GGGI, a déclaré : « Notre étude conjointe intitulée “La croissance verte dans le contexte de la mise en œuvre des CDN, SLT et ODD en Afrique”, qui évalue l’état et le degré de préparation de la mise en œuvre de la croissance verte, met en évidence des informations clés et précieuses pour nos États membres. »

Al-Hamndou Dorsouma, directeur par intérim du Département du changement climatique et de la croissance verte à la Banque africaine de développement et co-responsable du rapport, a déclaré : « Ce rapport devrait stimuler un dialogue et un débat fructueux sur les moyens de faire progresser l’action climatique et la croissance verte en Afrique. Pour la Banque africaine de développement, investir dans la croissance verte nécessite à la fois des interventions politiques et un financement adéquat, d’autant plus que les investissements dans la croissance verte exigent un financement initial important pour exploiter les solutions environnementales innovantes et les technologies propres. Cela comprend la mise en place d’économies résilientes et à faible émission de carbone, de villes intelligentes et durables, l’industrialisation verte et la construction d’infrastructures résilientes au climat ».

Il existe une marge de progression dans les neuf catégories de préparation à la croissance verte que le rapport évalue, en particulier les aspects juridiques et réglementaires, le financement, la recherche et le développement, les capacités humaines, ainsi que le suivi et la production de rapports.

M. Pranab Baruah, du GGGI, codirecteur du rapport, a souligné l’importance de la préparation opérationnelle pour une croissance verte, qui comprend des systèmes de mesure, de notification et de vérification pour une planification et une mise en œuvre efficaces des Contributions déterminées au niveau national et des Objectifs de développement durable.

La session a également offert aux participants l’opportunité de discuter des conclusions du rapport. Les experts de la Banque africaine de développement et du GGGI ont également décrit la manière dont le rapport va guider leur planification opérationnelle à l’avenir.

L’intégralité du rapport (en anglais) peut être consultée ici.

 



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise






Facebook




Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.