Connectez-vous S'inscrire
Equonet.net : actualité des économies du pétrole, gaz, énergies au Sénégal et en Afrique
Equonet.net : actualité économique, financière, écologique au Sénégal et en Afrique
Web média de veille et d'alerte sur la gouvernance des ressources extractives au Sénégal et en Afrique

Découvrez comment tester les connexions Internet au Sénégal.



le forum économique mondial lance un rapport alarmant sur la déforestation


Rédigé le 20 Septembre 2022 à 18:09 | 0 commentaire(s) modifié le 21 Septembre 2022 - 12:00


(Equonet-Dakar) - Un investissement des entreprises est nécessaire pour que les approches paysagères de protection des forêts restent sur la voie de 1,5 °C, selon un nouveau rapport du Forum économique mondial.


Le rôle des forêts dans le cycle mondial du carbone est fondamental. À moins que la déforestation tropicale ne soit stoppée, il ne peut y avoir de solution à la crise climatique.

Alors que la déforestation est responsable de près de 15 % des émissions mondiales de CO₂, la conservation des forêts existantes offre jusqu'à neuf fois plus de réduction du carbone à faible coût que la plantation de nouveaux arbres. Si nous n'arrêtons pas la déforestation d'ici 2030 au plus tard, il ne sera pas possible de limiter le réchauffement climatique à une trajectoire de 1,5°C. Dans un nouveau rapport, Forests for Climate: Scaling up Forest Conservation to Reach Net Zero  , publié aujourd'hui par le Forum économique mondial, le cas est fait pour l'investissement du secteur privé dans des approches paysagères entières pour protéger les forêts.

« Il n'y a pas de lutte contre le changement climatique sans forêts. La déforestation à elle seule est responsable de près de 15 % des émissions mondiales de CO₂ . À l'inverse, les solutions fondées sur la nature peuvent fournir un tiers de l'atténuation nécessaire pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C », déclare Nicole Schwab , codirectrice, Solutions fondées sur la nature, Forum économique mondial.

Inverser la déforestation mondiale est un défi complexe, mais en son cœur se trouvent quatre conditions simples : l'échelle, le financement, l'intégrité et l'inclusion. Le rapport analyse une approche connue sous le nom de « REDD+ juridictionnelle » qui canalise les paiements basés sur les résultats vers les gouvernements forestiers et les communautés qui évitent la déforestation dans des paysages entiers. Cette approche s'appuie sur une initiative existante des Nations Unies (« Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts » ou « REDD ») mais l'étend d'une base de projet à des programmes à l'échelle nationale ou sous-nationale.

L'inclusion est un élément essentiel de cette nouvelle approche. Par exemple, près de la moitié des forêts intactes de l'Amazonie se trouvent sur des territoires autochtones - et les taux de déforestation dans ces zones sont trois à quatre fois inférieurs à ceux de terres équivalentes non détenues par des peuples autochtones. L'inclusion des communautés locales et des gouvernements ou juridictions des États renforce l'intégrité des programmes et aide à éviter certains des risques associés aux tentatives antérieures d'inverser la déforestation.

Alors que la « REDD+ juridictionnelle » aborde les questions d'échelle, d'intégrité et d'inclusion, la pièce manquante essentielle est le financement. Les investissements actuels dans les solutions basées sur la nature s'élèvent à 133 milliards de dollars par an, dont le secteur privé ne contribue qu'à hauteur de 18 milliards de dollars, selon les estimations publiées en 2021 par le Programme des Nations Unies pour l'environnement. Les solutions basées sur la nature, qui incluent la conservation et la restauration des forêts, peuvent fournir un tiers de l'atténuation nécessaire pour maintenir la planète sur une trajectoire de 1,5°C, mais le financement de ces solutions doit tripler pour atteindre 400 milliards de dollars d'ici 2030.

Le secteur privé a un rôle clé à jouer dans la préservation des forêts du monde tout en débarrassant ses propres chaînes d'approvisionnement de la déforestation. Les entreprises peuvent accéder aux programmes « juridictionnels REDD+ » par le biais d'initiatives volontaires de marché du carbone telles que la Coalition LEAF qui utilise la nouvelle norme rigoureuse « ART TREES » pour le suivi, le reporting et la vérification. En 2021, la Coalition LEAF a mobilisé 1 milliard de dollars de financement, lançant le plus grand effort public-privé jamais réalisé pour protéger les forêts tropicales dans des pays tels que le Costa Rica, l'Équateur, le Ghana, le Népal et le Viet Nam. Pour maintenir l'intégrité de ses crédits carbone, la Coalition LEAF exige des entreprises participantes qu'elles utilisent les crédits achetés en plus, et non en remplacement, des réductions importantes de leurs propres émissions et de celles de leurs fournisseurs.

« La priorité urgente est de protéger les forêts tropicales, avant même de planter de nouveaux arbres (ce qui est également important), car le monde perd des forêts tropicales au rythme de 10 millions d'hectares par an, ce qui équivaut à environ un Central Park toutes les 15 minutes. Nous avons besoin de milliards de dollars d'investissements dans le financement climatique pour protéger les forêts du monde. Nous travaillons sur des initiatives telles que la LEAF Coalition et le Green Gigaton Challenge, car nous pensons qu'une action à l'échelle juridictionnelle est le moyen d'y parvenir », déclare Eron Bloomgarden , fondateur et directeur général d'Emergent, un intermédiaire à but non lucratif agissant entre les pays forestiers tropicaux et le secteur privé.

equonet



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise






Facebook




Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.