Connectez-vous S'inscrire
https://www.equonet.net/
ecofinance.sn
Facebook
Twitter
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.
Veiller sur l'application des obligations du secteur extractif sénégalais.



perspectives économiques de la région afrique: les observation de cristalina georgieva, directrice générale du fonds monétaire international


Rédigé le 11 Décembre 2021 à 19:04 commentaire(s) modifié le 13 Décembre 2021 - 16:58


(Equonet-Dakar) - Hier, à l'issue d'une réunion avec les ministres africains des Finances sur les perspectives économiques de la région, Kristalina Georgieva, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) a fait la déclaration suivante.


Kristalina Georgieva, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), le ministre des Finances et du Budget du Sénégal, Abdoulaye Daouda Diallo, et le ministre de l'Économie Amadou Hott, ont co-organisé aujourd'hui une réunion hybride avec les ministres africains de la finance. [[1] Le directeur général et les ministres ont discuté des perspectives économiques et de la manière de faire face aux principaux risques, notamment ceux posés par la pandémie, le changement climatique, les problèmes de sécurité et les retombées de l'économie mondiale. À la fin de la réunion, Mme Georgieva a fait la déclaration suivante :

« L'économie mondiale rebondit, nos Perspectives de l'économie mondiale d'octobre prévoyant une croissance de 5,9 % cette année et de 4,9 % en 2022. Cependant, nous prévoyons que l'Afrique subsaharienne connaîtra une croissance de 3,7 % cette année et de 3,8 % l'année prochaine, augmentant -vis-à-vis des économies avancées—et cela dans un contexte d'incertitude croissante autour de nouvelles variantes et conditions financières. En particulier, les nouvelles variantes de COVID-19 nécessitent une vigilance continue et une nouvelle impulsion mondiale pour augmenter l'équité des vaccins. Les pays de la région doivent également continuer à donner la priorité aux mesures critiques pour surmonter la crise sanitaire actuelle et aux programmes d'assistance sociale pour les groupes vulnérables.

« J'ai été encouragé par l'engagement des ministres de la région à poursuivre des politiques bien ciblées compatibles avec le maintien de la stabilité macroéconomique et un solide programme de réformes à moyen terme. Il s'agit notamment de mesures visant à améliorer la mobilisation des revenus, renforcer la gouvernance et la transparence, promouvoir l'entrepreneuriat, relever les défis posés par le changement climatique et parvenir à une croissance plus élevée et plus inclusive. Une attention particulière est également nécessaire pour générer des opportunités économiques plus larges, y compris pour les femmes, les jeunes et les groupes vulnérables qui ont été touchés de manière disproportionnée par la pandémie.

« La réunion a également souligné l'importance de renouveler les efforts pour approfondir la coopération internationale, mobiliser des financements de la communauté internationale et relever les défis associés à la fragilité, à l'insécurité et aux risques économiques persistants. Le FMI reste un partenaire à part entière dans ces efforts, et j'ai été particulièrement encouragé d'entendre que la plupart des ministres ont convenu que la récente allocation de 650 milliards de dollars de DTS du FMI aux pays membres les aidait à relever ces défis, tout en notant que des efforts supplémentaires seront nécessaires. Nous avons reconnu l'importance pour les pays africains d'avoir un siège à la table des discussions sur les questions qui les concernent, afin de garantir que les efforts mondiaux pour les soutenir soient aussi efficaces que possible.

« Il y avait également un large accord sur le fait que la réduction des vulnérabilités, y compris celles associées à l'augmentation des niveaux d'endettement, est une priorité importante à moyen terme. À cet égard, l'amélioration du fonctionnement du Cadre commun du G-20 pour le traitement de la dette et sa mise en œuvre en temps opportun seront cruciales pour les pays qui pourraient avoir besoin d'un traitement de la dette. En outre, des actions et des réformes plus larges visant à réduire les risques et à renforcer la confiance contribueraient à attirer des investissements et des financements dans la région à moindre coût.

« Les pays de la région doivent continuer à lutter contre la crise sanitaire, tout en veillant à ce que les politiques soient bien ciblées et cohérentes avec le maintien de la stabilité macroéconomique.

« Enfin, je tiens à remercier le ministre Diallo et le ministre Hott, qui ont co-organisé cet événement avec moi, ainsi que tous les participants pour leurs contributions à un échange de vues fructueux. »

..........................................................

[[1] ]url:file:///Q:/COM/MR/Press%20Releases/2021/PR21373%20-%20Statement%20by%20IMF%20Managing%20Director%20Kristalina%20Georgieva%20at%20the%20Conclusion%20of%20a%20Meeting%20with%20African%20Ministers%20of%20Finance%20on%20the%20Region%E2%80%99s%20Economic%20Prospects.docx#_ftnref1 Le directeur général et ministre des Finances et du Budget Diallo ont été rejoints par le ministre de l'Économie, de la Planification et de la Coopération du Sénégal Amadou Hott à Dakar et par d'autres ministres d'autres pays africains qui se sont joints via un lien Internet. Était également présent Abebe Aemro Selassie, directeur du Département Afrique du FMI.

equonet


Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | Contribution | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Mines-Hydrocarbures | Energies