Connectez-vous S'inscrire
Equonet.net : actualité des économies du pétrole, gaz, énergies au Sénégal et en Afrique
Equonet.net : actualité économique, financière, écologique au Sénégal et en Afrique
Web média de veille et d'alerte sur la gouvernance des ressources extractives au Sénégal et en Afrique

trois pays africains cités en exemple pour leurs efforts d'amélioration de la gouvernance


Rédigé le 24 Juin 2022 à 10:26 | 0 commentaire(s) modifié le 26 Juin 2022 - 00:25


(Equonet-Dakar) - Les pays de la région ont fait d'importants progrès dans la lutte contre la corruption, certains surperformant les marchés émergents et même les économies avancées. Trois d'entre eux se sont distingués.


Un nouveau livre  du FMI, La bonne gouvernance en Afrique subsaharienne , présente trois pays – le Botswana, le Rwanda et les Seychelles – qui mènent l'effort d'amélioration de la gouvernance. Une table ronde animée par la directrice générale adjointe Antoinette Sayeh, a été organisée dans le cadre du lancement virtuel  .

Dans une interview accordée à Country Focus, Mme Sayeh, qui était au Botswana la semaine dernière pour une conférence de haut niveau sur la promotion de la bonne gouvernance  , et les éditeurs du livre, Monique Newiak, Alex Segura-Ubiergo et Abdoul Aziz Wane, parlent de leurs conclusions et de l'importance de la transparence et de l'intégrité publique pour le développement de la région.

Quels sont les éléments clés d'une bonne gouvernance ?

Antoinette Sayeh : Les pays les plus performants ont généralement cinq éléments clés en place. Premièrement, un niveau élevé d'engagement politique en faveur de la bonne gouvernance et de la transparence. Vous pouvez voir cela de plusieurs façons : par la façon dont le budget d'un pays est formulé et présenté ; par le degré d'indépendance de la banque centrale ; et s'il existe un engagement à déclarer les actifs des principaux responsables publics et à publier des audits.   

Deuxièmement, le respect de l'État de droit et des droits de propriété. Lorsque des investisseurs étrangers investissent dans un pays, ils le font en sachant que le gouvernement respectera les contrats et que les droits de propriété seront respectés.

Le troisième élément est d'assurer l'efficacité, la transparence et la surveillance publique des investissements. Ceci est particulièrement crucial compte tenu de la nécessité d'augmenter les investissements publics dans les infrastructures en Afrique. Le livre  fait référence à des études qui montrent que lorsque le gouvernement ne contrôle pas suffisamment les processus de passation des marchés publics, les coûts des projets ont tendance à être plus élevés.

Quatrièmement, l'accès à l'information, dont je vais laisser Alex parler un peu plus.

Et enfin, l'innovation et la technologie, qui, selon nous, peuvent jouer un rôle important pour aider les gouvernements à concrétiser ces priorités. 

Pourquoi la bonne gouvernance est-elle importante pour le FMI ?

Antoinette Sayeh : La mauvaise gouvernance et la corruption ont un impact négatif sur la croissance économique. Ils faussent les dépenses publiques et compromettent la mobilisation des recettes intérieures, soit des pertes de recettes fiscales estimées à 1 000 milliards de dollars dans le monde. C'est pourquoi le Fonds travaille avec les pays sur cette question depuis plus de 20 ans.

Et maintenant, à une époque où le monde est confronté à de multiples crises - la pandémie de COVID-19, la guerre en Ukraine et les défis permanents du changement climatique - le besoin d'une bonne gouvernance est devenu plus urgent. Il s'agit de plus que de gaspiller de l'argent; la bonne gouvernance permet la croissance.

Nos efforts se concentrent sur la réduction des vulnérabilités à la corruption en renforçant la gouvernance dans six fonctions centrales de l'État : la gouvernance de la banque centrale, la gouvernance du secteur financier, la gouvernance budgétaire, la réglementation des marchés, l'État de droit et la lutte contre le blanchiment d'argent.

En plus des conseils politiques que nous offrons, nous travaillons en étroite collaboration avec les pays et les partenaires de développement pour développer et mettre en œuvre des stratégies globales de réforme de la gouvernance. Une grande partie de cet effort est coordonnée par le réseau du FMI composé de 17 centres de développement des capacités  dans le monde, dont six en Afrique.

Comment les pays de la région peuvent-ils en récolter les bénéfices ?

Alex Segura-Ubiergo : Pour reprendre le point soulevé par Antoinette, premièrement, en mettant plus d'informations à la disposition du public. L'accès à l'information facilite la responsabilisation, condition préalable essentielle à une bonne gouvernance. Lorsque les gouvernements produisent, recueillent et diffusent des informations, les décisions sont plus transparentes, les citoyens sont mieux informés et les institutions et les organisations de la société civile peuvent demander des comptes aux gouvernements.

Deuxièmement, en veillant à ce que la charge fiscale soit répartie équitablement et que les dépenses publiques soient axées sur la réalisation de progrès plus rapides vers la réalisation des objectifs de développement durable : réduction de la pauvreté, amélioration de l'accès à la santé et à l'éducation et protection de l'environnement. Lorsque les citoyens perçoivent que les gouvernements utilisent bien les ressources publiques, ils sont plus susceptibles de considérer leurs obligations fiscales comme légitimes.

Troisièmement, en ayant des dirigeants politiques qui donnent l'exemple par leurs actions : publier leurs avoirs et créer des incitations à lutter contre la corruption avec l'aide d'une agence anti-corruption et du système judiciaire. Ensemble, ces éléments créent un dividende de gouvernance : une croissance plus élevée et plus inclusive grâce à des institutions plus solides et plus transparentes qui augmentent la responsabilité.

Certains pays de la région utilisent-ils la numérisation pour améliorer la qualité des institutions publiques ?

Abdoul Aziz Wane Les services d'e-gouvernement  - un indicateur de la numérisation et de l'utilisation des mégadonnées - se développent en Afrique subsaharienne, même si la région est encore à la traîne des autres. La tendance s'est accélérée pendant la pandémie de COVID-19, car les services numériques ont joué un rôle essentiel dans les réponses politiques pour sauver des vies et des moyens de subsistance. Les exemples incluent : (i) la plate-forme en ligne du Cap-Occidental en Afrique du Sud pour l'enseignement à distance ; (ii) des applications en ligne lancées en Sierra Leone pour améliorer la capacité du gouvernement à suivre les périodes de quarantaine et d'autres services comme la livraison de nourriture ; (iii) des robots et des drones déployés au Rwanda pour réduire l'exposition des agents de santé aux patients potentiellement positifs au COVID-19, et (iv) les chatbots d'Afrique du Sud pour réduire la propagation de fausses informations sur le virus.

Plus généralement, la numérisation peut avoir un impact crucial sur les institutions. Le livre montre à quel point la qualité institutionnelle et l'administration en ligne sont étroitement liées et comment la numérisation peut réduire la perception de la corruption. Les réformes numériques visant à améliorer la qualité institutionnelle peuvent faire la différence, mais il est important de les séquencer, notamment en accordant la priorité à l'éducation, pour garantir que les personnes en bénéficient.

La pandémie a mis en évidence la nécessité d'une plus grande transparence et d'un meilleur contrôle de la manière dont les fonds d'urgence sont dépensés. Quelles pratiques ont été mises en place en Afrique subsaharienne dont d'autres pays peuvent s'inspirer ?

Monique Newiak : Généralement, nous avons vu que des contrôles supplémentaires sont nécessaires pour s'assurer que l'argent est bien dépensé en temps de crise. Plus précisement:

  • Les processus de gestion des finances publiques (GFP) doivent être clairement définis : dans les pays où ces fonds ne sont pas guidés par le processus régulier de GFP, il est essentiel d'élaborer et de publier des procédures opérationnelles standard pour l'ensemble du processus, des soumissions de propositions aux exigences en matière de rapports. ainsi que des rôles et des responsabilités bien définis. Le Ghana est un bon exemple de pays qui a inclus des éléments de bonne GFP dans les opérations de son fonds COVID-19.
  • L'agilité des freins et contrepoids est essentielle : l' identification rapide des problèmes lorsqu'ils surviennent peut aider à résoudre les problèmes au fur et à mesure que l'intervention d'urgence se développe. Les institutions supérieures de contrôle  (ISC) ont un rôle important à jouer à cet égard car elles peuvent produire des audits « en temps réel ». Les rapports publiés par les ISC au Kenya, en Sierra Leone et en Afrique du Sud en sont de bons exemples au début de la crise.
Source : FMI
 
equonet



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise





Facebook




Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.