Connectez-vous S'inscrire

53eme ASSEMBLEES ANNUELLES DE LA BAD : Industrialiser l’Afrique sera-t-elle une tâche facile ?


Rédigé le 24 Mai 2018 à 17:49 | 0 commentaire(s) modifié le 24 Mai 2018 - 17:56


Le découragement n’est pas permis, par contre, il faut quitter le domaine du rêve et des déclarations d’intentions pour aborder les vrais problèmes et leur trouver des solutions. L’industrialisation de l’Afrique sera sans doute réalisée à ce prix.


Il faut industrialiser l’Afrique, c’est vrai mais dans quelles  conditions ?  Comment le faire ? Quels sont les préalables à respecter ? C’est là quelques-unes  des grandes questions qui ont été abordées lors du panel de haut niveau qui s’est tenu aujourd’hui à la suite de la cérémonie d’ouverture officielle des 53 Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement, à Busan Corée du Sud. Lors de cette session qui a réuni les Premiers ministres  marocains et rwandais ainsi que les présidents de la banque mondiale et de la banque africaine de développement, des positions parfois divergentes ont  été notées de la part des panelistes concernant la question cruciale de l’industrialisation de l’Afrique. Les débats ont volé très hauts avec des querelles d’école très intéressantes.

Si pour le Dr Akinwumi Adesina, l’accélération de l’industrialisation de l’Afrique  constitue une urgence, parce que soutient-il, elle permettra aux populations du continent de ne plus vivre dans la pauvreté, il est évident que ce mouvement vers l’atteinte de cette objectif doit précéder la satisfaction de certaines conditions. Sans lesquelles, l’industrialisation ne quittera point le domaine du rêve. Il s’agit particulièrement d’une bonne éducation. Un point sur lequel se rejoignent  aussi bien le président de la banque mondiale que les premiers ministres rwandais et marocain. Pour Saâdeddine El Othmani, en effet,   même si l’accent a été mis dans son pays, le Maroc sur l’extension des infrastructures dans les zones afin de faciliter l’intégration et  l’installation d’unités industrielles, il reste constant qu’il faut pour développer l’industrie en Afrique avoir une main d’œuvre  qualifiés et des cadres bien formés, de très haut niveau. Pour cela, il faudra mettre en place un système adéquat. Ce qui n’est pas souvent le cas en Afrique a déploré aussi bien le premier ministre rwandais que le président de la banque mondiale. Selon le patron de la banque mondiale, Jim Yong Kim, l’Afrique a encore beaucoup d’efforts à faire dans ce domaine.

Faisant la comparaison entre son pays d’origine, la Corée du Sud et les pays africains, il a informé que toutes les personnes qui tiennent les classes du secondaire en Corée du Sud ont un master ou un diplôme plus élevé. Ce qui n’est pas le cas dans plusieurs pays africains regrette-t-il. Cela déteint forcément sur le niveau des élèves qui fréquentent ce système éducatif. En résumé, des professeurs qui n’ont pas le niveau ne pourront sans doute pas former des élèves qui auront le niveau. Quant au Premier ministre rwandais, il a déploré le fait que l’éducation en Afrique soit encore  académique alors que l’on est à l’ère du numérique. Il est convaincu que les pays africains doivent orienter leurs jeunes dans la formation professionnelle et technique.

Le président de la banque mondiale a en outre mis le doigt sur un point important qui caractérise ce processus d’accélération de l’industrialisation de l’Afrique. Pour lui, dans les années à venir, les faibles salaires ne seront plus un avantage concurrentiel. En vérité, avec l’utilisation de la robotique et la vitesse que l’on constate sur le plan de l’innovation technologique, il n’est pas sûr que ces milliers d’emplois que créent par exemple la Chine dans certains pays africains notamment dans les industries de textiles soient garanties. Pourtant des pays comme l’Ethiopie et le Sénégal récemment, semblent opter pour ces solutions afin  résoudre leur problème d’emploi ou bien d’atteindre leurs objectifs dans ce domaine de l’emploi. En tout cas, l’exemple du Bangladesh a battu en brèche ce modèle.

Des programmes économiques éphémères
Décidément, ce panel de haut niveau était celui où il fallait toucher du doigt le mal profond qui empêche à l’Afrique de sortir de sa situation actuelle. Le président de la banque mondiale a identifié l’instabilité gouvernementale au niveau africain comme facteur de blocage de toute politique ou programme visant à sortir les pays africains de leur situation. A chaque moment, il y a changement de premier ministre a-t-il déploré. Chacun vient avec sa vision et met au tiroir la vision précédente. Ce qui conduit en réalité à un éternel recommencement. Dans de telles conditions, quelle que soit la pertinence du programme mis en place, il ne donnera jamais les résultats escomptés. C’est sans doute ce qu’il faut éviter  dans cette volonté affichée d’industrialiser le continent.   Un programme clair et partagé par toute une population a permis à la Corée où l’Afrique est venue pour s’inspirer , à l’occasion des Assemblées annuelles de la Bad, d’accomplir des pas de géants,  en à peine 60 ans, pour aujourd’hui se positionner parmi les 11 premières économies au monde. Cette question de la stabilité gouvernementale souvent évité dans ces discussions est sans doute l’un des maux qui empêche l’Afrique de se développer. Pour preuve, la pluie de plans de développement sur le continent n’a pas arrosé les opinions des oppositions politiques, loin de là. Et il est certain que si ces dernières arrivent aux affaires à l’issue d’élections, la première chose qu’elles feront, c’est de les ranger aux tiroirs. Et ce sera sans doute valable pour les programmes de développement industriels.



Actualité | Economie | Finance | Innovation & Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe



Blog Relations médias

Conseil des ministres

SENEGAL : promulgation de la loi relative au PTIP 2019-2021 et la loi de Finances pour l’année 2019.

(Equonet-Dakar) - Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Président de la République a promulgué la loi portant approbation du Programme triennal d’investissements publics (PTIP) 2019-2021 ainsi que la loi de Finances pour l’année 2019.


Nominations

Les nominations du Chef de l'Etat au Conseil des ministres du 14 novembre 2018

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz








Derniers tweets




Facebook

Actu d'Afrique

AFRIQUE CENTRALE : la situation économique reste difficile, selon le FMI

(Equonet-Dakar) - Les efforts déployés continuellement par les pays membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) et les institutions régionales ont contribué à éviter une crise immédiate, mais la situation économique reste difficile dans la région.


Actu d'Europe

La croissance économique n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon l’OCDE

(Equonet-Dakar) - Le développement durable exige une vision plus globale que la croissance économique qui n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon un nouveau rapport du Centre de développement de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).