Connectez-vous S'inscrire
Equonet.net

Covid-19 : l'impact économique sera sévère en Europe


Rédigé le 30 Mars 2020 à 18:35 | 0 commentaire(s) modifié le 31 Mars 2020 - 14:58


(Equonet-Dakar) - Dans sa série fournissant une analyse régionale sur les effets du coronavirus, le blog du Fmi analyse son impact économique qui sera sévère en Europe. Suivez les explications de Poul M. Thomsen, auteur de cet article.


COVID-19 a frappé l'Europe avec une férocité étonnante. Bien que nous ne sachions pas combien de temps durera la crise, nous savons que l'impact économique sera sévère. Dans les principales économies européennes, les services non essentiels fermés par décret gouvernemental représentent environ un tiers de la production. Cela signifie que chaque mois, ces secteurs restent fermés se traduit par une baisse de 3% du PIB annuel, et c'est avant que d'autres perturbations et retombées sur le reste de l'économie ne soient prises en compte. Une profonde récession européenne cette année est une fatalité.

Les systèmes de protection sociale et le modèle de marché social généralement solides de l'Europe faciliteront la fourniture d'une assistance ciblée aux entreprises et aux ménages, mais il ne devrait y avoir aucun doute sur la complexité de cette tâche: ces systèmes n'ont pas été construits pour répondre aux demandes de l'ampleur à laquelle sont confrontés les décideurs européens. Les pays réagissent de manière innovante et peu familière, et ils peuvent apprendre les uns des autres quelles approches fonctionnent le mieux. Pour les aider à le faire, le FMI a créé un site Web  qui fournit des informations sur la manière dont chaque pays gère les problèmes pratiques qu'il rencontre, contribuant ainsi à diffuser les meilleures pratiques internationales émergentes. Ce n'est là qu'une des façons dont nous avons agi rapidement pour adapter la surveillance du FMI aux circonstances qui changent radicalement.

Tous les pays européens devront réagir de manière agressive à la crise, d'une manière à la fois audacieuse et proportionnée à son ampleur. S'il y a jamais eu un moment pour utiliser les tampons disponibles et l'espace politique, c'est sûrement le cas. Mais les possibilités de réponse varient considérablement à travers l'Europe. Pour mieux comprendre les contraintes auxquelles sont confrontés les pays qui cherchent à intensifier leurs réponses aux crises, il est utile de distinguer entre trois ensembles de pays: les économies européennes avancées; les économies européennes émergentes qui sont membres de l'UE, mais pas de la zone euro; et les économies émergentes non européennes, en particulier les petits marchés émergents.

Les décideurs des économies avancées ont fait bon usage de leur marge de manœuvre politique et de leurs institutions, en mettant en place d'importantes expansions monétaires et budgétaires pour atténuer l'impact de la crise. Les règles et limites budgétaires sont à juste titre suspendues pour permettre un soutien d'urgence à grande échelle, et les déficits budgétaires sont autorisés à augmenter. De même, les banques centrales ont lancé des programmes massifs d'achat d'actifs, et les régulateurs financiers ont assoupli les exigences pour permettre aux banques de continuer à soutenir les clients en difficulté et l'économie plus largement. En ce qui concerne la zone euro, les interventions à grande échelle de la Banque centrale européenne et l'appel des dirigeants européens au mécanisme européen de stabilité pour apporter un complément européen aux efforts budgétaires nationaux, sont particulièrement importants pour garantir que les pays dont l'endettement public est élevé disposeront de l'espace budgétaire dont ils ont besoin pour réagir énergiquement à la crise. La détermination des dirigeants de la zone euro à faire ce qu'il faut pour stabiliser l'euro ne doit pas être sous-estimée.

Les économies de marché émergentes qui sont membres de l'UE mais pas de la zone euro ne disposent pas du même espace politique que les économies avancées, mais elles bénéficieront considérablement d'avoir réduit leurs déficits et dettes budgétaires et extérieures ces dernières années et d'avoir renforcé leur systèmes bancaires. Des efforts considérables ont été consacrés à la création de tampons dans ces pays, et il est maintenant temps de les utiliser.

En ce qui concerne l'espace politique, notre principale préoccupation à ce stade concerne les petits pays hors de l'UE. L'espace budgétaire varie considérablement au sein de ce groupe, mais ils manquent tous de profondeur des marchés financiers et des liens de l'UE qui contribuent de manière importante à l'espace politique. Avec un accès limité aux capitaux extérieurs et des systèmes bancaires plus petits et moins développés, nombre de ces pays auront du mal à financer d'importantes augmentations de leurs déficits budgétaires. Ils n'ont pas non plus le même degré d'accès potentiel à un soutien financier dont les membres de l'UE peuvent bénéficier, ni le cadre plus large de crédibilité politique et institutionnelle qui accompagne l'adhésion à l'UE.

Sans surprise, ces pays se tournent maintenant vers le FMI pour obtenir une aide financière. À l'exception de la Russie et de la Turquie, la plupart des neuf économies émergentes non européennes de l'Europe centrale et orientale ont déjà demandé une aide d'urgence à partir d'un pool de 50 milliards de dollars disponible via les mécanismes de soutien financier rapide du FMI. Ils rejoignent plus de 70 autres pays membres à travers le monde qui ont déjà cherché à accéder à des installations d'urgence du FMI à décaissement rapide et à faible conditionnalité pour répondre aux pressions immédiates résultant de la crise COVID-19. Davantage de pays devraient suivre ce qui est déjà le plus grand nombre de demandes d'assistance jamais reçues par le FMI à un moment donné.

Le Fonds se déplace le plus rapidement possible pour soutenir les membres en cette période de défis systémiques extraordinaires. Nous rationalisons considérablement nos règles et procédures internes afin de pouvoir répondre avec la rapidité, l'agilité et l'échelle requises par ce défi sans précédent en temps de paix. Nos actionnaires - 189 pays dans le monde - n'attendent rien de moins, et nous sommes prêts à jouer notre rôle en soutenant les efforts de l'Europe pour lutter contre la pandémie.
Poul M. Thomsen



Actualité | Economie | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres



Conseil des ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du mercredi 27 mai 2020

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le Conseil des ministres, le mercredi 27 mai 2020, à 10 heures, au palais de la République.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 27 mai 2020

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce mercredi 27 mai 2020.


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz











Facebook

Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.