Connectez-vous S'inscrire
Equonet.net : actualité économique, financière sénégalaise et africaine
Développer un contenu vérifié, instructif, constructif et attentif, de manière professionnelle et responsable.

Gestion des forêts transfrontalierères: La Banque mondiale organise un atelier à Kaolack


Rédigé le 24 Juillet 2018 à 10:05 | 0 commentaire(s) modifié le 24 Juillet 2018 - 10:20


Selon un communiqué, la Banque mondiale organise un atelier sous-régional sur la gestion des forêts transfrontalières entre le Sénégal, la Gambie et la Guinée-Bissau, le 26 juillet 2018 à Kaolack.


Gestion des forêts transfrontalierères: La Banque mondiale organise un atelier à Kaolack
La même source informe que les commissaires à l'Energie et à l'Environnement de la CEDEAO participeront aussi à l’atelier ainsi que des cadres de haut niveau des institutions gouvernementales des trois pays, de la Banque Mondiale, du Centre Régional pour les Energies Renouvelables et l’Efficacité Energétique et d'autres acteurs clés de la gestion forestière et de l'énergie domestique (biomasse et autres énergies renouvelables). 
Les objectifs de l'atelier sont destinés à fournir aux gouvernements du Sénégal, de la Gambie et de la Guinée-Bissau, à la Banque mondiale et à d'autres parties prenantes des informations de base sur les ressources forestières et la gestion durable des forêts dans la sous-région ; type et ampleur des exportations/ importations illégales de produits ligneux et impacts des activités illégales et non réglementées sur les ressources forestières. 
Mais aussi, informer les participants sur les enjeux liés à la demande en biomasse (bois de feu et charbon) et à l’exploitation des produits ligneux (légale et illégale), deux facteurs déterminants de la dégradation des forêts et de la dégradation des sols et identifier les opportunités pour les combattre. 
Ce n'est pas tout. Puisque l'atelier entend faire des recommandations pour améliorer la gestion des forêts dans les zones frontalières, élaborer des protocoles et ententes institutionnels pour les politiques et pratiques transfrontalières et éradiquer l'exploitation illégale et le commerce illicite des produits forestiers à la frontière des trois pays. 
Les résultats attendus sont nombreux. Il s'agit d'une meilleure compréhension des exportations/importations illégales de produits forestiers à travers les frontières des trois pays et pour les marchés internationaux. 
Une meilleure connaissance des problèmes liés à la déforestation et la dégradation des forêts et les principaux facteurs y contribuant (demande en énergie de la biomasse, exploitation de produits ligneux et conversion des forêts). 
Une meilleure information pour développer des protocoles, accords et ententes institutionnels pour la coopération transfrontalière et les activités de gestion des forêts transfrontalières. 

Avec lejecos



Actualité | Economie | Finance | Innovation & Technologie | Social | EquoSports | Equobusiness | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe



Blog Relations médias

Conseil des ministres

SENEGAL : promulgation de la loi relative au PTIP 2019-2021 et la loi de Finances pour l’année 2019.

(Equonet-Dakar) - Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Président de la République a promulgué la loi portant approbation du Programme triennal d’investissements publics (PTIP) 2019-2021 ainsi que la loi de Finances pour l’année 2019.


Nominations

Les nominations du Chef de l'Etat au Conseil des ministres du 14 novembre 2018

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz








Derniers tweets




Facebook

Actu d'Afrique

COTE D’IVOIRE : 767 milliards FCFA pour résoudre les problèmes persistants de balance des paiements

(Equonet-Dakar) - Les perspectives économiques du pays restent robustes, avec une croissance projetée à environ 7½ pour cent en 2018–19. Le déficit budgétaire devrait converger vers la norme régionale de l’UEMOA de 3 pour cent du PIB en 2019. Le programme vise à atteindre une position viable de la balance des paiements, à renforcer la mobilisation des recettes intérieures, à assurer la viabilité de la dette, ainsi qu’à favoriser une croissance inclusive et la réduction de la pauvreté.


Actu d'Europe

La croissance économique n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon l’OCDE

(Equonet-Dakar) - Le développement durable exige une vision plus globale que la croissance économique qui n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon un nouveau rapport du Centre de développement de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).