Connectez-vous S'inscrire
Sénégal : actualité économique et financière - equonet.net Afrique

Impact potentiel de l'épidémie de coronavirus : ce que le Fmi sait et ce qu’il peut faire


Rédigé le 4 Mars 2020 à 22:37 | 0 commentaire(s) modifié le 5 Mars 2020 - 13:13


(Equonet-Dakar) – Dans leur blog, les services du Fonds monétaire international (FMI) s’intéressent à l’impact potentiel de l'épidémie de coronavirus. Ils expliquent ce qu’ils savent et peuvent faire.


«Nous reconnaissons tous que la situation de propagation du coronavirus est très grave et pourrait bien empirer. Cela nous concerne tous. Permettez-moi de commencer par ce que nous savons et ce que nous ne savons pas encore sur le coronavirus, puis comment la communauté mondiale peut soutenir les personnes touchées par cette crise de manière efficace et coordonnée».

Ce que nous savons

«Nous savons que la maladie se propage rapidement. Avec plus d'un tiers de nos membres directement touchés, ce n'est plus un problème régional - c'est un problème mondial qui appelle une réponse mondiale».

«Nous savons également qu'il finira par reculer, mais nous ne savons pas à quelle vitesse cela se produira».

«Nous savons que ce choc est quelque peu inhabituel car il affecte des éléments importants de l'offre et de la demande:
  • L'offre sera interrompue en raison de la morbidité et de la mortalité, mais aussi des efforts de confinement qui restreignent la mobilité et les coûts plus élevés de faire des affaires en raison de chaînes d'approvisionnement restreintes et d'un resserrement du crédit.
  • La demande diminuera également en raison de l'incertitude accrue, des comportements de précaution accrus, des efforts de confinement et de l'augmentation des coûts financiers qui réduisent la capacité de dépenser.
  • Ces effets vont déborder au-delà des frontières.

«L'expérience suggère qu'environ un tiers des pertes économiques liées à la maladie seront des coûts directs: pertes de vie, fermetures de lieux de travail et quarantaines. Les deux tiers restants seront indirects, reflétant un recul de la confiance des consommateurs et du comportement des entreprises et un resserrement des marchés financiers».

«La bonne nouvelle est que les systèmes financiers sont plus résistants qu'avant la crise financière mondiale. Cependant, notre plus grand défi à l'heure actuelle est de gérer l'incertitude».

«Dans tous les scénarios, la croissance mondiale en 2020 tombera en dessous du niveau de l'an dernier. Il sera difficile de prévoir jusqu'où il ira et pendant combien de temps, et cela dépendra de l'épidémie, mais aussi de la rapidité et de l'efficacité de nos actions».

«Cela est particulièrement difficile pour les pays dont les systèmes de santé et les capacités de réponse sont plus faibles - appelant à un mécanisme de coordination mondial pour accélérer la reprise de la demande et de l'offre».

Comment répondre au niveau du pays

La priorité numéro un en termes de réponse budgétaire est d'assurer des dépenses de santé de première ligne pour protéger le bien-être des gens, prendre soin des malades et ralentir la propagation du virus. Je ne saurais trop insister sur l'urgence d'intensifier les mesures liées à la santé et sur la nécessité d'assurer la production de fournitures médicales afin que l'offre soit à la hauteur de la demande.

Deuxièmement, des actions de politique macro-financière peuvent être nécessaires pour faire face aux chocs d'offre et de demande que j'ai mentionnés ci-dessus. L'objectif devrait être «sans regret» des actions qui raccourcissent et atténuent l'impact économique. Ils devraient être opportuns et ciblés sur les secteurs, les entreprises et les ménages les plus touchés.

Un affaiblissement généralisé de la demande par le biais de canaux de confiance et de retombées - y compris le commerce et le tourisme, les prix des produits de base et des conditions financières plus strictes - exigerait une réponse politique supplémentaire pour soutenir la demande et garantir une offre de crédit adéquate.

Troisièmement, une liquidité adéquate sera également nécessaire pour compenser les risques de stabilité financière.

En bref, la situation évolue rapidement et nous devons être prêts à apporter une réponse plus énergique et coordonnée si les conditions l'exigent. Dans ce sens, je salue la déclaration faite hier par le G7 selon laquelle ils sont prêts à continuer de coopérer sur des mesures opportunes et efficaces.
 
Kristalina Georgieva/Blog Fmi



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise






Facebook


Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 07 octobre 2020

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 07 octobre 2020, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 22 juillet 2020

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce mercredi 22 juillet 2020.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.