Connectez-vous S'inscrire

Les chefs de Cellules Aéroportuaires Anti-trafics africaines en conclave à Dakar


Rédigé le 17 Avril 2018 à 14:09 | 0 commentaire(s) modifié le 17 Avril 2018 - 14:13


Ce mardi 17 avril débute à Dakar une rencontre des chefs des Cellules Aéroportuaires Anti-Trafics (CAATs) actives dans les aéroports africains. Elle est organisée par le projet de contrôle des frontières AIRCOP financé par l'Union européenne (UE) dans le cadre du Programme de la route de la Cocaïne.


Le communiqué qui donne l’information confie que cette réunion qui se poursuit jusqu’au 20 Avril permettra aux différents Etats de présenter leurs résultats, d’échanger leurs expériences et les tendances en matière de criminalité aéroportuaire, de développer des synergies mais aussi d’élaborer des stratégies pour le renforcement des capacités opérationnelles des cellules. 
Il souligne que la rencontre réunira les chefs des CAATs du Bénin, du Burkina Faso, du Cap-Vert, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, de la Gambie, du Ghana, du Mali, du Niger, du Nigeria, du Sénégal et du Togo ainsi qu’un représentant du Mozambique où une CAAT est en cours d’établissement. 
Par ailleurs, précise le document, la réunion enregistre la participation des représentants de l’Organisation Mondiale des Douanes, INTERPOL, les Douanes Françaises, de UK Border Force, des compagnies aériennes et de l’Agence Nationale de l’Aviation Civile du Niger.  
Avant d’ajouter que cet évènement a lieu sous la présidence de M. Pierre Lapaque, Représentant Régional de l’ONUDC pour l’Afrique de l’Ouest et Centrale, M. Joaquion Gonzalez-Ducay, Ambassadeur de l'UE, M. George Hodson, Ambassadeur de Grande Bretagne et Mr. Christophe Bigot l'Ambassadeur de France représenté par Mr. Michel Gindroz, Conseiller douanier régional à Dakar. 
La même source précise que AIRCOP est un projet multi-agences mis en œuvre par l'ONUDC en partenariat avec INTERPOL et l'Organisation Mondiale des Douanes (OMD). 
Selon elle, le projet a pour objectif de renforcer les capacités des agences d’application de la loi travaillant au sein des aéroports en matière d’interception et de détection de drogues et autres produits illicites, ainsi que des passagers à risque élevé, parmi lesquels les combattants terroristes étrangers, dans les pays d’origine, de transit et de destination. 
Lejecos



Actualité | Economie | Finance | Innovation & Technologie | Social | Environnement | Equobusiness | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe



Blog Relations médias

Conseil des ministres

SENEGAL : promulgation de la loi relative au PTIP 2019-2021 et la loi de Finances pour l’année 2019.

(Equonet-Dakar) - Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Président de la République a promulgué la loi portant approbation du Programme triennal d’investissements publics (PTIP) 2019-2021 ainsi que la loi de Finances pour l’année 2019.


Nominations

Les nominations du Chef de l'Etat au Conseil des ministres du 14 novembre 2018

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz








Derniers tweets




Facebook

Actu d'Afrique

COTE D’IVOIRE : 767 milliards FCFA pour résoudre les problèmes persistants de balance des paiements

(Equonet-Dakar) - Les perspectives économiques du pays restent robustes, avec une croissance projetée à environ 7½ pour cent en 2018–19. Le déficit budgétaire devrait converger vers la norme régionale de l’UEMOA de 3 pour cent du PIB en 2019. Le programme vise à atteindre une position viable de la balance des paiements, à renforcer la mobilisation des recettes intérieures, à assurer la viabilité de la dette, ainsi qu’à favoriser une croissance inclusive et la réduction de la pauvreté.


Actu d'Europe

La croissance économique n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon l’OCDE

(Equonet-Dakar) - Le développement durable exige une vision plus globale que la croissance économique qui n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon un nouveau rapport du Centre de développement de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).