Connectez-vous S'inscrire
Equonet.net : actualité économique, financière sénégalaise et africaine
Développer un contenu vérifié, instructif, constructif et attentif, de manière professionnelle et responsable.

Orpaillage au Sénégal: Le secteur génère 121,4 millions pour l'État


Rédigé le 27 Juillet 2018 à 10:05 | 0 commentaire(s) modifié le 30 Juillet 2018 - 14:22


Dans une enquête réalisée par l'Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie(ANSD) , on apprend que le montant annuel des impôts et taxes payés par les unités de production évoluant dans le broyage et le concassage est estimé à 121,4 millions de FCFA. L'activité de broyage totalise les 64,1 millions de FCFA, tandis que les unités de production s’activant dans le concassage ont supporté 57,3 millions de FCFA.


Orpaillage au Sénégal: Le secteur génère 121,4 millions pour l'État
Sur un autre plan, l'analyse du secteur extractif réalisée par l'ANSD, révèle que plus de 4 individus sur 10 sont de nationalité sénégalaise. Les Maliens sont fortement représentés, soit 39,6% des orpailleurs. Les Guinéens et les Burkinabé suivent avec des proportions respectives de 10,3% et 5,2%. Les Bissau Guinéens, les Ghanéens et les Mauritaniens sont faiblement représentés, soit respectivement 0,2%, 0,1% et 0,1%. Les Gambiens, Nigériens et Ivoiriens, etc. sont les moins représentés 
  
De même, l’étude monographique sur l’orpaillage au Sénégal a dénombré 6272 unités de production évoluant dans l’activité d’extraction du minerai d’or (6170 unités de production dans la région de Kédougou et 102 dans la région de Tambacounda), 1337 unités de production s’activant dans le concassage/broyage et 1 216 unités. 

La plupart des communes abritant les unités se trouvent dans la région de Kédougou et une seule d’entre elles (Sadatou) se situe dans la région de Tambacounda, plus précisément dans le département de Bakel. 
  
  
La région de Kédougou regroupe 98,4% des 6272 unités de production qui ont été dénombrées. 
  
Les résultats de l’étude ont montré que la commune de Missirah Siramana occupe la première position avec 44,2% des unités de production, suivie par la commune de Bembou avec 24,4%. 

En outre, l’étude fait ressortir que les communes de Khossanto, Tomborokonto et Sabodala accueillent respectivement 7,5%, 7,2% et 7,0% du nombre total d’unités. 
Et enfin se positionnent les communes de Bandafassi, de Madina Baffe et de Sadatou avec des taux respectifs de 4,4%, 3,7% et de 1,6% 
  
la rédaction



Actualité | Economie | Finance | Innovation & Technologie | Social | EquoSports | Equobusiness | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe



Blog Relations médias

Conseil des ministres

SENEGAL : promulgation de la loi relative au PTIP 2019-2021 et la loi de Finances pour l’année 2019.

(Equonet-Dakar) - Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Président de la République a promulgué la loi portant approbation du Programme triennal d’investissements publics (PTIP) 2019-2021 ainsi que la loi de Finances pour l’année 2019.


Nominations

Les nominations du Chef de l'Etat au Conseil des ministres du 14 novembre 2018

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz








Derniers tweets




Facebook

Actu d'Afrique

COTE D’IVOIRE : 767 milliards FCFA pour résoudre les problèmes persistants de balance des paiements

(Equonet-Dakar) - Les perspectives économiques du pays restent robustes, avec une croissance projetée à environ 7½ pour cent en 2018–19. Le déficit budgétaire devrait converger vers la norme régionale de l’UEMOA de 3 pour cent du PIB en 2019. Le programme vise à atteindre une position viable de la balance des paiements, à renforcer la mobilisation des recettes intérieures, à assurer la viabilité de la dette, ainsi qu’à favoriser une croissance inclusive et la réduction de la pauvreté.


Actu d'Europe

La croissance économique n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon l’OCDE

(Equonet-Dakar) - Le développement durable exige une vision plus globale que la croissance économique qui n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon un nouveau rapport du Centre de développement de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).