Connectez-vous S'inscrire
Equonet.net : actualité économique, financière sénégalaise et africaine
Développer un contenu vérifié, instructif, constructif et attentif, de manière professionnelle et responsable.

Turquie-Afrique : Ankara veut s'affirmer en puissance montante sur le marché africain


Rédigé le 14 Février 2018 à 10:53 | 0 commentaire(s) modifié le 14 Février 2018 - 10:59


Sans « mégaphone », la Turquie s’implante sur le Continent. Discrète mais efficace, l’offensive d’Ankara s’appuie sur un plan de bataille bien préparée par le patronat soutenu par la diplomatie. Mais le déploiement de la Turquie en Afrique, c’est d’abord une lutte pour accroître ses parts sur le marché africain. A l’horizon 2022, la Turquie veut porter ses échanges commerciaux à 100 milliards de dollars. Et les rencontres et sommets s’enchaînent pour atteindre cet objectif.


Turquie-Afrique : Ankara veut s'affirmer en puissance montante sur le marché africain
(Ecofinance.sn Dakar) - En 2016, le consortium turc Summa et Limmak Holding a raflé la fin des travaux au groupe saoudien Binladin Group(SBG), aux prises avec l'Etat sénégalais sur un avenant pour la construction du nouvel aéroport. La colère dans les sphères économiques à Riyad n'y change rien. La holding turque est gestionnaire de l'aéroport pour 25 ans.

De 100 millions de dollars en 2000 à 100 milliards en 2022
Cette victoire illustre bien l'ambition d'une Turquie embusquée pour la moindre opportunité économique ou commerciale sur le Continent. Réunion après conférence, le pays de Recep Tayyip Erdoğan veut tirer parti de sa présence en Afrique. Au milieu des puissances qui se découvrent une vocation africaine, la Turquie n'entend pas jouer les seconds rôles. Ankara étoffe sa voilure et prépare la suite de son débarquement sur le marché africain.

Dans un alliage qui mêle diplomatie et économie, la dernière illustration de cette volonté d'Ankara est la deuxième conférence ministérielle de suivi Turquie-Afrique organisée par l'Union africaine(UA) et le ministère des Affaires étrangères turc, ce 12 février à Istanbul. Réunion au sommet pour renforcer la présence économique turque en Afrique.

Qualifiée de « fructueuse » par le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu, la rencontre turco-africaine d'Istanbul devrait être la rampe de lancement pour la Tuskon, le patronat de la Turquie, afin « accroître ses investissements et ses relations avec l'Afrique ». Et ce n'est pas le chéquier qui les fera reculer.

En s'appuyant sur la cinquantaine de dessertes africaines de Turkish Airlines, les actions de la Tika, son agence de développement, son réseau d'une quarantaine de représentations diplomatiques et sa présence militaire accrue, la Turquie entend gagner plus de parts de marchés sur le Continent. Dans les années 2000, les échanges commerciaux avec l'Afrique dépassaient à peine 100 millions de dollars.

Ce temps est désormais révolu. Dans ses 24 visites sur le Continent au cours desquelles il embarque les hommes d'affaires turcs, Recep Tayyip Erdoğan a placé la Turquie sur l'échiquier des puissances commerciales étrangères en Afrique avec des échanges qui atteignent aujourd'hui 20 milliards de dollars.

Une segmentation sous-régionale appelée à se généraliser
Dans la foulée des tournées africaines du président turc, ce trend haussier devrait se poursuive à la faveur de l'offense des entreprises turques dans le BTP, le textile, l'agroalimentaire, la transformation, la santé et même l'électronique. L'ambition de la Turquie est de porter à 100 milliards dollars, la valeur de ses échanges commerciaux avec l'Afrique à l'horizon 2022.

Le projet a déjà emprunté le chemin de la réussite avec une stratégie bien étudiée pour une conquête par région géographique. Après cette réunion à Istanbul, l'on s'achemine les 12 et 13 février vers le Premier Forum économique entre la Turquie et la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest(CEDEAO), décrite comme la zone économique la mieux intégrée du Continent  avec 16 pays membres -et peut-être bientôt plus avec l'intégration du Maroc, de la Tunisie et de la Mauritanie.

La réunion avec la CEDEAO ne sera que la répétition générale d'une stratégie turque de segmentation géographique pour mieux déployer son offensive économique avant une homogénéisation de cette stratégie sur tout le Continent. Des prémices qui préparent le prochain Sommet Turquie-Afrique prévu en 2019 qui place la Turquie au rang de puissance montante sur le Continent. 
latribune afrique



Actualité | Economie | Finance | Innovation & Technologie | Social | EquoSports | Equobusiness | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe



Blog Relations médias

Conseil des ministres

Communiqué du Conseil des ministres du 05 décembre 2018

(Equonet-Dakar) - Le Président Macky SALL a réuni le Conseil des ministres, mercredi 05 décembre 2018 à 10 heures, au Palais de la République.


Nominations

Les nominations du Chef de l'Etat au Conseil des ministres du 14 novembre 2018

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz








Derniers tweets




Facebook

Actu d'Afrique

CABO VERDE : le gouvernement dévoile sa nouvelle Stratégie de développement durable

(Equonet-Dakar) - Le gouvernement du Cabo Verde va organiser sa première Conférence internationale ‘’Construire de nouveaux partenariats pour le développement durable du Cap-Vert’’ et un Forum sur les investissements au Cabo Verde afin de présenter à la communauté internationale et au secteur privé sa nouvelle Stratégie de développement durable (PEDS), annonce un communiqué de presse de la Banque mondiale. La même source précise que les deux évènements auront lieu les 11 et 12 décembre, respectivement au bureau de la Banque mondiale à Paris (France) et à la Chambre de commerce de Paris.


Actu d'Europe

La croissance économique n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon l’OCDE

(Equonet-Dakar) - Le développement durable exige une vision plus globale que la croissance économique qui n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon un nouveau rapport du Centre de développement de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).